Une stratégie qui porte ses fruits

Interview d’Antoine Frérot, Président-directeur général de Veolia

Interview Antoine Frérot-article

> 2014 était la troisième année du plan de transformation que Veolia a lancé. Quel bilan tirez-vous de celle-ci ? 
2014 a confirmé l’avancée rapide de notre plan de transformation, les progrès significatifs accomplis par Veolia et sa capacité retrouvée à suivre une croissance rentable et durable. Que ressort-il de cet exercice ? De nombreux et splendides succès commerciaux, que ce soit auprès des industriels ou des municipalités, dans les pays émergents ou les pays matures comme l’Allemagne, l’Angleterre ou la France. La consolidation de notre nouvelle organisation porte les fruits attendus : une circulation de l’information facilitée, un fonctionnement simplifié, une réactivité accrue. L’intégration à 100 % des activités internationales de Dalkia, ce qui nous confère la pleine maîtrise de la gestion des services énergétiques, un métier incontournable dans le secteur de l’environnement et le monde de demain. La simplification de notre marque, Veolia, et l’adoption d’une nouvelle signature, « Ressourcer le monde », tant il est vrai que l’enjeu des ressources traverse toutes nos activités. Couronnement de l’ensemble, les résultats de 2014 sont supérieurs aux objectifs que nous nous étions assignés.


> Plus généralement, quel regard jetez-vous sur l’ensemble du plan de transformation depuis son début en 2012 ?​
3 ans, c’est peu dans la vie d’un groupe qui compte plus d’un siècle et demi d’existence. Et pourtant, que de chemin parcouru en 3 ans seulement ! Grâce à notre plan de transformation, nous avons amélioré notre efficacité collective ; nous avons enclenché une nouvelle dynamique commerciale ; nous avons opéré un changement organisationnel majeur ; nous avons retrouvé la route de la rentabilité ; nous avons développé des filières d’excellence qui nous positionnent à la pointe des activités de l’environnement, là où se bâtit l’avenir. Ce sont autant d’atouts décisifs pour notre compétitivité future.

La décision, certes audacieuse mais mûrement réfléchie, de transformer Veolia s’est révélée payante.
Notre Groupe s’est solidement établi sur une trajectoire de croissance sélective et profitable tout en confortant son leadership dans ses métiers qui sont extrêmement porteurs. Au passage, je tiens à préciser que si nous sommes leader mondial des services à l’environnement, ce n’est pas uniquement parce que notre chiffre d’affaires est le plus élevé mais aussi parce que nous faisons notre métier d’une manière différente, parce que nous sommes positionnés différemment – par exemple, avec la seule offre intégrée couvrant l’eau, les déchets et l’énergie –, parce que nous innovons sans cesse pour maintenir notre avance et notre différence. Ce pari de la différenciation s’est avéré un excellent pari pour Veolia !

 

« La décision, certes audacieuse mais mûrement réfléchie, 
de transformer Veolia s’est révélée payante. »


 

> Comment se traduisent ces évolutions dans les comptes de votre entreprise ?
Tous nos indicateurs financiers ont progressé l’an passé, attestant la bonne marche de notre Groupe. Notre chiffre d’affaires a augmenté de 4,9 %, pour s’établir à 23,8 milliards d’euros, porté par une vive croissance aux États-Unis, en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient, ainsi que dans nos activités mondiales ; notre capacité d’autofinancement opérationnelle a franchi la barre des 2 milliards d’euros et notre résultat opérationnel récurrent celle du milliard d’euros ; quant à nos économies de coûts, elles s’élèvent, en cumulé, à 582 millions d’euros et se trouvent donc en avance sur notre feuille de route. Autrement dit, et c’est là l’essentiel à mes yeux, notre Groupe traduit en résultats tangibles les efforts qu’il a engagés depuis plusieurs années. Preuve supplémentaire, si besoin en était, que sa transformation est réussie.

 

Progression des indicateurs financiers

C.A. + 4,9 %

23.8 Mds de C.A.

 


> Quelles sont vos priorités en termes de développement ?
Nos priorités découlent des 3 axes qui structurent notre stratégie : cibler les marchés environnementaux d’ampleur, renforcer notre activité auprès des clients industriels, nous concentrer sur les géographies les plus dynamiques. Dans le domaine municipal, nous visons 3 segments de marché : l’exploitation de services publics associée à d’importants investissements ; l’exploitation pure sans investissement significatif, un segment qui comprend également les solutions innovantes pour optimiser le fonctionnement des villes ; l’ingénierie et la construction. En parallèle, nous avons retenu auprès des industriels 6 vagues de croissance sur lesquelles nous concentrons nos moyens parce qu’elles offrent des perspectives de développement rapide et des marges élevées. Ce sont le pétrole et le gaz, les mines, l’agroalimentaire, les activités de démantèlement, l’économie circulaire et le traitement des pollutions les plus difficiles. Les grands contrats que nous avons engrangés l’an passé représentent près de 9 milliards d’euros de chiffre d’affaires prévisionnel et accélèrent notre repositionnement sur ces différents secteurs d’avenir. Aujourd’hui, notre Groupe est placé de manière idéale pour saisir les futures opportunités de croissance. Nous avons d’ailleurs identifié de 300 à 400 projets, à forte rentabilité, à venir au cours des prochaines années et susceptibles de faire progresser notre chiffre d’affaires d’au moins 3 % par an d’ici à 2018.
 

Visuel IAF
À Bordeaux, en France, Veolia démantèle de grands navires pour en réutiliser les matériaux.

> Veolia s’est mobilisé avec force pour promouvoir l’économie circulaire. Pourquoi cela ?
Rareté des matières premières, rareté de l’eau, rareté de l’énergie. L’homme moderne vit à crédit écologique, mais il existe un remède à ce mal : l’économie circulaire, cette économie dans laquelle les déchets des uns deviennent systématiquement les ressources des autres. Notre entreprise apporte ses savoir-faire de haut niveau pour passer le goulot d’étranglement entre des matières premières qui se raréfient et des besoins qui augmentent. Grâce à nos solutions, les eaux usées se font bioplastiques, les huiles alimentaires usagées « renaissent » en biocarburants, les métaux usagés trouvent une seconde vie, les déchets organiques deviennent engrais, chaleur ou électricité…

En redonnant ainsi une valeur à ce qui n’en avait plus, nous sécurisons les approvisionnements des industriels et des municipalités, réduisons leurs dépenses et créons des sources additionnelles de revenus. L’économie circulaire assure 10 % de notre chiffre d’affaires et cette proportion est appelée à croître. Cette activité est, et sera de plus en plus un de nos principaux vecteurs de développement.


> Fin 2015, se tiendra à Paris la XXIe conférence internationale des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21). Que propose Veolia sur ce thème majeur ?
Les actions visant à satisfaire une demande énergétique croissante tout en réduisant les rejets de CO2 figurent au cœur des partenariats avec nos clients. Leader de la valorisation des déchets, précurseur des économies d’énergie et de l’efficacité énergétique, spécialiste des énergies renouvelables et de la récupération des énergies fatales, notre Groupe propose des solutions pour une économie plus circulaire contribuant à atténuer les effets du dérèglement climatique et aider les populations à s’y adapter. Afin d’accélérer leur déploiement à large échelle, nous soutenons le fait de donner un prix au carbone, dès lors qu’un prix suffisant et stable est fixé par tonne.

Quand on pense aux gaz à effet de serre, on pense d’abord au gaz carbonique. Nous ne devons pas pour autant oublier les polluants atmosphériques à courte durée de vie tels que le méthane. Enfin, sur le très long terme, le captage et la valorisation du CO2 semblent inéluctables si l’on veut stabiliser les quantités de carbone accumulées dans l’atmosphère.


> Quelles sont les perspectives de Veolia à moyen terme ?
Désormais recentré sur les secteurs les plus profitables, notre Groupe affiche des perspectives extrêmement encourageantes. Pour l’exercice 2015, qui constitue la dernière année de notre plan de transformation, nous nous sommes fixé comme buts de consolider nos performances, notamment financières, et de parachever la réinvention de notre Groupe. Pour la suite, nous préparons un plan de développement triennal. Il couvrira la période 2016-2018. Après le recentrage et la transformation de notre entreprise que nous venons d’effectuer, il sera axé sur la croissance organique (complétée de quelques acquisitions ciblées) et sur l’amélioration de notre efficacité opérationnelle. Notre objectif est simple : capturer les plus belles opportunités de croissance rentable !

 

« Notre objectif est simple : capturer les plus
belles opportunités de croissance rentable ! »

  
 
sous home image 2
À Joure, aux Pays-Bas, Veolia transforme le marc de café en énergie, pour alimenter une usine et réduire son empreinte carbone. 
sous home image 3
À Milwaukee, aux États-Unis, Veolia gère le réseau d'assainissement urbain et produit ainsi un fertilisant à partir des boues d'épuration.
sous home image 4
À Singapour, Veolia gère l'eau ultrapure d'un grand site industriel de micro électronique, avec un recyclage en boucle fermée.