Média
6 janvier 2017

Jacques Attali et Antoine Frérot : rencontre sur le thème de « l’entreprise au service de la société »

Jacques Attali, président de la Fondation Positive Planet, et Antoine Frérot, PDG de Veolia, ont participé hier à un petit-déjeuner de l’économie positive, dans l’auditorium du nouveau siège de Veolia à Aubervilliers. L’événement était organisé conjointement par le Positive Economy Forum et Veolia, autour du thème : « L’entreprise, au service de la société ».

Antoine Frérot - Positive Economy Forum

Comme l’a rappelé Jacques Attali, « Bâtir une économie positive, c’est intégrer le long terme dans les processus décisionnels et y associer les générations futures ».

C’est relever dans le même temps les défis sociaux, écologiques et financiers auxquels nos sociétés sont confrontées. Comment faire en sorte que les entreprises jouent pleinement leur rôle dans cette transformation ? Comment faire pour qu’elles soient encore plus et mieux au service de la société ? Des questions au cœur de la discussion entre Jacques Attali et Antoine Frérot.


• L’entreprise doit mieux refléter la société dans ses instances de décision

L’entreprise fédère autour d’elle un écosystème de parties prenantes – collaborateurs, actionnaires, clients, représentants de la société civile… - dont les intérêts sont souvent divergents. Pour mieux comprendre et prendre en compte les contraintes de chacune d’entre elles, il faut favoriser leur intégration au sein des instances de gouvernance de l’entreprise.

 

Antoine Frérot a ainsi rappelé qu’il est « favorable à une présence élargie, au sein du Conseil d’Administration, des collaborateurs, des fournisseurs, des prêteurs, des clients, et même des représentants des territoires », considérant que cela « favoriserait son bon fonctionnement ».

 

• L’entreprise doit optimiser sa performance sociale pour durer

La valeur économique que crée l’entreprise ne sera acceptée que si, en parallèle, elle crée de la valeur sociale ; en s’impliquant sur des sujets extra-économiques tels que la lutte contre la pauvreté, la protection de l’environnement, la formation des jeunes sans qualification.

 

Antoine Frérot l’a souligné : « L’enjeu de l’entreprise n’est pas uniquement de créer de la richesse mais également de savoir la partager et la répartir. »  

Les agences de notation extra-financière ont un rôle-clé pour évaluer la performance globale de l’entreprise, sur le plan économique mais aussi social et environnemental. C’est cette performance globale qui permet de mesurer le service que l’entreprise apporte à la société.
La recherche du profit n’est pas antinomique du service de la société.

 

« L’entreprise n’a pas à devenir une « entreprise-providence », palliant tous les manques des Etats ou des services publics ; mais inversement, elle ne peut pas ne pas s’impliquer dans le champ social et sociétal, étant elle-même un acteur de la société et ne vivant qu’à travers celle-ci », a conclu Antoine Frérot.

La discussion entre Jacques Attali et Antoine Frérot s’est ensuite poursuivie avec Anne-Catherine Husson-Traoré, Directrice générale de Novéthic, et Emmanuel Druon, Président de Pocheco.


En savoir plus

La Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE)