Média
26 novembre 2013

SK hynix - La mémoire DRAM a soif d'eau ultrapure

Leader mondial dans la production de barrettes mémoire, le groupe coréen SK hynix développe une technologie nécessitant en permanence une eau ultrapure pour nettoyer les composants, extrêmement sensibles à la présence d'impuretés. Un process hélas très gourmand en eau.

Par James Ockenden

Imported image 27700

Nous voici à Yeoju, à une soixantaine de kilomètres du centre de Séoul, un samedi matin ensoleillé. Le lieu est très couru le week-end, et les familles se bousculent sur la rive sud du fleuve Han, à la recherche d'un peu d'espace. Entre les petites tentes destinées à se protéger du soleil rivalisent vélos et cerfs-volants. Des milliers de bambins pataugent gaiement dans les cours d'eau menant au fleuve, sous l'oeil attentif de leurs parents.

Combien, parmi ces derniers, savent qu'à quelques kilomètres en aval, l'eau dans laquelle se dissolvent les crèmes solaires et autres lotions de leurs enfants, va se transformer en élément clé de l'industrie des nanotechnologies ?

Une eau qui, une fois devenue ultrapure grâce à des procédés high-tech, sera utilisée pour nettoyer les substrats de silicium (semi-conducteurs) des barrettes de DRAM - Dynamic Random Access Memory, ou mémoire vive dynamique - indispensables à leurs iPhone, Galaxy et autres ordinateurs portables ?

La fabrication des semi-conducteurs est très gourmande en eau, ce qui n'a pas échappé aux entreprises de la Silicon Valley coréenne venues s'installer sur les rives du fleuve.

Manque de précipitations

Fournisseur des géants Apple et Samsung, SK hynix est l'un des champions mondiaux de la DRAM. Une position qui l'a conduit à l'avant-garde de la réflexion sur la pénurie d'eau, problématique majeure en Corée.

Imported image 27682

Le site HK hynix d'Icheon

« L'eau est une ressource très précieuse ici », explique un jeune ingénieur de Veolia Corée, entreprise partenaire de SK hynix, en embrassant du regard les immenses cuves de captage d'eau fluviale de l'usine d'Icheon, l'un des plus grands sites de fabrication de semi-conducteurs au monde.

Avant d'évoquer le défi hydrique auquel doit faire face le pays :

« Les précipitations moyennes par habitant sont très faibles en Corée, à peine un huitième de la moyenne mondiale. En outre, plus d'un millier de montagnes abruptes bordent le fleuve Han, ce qui aggrave le problème parce que les eaux de pluie sont évacuées très rapidement vers la mer Jaune. La configuration naturelle du bassin hydrographique offre peu de possibilités de stockage ou de retenue, et ce cycle rapide de l'eau se solde par de fréquentes inondations dans la région. Chez nous, la sécheresse est très fréquente. »

Le site d'Icheon est un des trois sites coréens de SK hynix. Il est autorisé à capter jusqu'à 110 000 m3 d'eau fluviale par jour, qu'il transforme en eau ultrapure réservée à la fabrication de semi-conducteurs, en eau industrielle destinée aux usines et à la centrale électrique, et en eau potable pour les quelque 12 500 personnes travaillant sur place. En 2011, environ 15 millions de m3 d'eau ont été utilisés, soit environ 40 % du volume autorisé.

DRAM = H2O

Sous les yeux du jeune ingénieur, l'eau brute s'apprête à franchir les portes de l'usine de traitement pour entamer un processus en vingt étapes qui éliminera minéraux et ions.

Ici, pas de compromis : l'eau ultrapure étant essentielle dans le processus de fabrication des barrettes de silicium, sa production est au centre de toutes les préoccupations.

Imported image 27699

À l'extrémité de la ligne de production, un robinet à disposition permet de puiser de petites quantités d'eau ultrapure.

Engagé dans une démarche de développement durable, SK hynix s'est fixé des objectifs très stricts en matière de qualité des eaux usées et d'économie d'eau.

« Nous voulons faire passer le taux de recyclage de l'eau de 33 % actuellement à plus de 70 % d'ici à 2015 », déclare un responsable environnemental de l'entreprise.

SK hynix va également diminuer l'utilisation d'eau ultrapure.

Comment ? D'une part en optimisant le temps de nettoyage des wafers (galettes) de semi-conducteurs et, d'autre part, en modernisant les installations de traitement des eaux usées de son usine de Cheongju, ce qui permettra d'utiliser des eaux grises pour le matériel de nettoyage et les sanitaires.

« Nous allons ainsi réduire le volume total d'eau rejetée dans le fleuve Han et limiter notre consommation hydrique. Et pour atteindre ces objectifs, nous comptons sur Veolia, notre opérateur depuis 2001. »