Média
24 avril 2013

Le Microbus

En 1998, Veolia Transport fait le constat que pour certains centres-villes, l'automobile comme le bus ne sont pas réellement adaptés à l'exiguïté de l'espace et à la forte densité de population. La recherche de Veolia en partenariat avec R&D Industries, la RATP et le constructeur Gruau, va mettre au point durant huit ans le chaînon manquant entre l'auto et le bus : le Microbus. Celui-ci allie innovation technologique et respect de l'environnement. Il peut transporter jusqu'à 21 personnes.

Des centres-villes engorgés et des transports collectifs boudés

Afin de constituer une alternative crédible à la voiture, les transports en commun doivent répondre parfaitement aux attentes de leurs utilisateurs. Or si les lignes de bus sont peu desservies, ou si les passages sont rares en heures creuses, les usagers s'en détournent et reprennent leur automobile. De plus, les centres-villes sont parfois difficilement accessibles aux bus traditionnels. D'où la nécessité d'inventer de nouvelles formes de transports urbains de « proximité » alliant innovations technologiques et respect de l'environnement.

Huit ans de travail acharné au compteur

En 1998, conscient du manque de ce type de transport collectif, Veolia Transport charge la R&D d'imaginer un bus qui n'existe pas. L'invention du Microbus résulte d'un long travail de recherche et de nombreux partenariats.

La première étape est la conception d'un type de véhicule inédit par la Recherche de Veolia, qui s'associe pour l'occasion à la société R&D Industries. Conjointement, les chercheurs de Veolia s'inspirent du projet « Bus européen du futur » auquel ils avaient participés précédemment. Le concept du Microbus voit rapidement le jour.
Il s'agit ensuite de passer à la réalisation de ce Microbus grâce à un partenariat clé entre la R&D de Veolia, la RATP et le constructeur automobile Gruau. Sur le plan institutionnel et financier, le projet reçoit le soutien de l'ADEME (1) et du PREDIT (2).
Puis, durant deux ans, la R&D de Veolia accompagne une phase de tests. Aujourd'hui, elle fait régulièrement le point avec le constructeur Gruau pour continuer à innover. Sur un plan commercial, le Microbus est un succès puisque la barre symbolique des 100 unités produites a été dépassée.

(1) Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
(2) Programme national de recherche et d'innovation dans les transports terrestres

Le Microbus, un concentré de technologies

Le Microbus cumule les innovations : ce bus de petite taille peut inclure différents types de motorisation thermique, électrique ou hybride. Autre vraie innovation, ce véhicule est « intelligent » grâce au multiplexage, c'est-à-dire grâce à l'intégration d'un ordinateur de bord reliant en réseau les capteurs placés dans le bus à tous les points de réception et de contrôle (freins, boîte de vitesses, ports, climatisation...) Enfin, le Microbus est conçu pour être accessible aux handicapés avec un système de suspension particulier permettant au bus de « s'agenouiller » et une large porte coulissante extérieure.

Toutes ces caractéristiques font de la création du Microbus une première mondiale !

En quoi le Microbus représentait-il un défi majeur pour Veolia ?
Le projet « Microbus » nous a permis de développer de nouvelles compétences : contribuer à la conception et à la réalisation de véhicules, en association avec des constructeurs. Ces véhicules devant répondre à nos besoins d'exploitation.
Comment les usagers perçoivent-ils le Microbus ?
Selon une étude récente de perception, le service de navettes gratuites mis en place à Calais et assuré par des Microbus a enregistré un taux de satisfaction de 87 %... Cette étude nous a aussi permis de constater que le Microbus était considéré par ses utilisateurs comme chaleureux et très convivial. Les voyageurs, se sont révélés très enthousiastes, plébiscitant son « look de gros jouet », ses « belles couleurs qui attirent » et son « côté BD ».
Extrait de l'interview de Jean-Laurent Franchineau, responsable du projet « Microbus » à la R&D Transport de Veolia