Média
7 octobre 2013

TSA2 : le tri séquentiel auto-adaptatif pour trier plus et mieux à moindre coût

Après sa première mise en service sur le centre de tri de la collecte sélective de Châteaubernard, en France, le procédé de tri TSA2 est déployé sur un nombre croissant de sites en raison des gains de productivité qu'il apporte à moindre coût.

Grâce à la mise au point d'un algorithme de calcul et à une meilleure exploitation des technologies disponibles, le procédé réalise, avec une unique machine, la séparation de plus de cinq matières différentes - et de plusieurs catégories de plastiques -, tout en améliorant sensiblement les performances quantitatives et qualitatives de l'opération.

Il revêt aussi une dimension sociale en faisant évoluer le rôle de l'opérateur vers une fonction de contrôle qualité.

TSA2 apporte ainsi des réponses techniques, économiques et commerciales :

  • Un tri plus efficace et plus étendu des matières plastiques, des fibres et des métaux.
  • Un procédé compact et adapté aux variations de tonnages.
  • Un procédé évolutif en fonction des réglementations et de l'extension des consignes de tri.
  • Une amélioration des conditions de travail des opérateurs.

Un atout majeur pour la valorisation des plastiques

Sans limite théorique sur le nombre de catégories de matières qu'il permet de distinguer, TSA2 a anticipé les évolutions des consignes de tri relatives aux emballages ménagers. Le procédé est aussi à la base d'une rupture technologique dans la valorisation des plastiques techniques des D3E. Évolutif dans sa conception, il ouvre aussi des possibilités d'application sur d'autres gisements.

Son principe technique

TSA2, procédé breveté développé par Veolia, apporte une innovation majeure. Elle réside principalement dans un algorithme de calcul qui, conjugué avec un système optique de reconnaissance des matières, analyse en continu la composition du flux de déchets défilant sur un convoyeur circulaire. À partir de cette information, le système adapte automatiquement la consigne de tri à la catégorie de matière détectée comme majoritaire. Après une première séquence de tri opéré selon la consigne, et tandis que de nouveaux déchets arrivent sur le convoyeur, la composition du flux se trouve naturellement modifiée. Une nouvelle analyse déclenche alors une nouvelle séquence de tri.