Média
22 mai 2015

Sans diversité biologique riche, pas de développement durable possible

Alors que de nouveaux objectifs de développement durable doivent être discutés et adoptés en septembre aux Nations Unies, l’édition 2015 de la journée internationale de la biodiversité met l’accent sur le lien fort entre le maintien d’une diversité biologique et le développement durable de nos sociétés. A cette occasion Veolia réaffirme son souci constant de protéger les écosystèmes.


La dégradation des habitats et la perte de biodiversité représentent un risque pour la subsistance de plus d’un milliard de personnes dans le monde[1]. Le déclin actuel de la diversité biologique est en grande partie une conséquence de l’activité humaine et représente une menace pour le développement humain. Or adopter un mode de développement « durable », c’est vouloir concilier la réponse à nos besoins d’aujourd’hui avec ceux des générations futures, pour leur laisser un monde viable et prospère.
C’est pourquoi  la biodiversité est essentielle pour le développement durable et le bien-être humain. Pour la conserver et la protéger, nous devons mettre en œuvre une gestion et une utilisation durables des ressources. Ce qui est au cœur de la mission de Veolia « ressourcer le monde ».
 
  • Biodiversité 1
  • Biodiversité 2
  • Biodiversité 3
  • Biodiversité 4
  • Biodiversité 5
 

 
Nos engagements pour un développement durable
PDF - 5.99 MB
Parce que le développement durable de la planète est un impératif, parce que le développement durable des territoires sur lesquels nous opérons est notre raison d’être, parce que le bien-être de nos collaborateurs conditionne notre performance, nous avons choisi de construire et de présenter nos engagements
« Préserver et restaurer la biodiversité » est l’un des 9 engagements de Veolia en matière de Responsabilité sociétale de l’entreprise. Pour concilier biodiversité et développement humain, Veolia réduit l’empreinte de ses activités et de celles de ses clients sur la nature, et favorise la préservation et la restauration des espèces et leurs habitats. En s’appuyant sur l’expertise de ses bureaux d’études, le Groupe utilise des cartographies des continuités écologiques, des bioindicateurs normalisés[2], des inventaires faunistiques et floristiques, des plans d’actions biodiversité en ville, et l’ingénierie écologique de son centre de recherche.
 
La feuille de route de Veolia à l’horizon 2020 : agir sur tous ses sites et en priorité ceux à forts enjeux de biodiversité, sensibiliser le plus grand nombre, et valoriser les projets co-construits avec les acteurs locaux. Depuis 2008, Veolia renforce son action dans des initiatives communes ou des partenariats : notamment avec le Comité Français de l’Union Internationale pour la conservation de la nature, le Muséum national d’histoire naturelle ou le Conservatoire national botanique en France, Wildlife Trust en Angleterre, Nature and Biodiversity Conservation Union ou Biodiversity in Good Compagny en Allemagne. 


 

 Ces engagements se reflètent dans nombre de projets :

  • Plusieurs sites de Veolia ont été labellisés pour leur bonne gestion écologique, comme l’incinérateur de Dunkerque en France (label Biodiversity in Progress par le Devernn Bureau Veritas), et ceux de CroftFarm et Pitsea en Angleterre (label Biodiversity Benchmark par le Wildlife Trust).
  • La Fondation Veolia contribue à la préservation de la biodiversité en ayant soutenu 95 projets dont «Tara Expéditions », dont la dernière mission porte sur l’impact du plastique sur l’écosystème de la Méditerranée.
  • Pour les compensations carbone de ses activités, Veolia pratique le reboisement sur les territoires où elle intervient.
  • Veolia participe au projet « EVA[3] » mené par l’Institut de recherche en sciences et techniques de la ville, qui étudie des solutions pour réguler le climat urbain, comme l’humidification des rues et la végétalisation en ville.
 

En savoir plus :

 
[1] Source ONU
[2] IBGN, IPR, IBD
[3] Eau, Végétation, Albédo