Média
27 septembre 2016

Climate Chance : Veolia milite pour le financement de l’action climatique

La première édition de Climate Chance réunit à Nantes, du 26 au 28 septembre, 2 000 participants venus du monde entier : collectivités locales, entreprises, associations, syndicats, organismes scientifiques et citoyens. Après l’accord de Paris en décembre 2015 et à six semaines de la COP22 au Maroc, ce sommet international a pour ambition de mutualiser les expériences pour lutter contre le dérèglement climatique. Veolia est partenaire de l’événement. Son PDG Antoine Frérot est intervenu lors de la plénière « Financement de l’action climatique ». Retour sur les points-clés de son discours.

 
Antoine Frérot - Climate Chance

Donner un prix au carbone 

Si l’on veut lutter contre le changement climatique, il faut que polluer devienne plus cher que dépolluer. Ainsi en faisant payer la pollution, les solutions bas-carbone deviennent économiquement rentables, et les sommes collectées permettent de financer la dépollution. On estime qu’un prix de 30 ou 40 € la tonne de CO2 permettrait de réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre. 

 
Antoine Frérot

 « Donner un prix robuste et prévisible au carbone -  autrement dit intégrer le coût de l’externalité climatique -  est le seul moyen de rendre le captage du CO2 moins cher que son rejet dans l’atmosphère, la dépollution moins coûteuse que la pollution. En l’absence d’un prix du carbone dissuasif, faisant payer l’usage de l’atmosphère en tant que « décharge de gaz à effet de serre », chacun est libre d’y renvoyer des quantités illimitées de CO2 », a expliqué Antoine Frérot


L’ économie circulaire, un nouveau modèle d’utilisation des ressources 

Le dérèglement climatique résulte notamment d’une logique économique linéaire, du type extraire-fabriquer-jeter, qui prélève toujours plus de ressources dans la nature et génère d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit aujourd’hui d’instaurer un modèle économique circulaire, dans lequel les déchets des uns - la chaleur des data centers, les calories des eaux usées, les biogaz issus des centres de stockage des déchets, l’énergie fatale des usines... - deviennent les ressources des autres.

 

Les engagements chiffrés de Veolia 

En 2015, Veolia a évité 6 millions de tonnes de CO2 et réduit ses rejets de gaz à effet de serre de 16 millions de  tonnes soit, au total, l’équivalent d’une ville européenne de 2,7 millions d’habitants. Objectif 2020 : abaisser, en cumulé, de 100 millions de tonnes les émissions de CO2 de ses installations et de 50 millions de tonnes celles de ses clients. Sur la période 2015-2030, Veolia s’est fixé un prix interne progressif de 31€ par tonne de CO2 pour arbitrer ses projets d’investissement.
 
Communiqué de presse : CLIMATE CHANCE – Partenariat Nantes M...
PDF - 64.89 KB

Partenariat Nantes Métropole-Veolia

A l'occasion de Climate Chance, Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole, et Antoine Frérot ont signé une lettre d'intention qui prévoit le renforcement du partenariat entre la collectivité et Veolia, autour de 4 thèmes : expérimentation en matière de données urbaines, démarche éco-citoyenne dans l'îlot urbain de Bellevue, mise en place de compteurs d'eau intelligents et gestion patrimoniale durable des réseaux urbains.

« La première étape de cette réflexion sera le grand débat sur la transition énergétique qui permettra de faire émerger des idées pour proposer des solutions concrètes au bénéfice de la transition énergétique et favoriser ainsi les expérimentations » ont déclaré la Présidente de Nantes Métropole Johanna Rolland et Antoine Frérot.
 

En savoir plus :

> Blog Climat de Veolia : « Une économie bas carbone est possible » par Antoine Frérot
> L’accord de Paris, un engagement historique 
> Les solutions de Veolia pour le climat 
> La Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) chez Veolia