Média
20 avril 2010

Précarité énergétique, quel est l'impact sur la santé ?

La précarité énergétique désigne des situations dans lesquelles l'accès à une énergie "appropriée" en quantité suffi sante pour se chauffer, s'éclairer ou cuisiner n'est pas garanti. Ses répercussions sur la santé ne sont pas négligeables.

En France, trois millions de foyers sont considérés fuel poor, terme anglo-saxon couramment utilisé signifiant qu'ils dépensent plus de 10 % de leurs revenus pour approvisionner le logement en énergie (1). Cette situation est généralement liée à une mauvaise efficacité énergétique du logement, un statut socio-économique bas, un coût élevé de l'énergie. Plus rarement, le logement conçu pour une famille nombreuse peut devenir difficile à chauffer correctement par une (ou deux) personne(s) âgée(s), du fait de sa sous-occupation après le départ des enfants.
L'exposition à des températures trop basses au-delà d'une certaine durée dans un logement, augmente le risque d'affections respiratoires et cardio-vasculaires. L'indicateur le plus étudié pour mesurer l'impact sanitaire de la précarité énergétique est la surmortalité hivernale (2). Bien que l'exposition au froid lors de sorties à l'extérieur du logement puisse infl uer, l'environnement intérieur semble jouer un rôle important (3). En Angleterre, pays où l'impact sanitaire de la précarité énergétique a été le mieux étudié, la surmortalité hivernale se situe entre 20 000 et 50 000 morts en excès par an, essentiellement d'origine cardio-vasculaire (4). L'impact délétère du froid semble plus important dans les pays du Sud (5).

Des effets indirects variés

Des températures intérieures insuffi santes peuvent entraîner des phénomènes de condensation à l'intérieur du logement, ce qui favorise le développement de moisissures et d'acariens et, par conséquent, le risque d'allergies et d'asthme.
L'utilisation d'appareils de chauffage mal entretenus et/ ou non raccordés associée à une ventilation inadaptée entraîne un risque accru d'intoxication au monoxyde de carbone (CO) et d'incendie, accident également favorisé par l'utilisation de bougies pour s'éclairer. Dans des bâtiments anciens mal isolés, les occupants peuvent tenter de diminuer les déperditions de chaleur en colmatant les fenêtres et/ou en bouchant les dispositifs d'aération. Il peut en résulter une qualité de l'air détériorée et un taux d'humidité augmenté à l'intérieur du logement.
L'absence de possibilité de réfrigération de certains types d'aliments stockés dans le logement et/ou de moyen de cuisson peut exposer à des risques d'intoxication alimentaire d'origine infectieuse. L'impossibilité d'obtenir de l'eau chaude rend diffi cile le maintien d'une hygiène satisfaisante, augmente le risque infectieux et altère considérablement la vie sociale. L'impact de la précarité énergétique sur la santé mentale des résidents, encore peu évalué, est certainement loin d'être négligeable. Ainsi, dans le cadre du programme anglais Warm Front de réhabilitation de logements défavorisés occupés par des ménages fuel poor, des bénéfices psychosociaux significatifs ont été constatés après amélioration du confort thermique.
Le praticien a un rôle à jouer, en particulier lors de vagues de froid, en coordination avec les acteurs sociaux et les intervenants de l'habitat, pour protéger les patients les plus vulnérables.

Dr VÉRONIQUE EZRATTY,
SERVICE DES ÉTUDES MÉDICALES D'EDF-GAZ DE FRANCE

  • Boardman B (1991). Fuel poverty: from cold homes to affordable warmth. Belhaven Press, London 1991.
  • Healy J. Excess winter mortality in Europe: a cross country analysis identifying key risk factors. J Epidemiol Community Health 2003; 57 : 784-89.
  • Wilkinson P et coll. Energy, energy effi ciency, and the built environment. Lancet 2007 ; 370 : 1175-87.
  • Wilkinson P et coll. Vulnerability to winter mortality in elderly people in Britain: population based study. BMJ 2004 ; 329 : 647.
  • Analitis A et coll. Effects of cold weather on mortality: results from 15 European cities within the PHEWE Project. Am J Epidemiol 2008; 168: 1397-1408.