Média
20 avril 2010

Pandémie grippale, la climatisation est elle à risque ?

La pérennité des activités pendant une pandémie est importante et pose la question de la possible transmission du virus influenza par la climatisation.

Le sujet infecté par le virus influenza va émettre, par la toux, l'éternuement, la parole et la simple expiration, des particules dont le nombre et la taille sont variables. Les grosses gouttelettes sont peu affectées par la ventilation et vont rapidement se déposer sur les surfaces et/ ou sur les muqueuses des voies aériennes supérieures de personnes situées dans un rayon de moins de 2 mètres. Les gouttelettes plus petites diminuent vite de taille par dessiccation. Les particules de moins de 5 m de diamètre ou "aérosols", qu'elles aient été formées secondairement après évaporation ou expulsées directement, peuvent rester en suspension dans l'air pendant une durée allant jusqu'à plusieurs heures. Ces aérosols en suspension peuvent être transportés par les flux d'air à distance du sujet source. Dans les bâtiments climatisés, la filtration peut laisser passer un certain pourcentage d'aérosols contaminés. En cas de recyclage d'air, situation la plus courante, les aérosols peuvent théoriquement diffuser dans tous les espaces et les parties communes (couloirs et toilettes) alimentés par la centrale de traitement d'air. La diffusion des aérosols dans le bâtiment peut donc théoriquement être favorisée par la climatisation, mais cela ne signifie pas que le virus influenza ait conservé sa capacité à infecter à distance.

Une transmission à distance non démontrée

En effet, les données issues d'études épidémiologiques, d'expérimentations animales et humaines disponibles, n'apportent aucune preuve d'une transmission du virus influenza à une distance de plus de 2-3 mètres dans un même espace. Par ailleurs, aucun cas de grippe transmise à distance par les systèmes de climatisation d'un bâtiment n'a été rapporté dans la littérature scientifique alors que des observations de transmission par l'intermédiaire de ces systèmes ont été décrites pour la varicelle et la rougeole.

Mesures à recommander et/ou à déconseiller

Les recommandations générales d'hygiène (port de masque, utilisation de mouchoirs jetables...) et le respect d'une distance de sécurité (supérieure à 2 mètres), visant à limiter la transmission de proximité, restent prioritaires. Le fonctionnement des installations de climatisation ne doit pas être arrêté, y compris le week-end et la nuit, car il en résulterait une augmentation de la concentration des particules infectieuses dans l'air.
La vérification des systèmes de climatisation, en particulier du taux de renouvellement d'air par un personnel qualifié, est recommandée.

DR VÉRONIQUE EZRATTY,
EDF, SERVICE DES ÉTUDES MÉDICALES

ET DR FABIEN SQUINAZI,
LABORATOIRE D'HYGIÈNE DE LA VILLE DE PARIS

  • Ezratty V, Squinazi F. Virus influenza pandémique à l'intérieur des bâtiments : quel risque de transmission par les systèmes de ventilation ou de climatisation ? Juillet-août 2008. Environnement Risque & Santé, 7 (4) : 255-263.
  • Avis de l'Afsset relatif à « l'évaluation du risque sanitaire pour l'homme lié à la présence de virus infl uenza pandémique dans l'air des bâtiments et sa diffusion éventuelle par les dispositifs de ventilation », juin 2009.