Média
1 décembre 2015

COP21 : Veolia participe à la conférence « Business et climat : une révolution positive pour l’entreprise ? » organisée par Positive Economy Forum et KPMG

Le 1er décembre à l’UNESCO, Positive Economy Forum(1) et KPMG(2), ont organisé une conférence labellisée COP21 sur le thème « Business et climat : une révolution positive pour l’entreprise ? ». Cet événement s’est déroulé sous le patronage du Ministère des affaires étrangères et du développement international. L’objectif : partager les innovations et les pratiques pionnières développées par les entreprises en faveur du climat, à l’échelle internationale.

Antoine Frérot : Business & Climate Summit


Le PDG de Veolia, Antoine Frérot, est intervenu dans la table ronde[3] « Grandes entreprises françaises : anticiper le changement ». Il a rappelé la contribution de Veolia dans la lutte contre le dérèglement climatique, autour de trois axes :
 
Veolia favorise l’économie circulaire, qui permet de réduire les émissions de CO2 : en effet, valoriser les déchets pour les transformer en nouvelles ressources limite fortement les prélèvements de ressources naturelles, les consommations d’énergie, et donc les rejets carbonés. Par exemple, lorsqu’on produit  une bouteille en plastique à partir de plastique recyclé, on émet 70 % de CO2 en moins que lorsqu’on la fabrique à partir de plastique vierge.

 
Antoine Frérot, PDG de Veolia

« Ne pas recycler les déchets accroît fortement les prélèvements de ressources naturelles, les consommations d’énergie et donc les rejets carbonés. A l’inverse, transformer les déchets en nouvelles matières premières, comme y invite l’économie circulaire, émet bien moins de CO2 qu’extraire des matières vierges de l’environnement », a souligné Antoine Frérot.


Veolia réduit ses consommations d’énergie et ses émissions de gaz à effet de serre, et aide ses clients à faire de même : en 2014, 7 millions de tonnes de CO2 ont été évitées et les émissions de GES[4] ont été réduites de 15 millions de tonnes, soit au total l’équivalent de ce que dégage, en un an, une ville européenne de 2,7 millions d’habitants.
Veolia s’engage, sur les 5 prochaines années, à cumuler 100 millions de tonnes équivalent CO2 d’émissions réduites et cumuler 50 millions de tonnes équivalent CO2 d’émissions évitées. Le Groupe convertit, par exemple, des centrales à charbon en centrales à biomasse forestière (à Lodz ou Poznan, en Pologne), et récupère la chaleur fatale des Data Center ou les calories présentes dans les eaux usées (à Arras ou à Aix-les-Bains, en France).

Veolia se dote d’un prix du carbone pour orienter ses investissements. Il s’agit d’appliquer le principe pollueur-payeur au gaz carbonique, comme pour les eaux usées et les déchets : le Groupe s’est fixé un prix interne de 31 € par tonne de CO2 pour ses projets d’investissement (période 2015-2030) ; ce prix se situe dans la moyenne de ce qui est préconisé par les experts.

 

En savoir plus sur :

- Sur l’évènement « Business et climat : une révolution positive pour l’entreprise ? »
- Les solutions de Veolia pour le climat
 
Date de publication : 1er décembre 2015
 

 
[1] Mouvement pour une économie positive initié par l’économiste Jacques Attali 
[2] KPMG est un réseau mondial de prestations de services d'audits fiscaux et de conseil.
[3] Parmi les autres intervenants : Jacques Attali, Président, Positive Economy Forum & Positive Planet. Jay Nirsimloo, Président du Directoire, KPMG France. Elizabeth Borne, PDG, RATP. Patrick Gounelle, Vice-président, Positive Planet. Frédéric Mazzella, Fondateur et PDG, Blablacar. 
[4] Gaz à effet de serre.