Média
22 octobre 2013

Site d'Al-Buweib : Des puits pas comme les autres

Ne rien négliger pour s'assurer des ressources disponibles. Ainsi, la géologie offre des opportunités qu'il faut savoir exploiter. À proximité de Riyad, en plein désert, l'eau se trouve en moyenne à plus de 2000 mètres de profondeur. Un exploit pour la rendre potable, mais à utiliser avec modération. Reportage.

Imported image 27607

Les 200 puits complémentaires répartis dans un rayon de 250 km autour de Riyad représentent une solution d'approvisionnement en eau potable. Ils pompent jusqu'à 2400 m de profondeur.

Riyad est doublement alimentée en eau potable. 50 % de la ressource provient du dessalement de l'eau de mer près de Khobar, à l'est de l'Arabie saoudite. L'autre moitié est pompée dans le sous-sol en plein désert, dans les 200 puits installés tout autour de la capitale, dans un rayon de 250 kilomètres. Huit d'entre eux - 5 en construction et 3 en réhabilitation - sont implantés sur le site d'Al-Buweib, qui accueille également l'une des onze usines de production d'eau potable. L'eau se trouve dans ces puits à une profondeur variant entre 400 et 2 400 mètres, constituant des nappes fossiles saumâtres. Extraite à l'aide de derricks identiques à ceux utilisés pour les forages pétroliers, cette eau à 70° C est ensuite bien évidemment traitée et dessalée pour la consommation.

Le site d'Al-Buweib est situé à 45 kilomètres de Riyad, en plein désert. Ce jour-là, un vent de sable voile le soleil. Le ciel est laiteux. Pour s'y rendre, une seule option : emprunter, depuis Riyad, la route de l'hippodrome d'Al Janadriah, puis un chemin de terre cabossé et poussiéreux. Mieux vaut se déplacer en 4x4. Après quarante-cinq minutes de route, le contraste est saisissant : d'un côté, une station et des réservoirs dans la pleine effervescence de la construction et bénéficiant des dernières technologies de pointe. De l'autre, des bédouins éleveurs de dromadaires.

« Al-Buweib produit actuellement 25 000 m3 d'eau par jour. Et 35 000 m3 dans les prochains mois. L'intérêt pour les Saoudiens est d'exploiter leurs puits au mieux afin de limiter l'alimentation en eau en provenance du golfe Arabo-Persique. »
Laurent Archimbaud, Directeur des services travaux à la RCBU