Média
22 avril 2013

Lutter contre le changement climatique

Veolia Environnement émet des gaz à effet de serre au travers de la gestion de ses activités pour le compte de ses clients, mais contribue également à la lutte contre le changement climatique grâce à un effort de diminution globale des GES.

L'enjeu

Veolia Environnement est fortement concerné par l'enjeu du changement climatique et de la lutte contre les émissions de GES à double titre.

  • Trois de nos activités (services énergétiques, transport public, traitement des déchets) se situent dans des secteurs cruciaux en matière d'émissions de dioxyde de carbone et de méthane. Moins directement impliqué dans les émissions de GES, le secteur de l'eau est en revanche très concerné par les effets du réchauffement sur la disponibilité de la ressource.
  • Nos clients, gestionnaires d'agglomération et entreprises, sont les acteurs les plus engagés dans la lutte contre les émissions de GES, par les responsabilités qu'ils exercent ou les contraintes fixées par les réglementations.

Ainsi, la problématique de contrôle des émissions de GES est, pour Veolia Environnement, tout à la fois une responsabilité, dans certains cas une contrainte (installations soumises à quotas dans l'Union européenne), et, le plus souvent, une opportunité de développement de services experts au bénéfice de nos clients.

Toutefois, notre modèle d'entreprise comporte deux particularités

  • Veolia Environnement ne peut réduire en valeur absolue le niveau de ses émissions de GES sans renoncer à la croissance de ses activités. Les émissions dont le Groupe assume la responsabilité incorporent en effet, année après année, des émissions préexistantes correspondant aux nouvelles activités prises en gestion pour le compte de nos clients municipaux et industriels.
  • Contrairement à bien d'autres acteurs, la croissance de nos émissions doit être ainsi perçue comme positive dans la mesure où elle nous permet d'élargir le périmètre de nos services d'efficacité énergétique et carbonique, qui contribuent, toute chose égale par ailleurs, à une diminution globale des émissions de GES.

Notre performance carbone

Elle est ainsi fondée sur la démonstration de ce modèle d'efficacité énergétique et carbonique auquel chacune de nos activités peut apporter sa contribution.

Par des méthodologies vérifiées (et faisant l'objet d'une démarche constante de progrès), il s'agit de démontrer une amélioration continue du rapport entre les diminutions d'émissions réalisées par notre gestion et les émissions brutes dont nous assumons la responsabilité.

Le ratio d'efficacité carbonique

Imported image 23369

Cliquer sur l'image pour agrandir

En 2010, le Groupe a émis

42,1 millions de tonnes éq. CO2, en baiosse de 2,4 millions de tonnes par rapport à 2009, alors que le chiffre d'affaires a augmenté de 14 %.

Les émissions de N2O (incinération de déchets) sont prises en compte pour la première fois, ainsi que les émissions de CO2 des navires de la SNCM (France).

La diminution globale de GES de Veolia Environnement a été recalculée pour 2006 sur des bases homogènes, la valeur de 2006 s'établit à 20,2 millions de tonnes éq. CO2.

Émissions directes et indirectes de GES Totales 2008 à 2010

Imported image 23370

(en millions de tonnes éq. CO2) Cliquer sur l'image pour agrandir

Méthodologie
Pour chacune de ses activités, le Groupe mesure d'une part les émissions directes des procédés, véhicules, installations ou équipements qu'il gère et, d'autre part, les émissions indirectes liées à la consommation d'électricité.

Les gaz à effet de serre concernés sont :

  • le CO2 émis par les installations de combustion, l'incinération de la part fossile des déchets et la combustion de carburant par les sources mobiles ;
  • le CH4 provenant des émissions de biogaz des centres de stockage de déchets qui ne sont pas captées par les systèmes de collecte installés et de la combustion de GNV (gaz naturel pour véhicules) des sources mobiles ;
  • le N2O provenant du processus de combustion des déchets.

Diminution globale des émissions de GES

Imported image 23371

(en millions de tonnes éq. CO2)

Méthodologie
Le Groupe contribue à une diminution globale de GES en réduisant ses émissions ou en évitant des émissions à des tiers. Le périmètre des contributions des divisions a évolué par rapport à l'année dernière.

Veolia Eau
: distinction dans la production d'énergie (issue d'énergies renouvelables ou de la valorisation du biogaz) entre la part autoconsommée et celle vendue.

Veolia Transport
: extension du périmètre de « l'éco-efficacité déplacement » à 92 % des voyageurs de Veolia Transport et 79 % des kilomètres parcourus (hors fret routier et ferroviaire) en incluant le mode maritime.

Veolia Propreté
: comptabilisation des réductions d'émissions générées par le captage du biogaz issu des centres de stockage et par l'autoconsommation d'une partie de l'électricité produite grâce à la valorisation énergétique des déchets.
Le CO2 évité par la valorisation matière a été quantifié sur les fractions suivantes à partir de leur analyse de cycle de vie : papier/carton, plastiques, métaux ferreux, métaux non ferreux, verre, bois et les mâchefers provenant de l'incinération.

Dans ce contexte, notre stratégie carbone se décline dans trois directions

Accompagner l'innovation : Veolia Environnement investit dans les technologies à faibles émissions de CO2 - biomasse, énergie solaire, récupération d'énergies fatales. Le stockage du carbone fait également l'objet de recherches afin de déterminer les sites adaptés, fiabiliser les techniques et en vérifier la pertinence économique. Bien que prometteuse, cette solution ne pourra s'envisager éventuellement qu'à moyen et long termes.

Promouvoir les énergies renouvelables et alternatives dans le cadre de systèmes décentralisés : ces énergies permettent de « décarboner » le mix énergétique. Cependant, elles ne peuvent se substituer complètement aux énergies fossiles pour des raisons technico-économiques.

Rationaliser l'usage de l'énergie en luttant contre les gaspillages et en optimisant l'efficacité énergétique.
L'ensemble des activités urbaines et industrielles comporte des gisements considérables d'économie et d'efficacité. Les techniques de maîtrise de consommation sont disponibles. Le coût de l'énergie et la valorisation du carburant rendent la plupart des investissements d'efficacité énergétique pertinents économiquement.

C'est l'axe principal de notre métier.