Média

Chiffres clés au 31 mars (données IFRS non auditées)

3 mai 2013

« Les résultats du premier trimestre marquent une bonne résistance du Groupe dans un environnement économique difficile grâce aux effets positifs de la première phase de transformation décidée fin 2011. Notre nouvelle organisation, dont le projet est annoncé aujourd'hui, permet de viser un objectif de réduction de coûts beaucoup plus ambitieux, à 750 M€ en 2015 contre 470 M€ jusqu'à présent. »

Antoine Frérot
Président Directeur Général du Groupe

 

Chiffre d'affaires de 5 757 M€ contre 5 991 M€ au 31 mars 2012 retraité

Eau : activité en retrait de 3,8% à périmètre et change constants, à 2 494 M€

  • Indexation favorable, mais ralentissement ponctuel de la partie travaux dans certains contrats et érosion contractuelle en France. Bonne tenue des opérations en Europe Centrale et Orientale et aux Etats-Unis.
  • Baisse de l'activité Technologies et Réseaux liée au phasage des contrats Design & Build.

 

Propreté : repli du chiffre d'affaires de 4,6 % à périmètre et change constants, à 1 932 M€, lié au ralentissement économique

  • Effet volumes / niveau d'activité de -3,5% du fait du contexte économique et baisse des prix des matières premières recyclées.
  • Décroissance en France, Allemagne et Etats-Unis mais progression au Royaume-Uni et en Asie-Pacifique.

 

Services à l'Energie : +0,4% à périmètre et change constants, à 1 268M€

  • Stabilité en France (-0,7% à périmètre constant) et forte croissance aux Etats-Unis.

 

Capacité d'autofinancement opérationnelle de 542M€ contre 581 M€ au 31 mars 2012 retraité

  • En repli sous l'effet de l'érosion contractuelle en France dans l'Eau et de la décroissance de l'activité Propreté.
  • Contribution satisfaisante du Plan Convergence : 31 M€(3) nets de coûts de mise en œuvre.
  • Bonne tenue des activités françaises des Services à l'Energie, en dépit de l'arrêt des cogénérations gaz.

 

Bonne résistance du résultat opérationnel récurrent(1) : 405 M€ contre 411 M€ au 31 mars 2012 retraité

  • Progression de 4,8% du résultat net des co-entreprises et entreprises associées à 113 M€, principalement grâce à Dalkia International en hausse de plus de 20%.
  • Effet positif de la fermeture du régime de retraite spécifique des cadres dirigeants.

 

Endettement financier net en baisse : 10,1 Mds€ au 31 mars 2013 contre 10,8 Mds€ au 31 décembre 2012 retraité.

L'endettement financier net ajusté(4) s'établit à 6,8 Mds€ contre 7,8 Mds€ au 31 décembre 2012 retraité.

 

Nouvelle étape de la Transformation : Projet de nouvelle organisation et relèvement de l'objectif de réduction de coûts

Le Groupe envisage de lancer un projet qui viserait à remplacer l'organisation actuelle centrée sur les Divisions par une organisation intégrée déclinée par géographie.

Cette nouvelle organisation plus simple, plus réactive, plus manœuvrante permettrait :

  • d'adapter le Groupe aux nouvelles caractéristiques de ses marchés et de ses clients
  • d'avoir une approche commerciale plus systématique pour plus de croissance
  • d'industrialiser ses processus pour plus d'efficacité
  • de générer des économies supplémentaires

Relèvement de l'objectif de réductions de coûts nets porté à 750 M€(5) à horizon 2015 contre 470 M€ jusqu'à présent, soit une augmentation de 280 M€ qui se décomposent de la façon suivante : 70 M€ au titre du renforcement des efforts de mutualisation et IT, 100M€ au titre des achats et 110 M€ à travers des projets d'efficacité dans les métiers et les sièges.

 (1) Y compris quote-part de résultat net des co-entreprises et des entreprises associées

(2) Dont, en raison du nouveau traitement des co-entreprises, environ 80% en résultat opérationnel récurrent.

(3) Impact identique au niveau de la CAF opérationnelle et du résultat opérationnel

(4) Net des prêts aux co-entreprises

(5) Y compris quote-part de résultat net des co-entreprises et des entreprises associées

 

Informations financières au 31 mars 2013(6)

Chiffre d'affaires (M€) 
Au 31 mars 2013Au 31 mars 2012 retraitéVariation 2013/2012Dont croissance interneDont croissance externeDont effet de change
5 756,65 990,8-3,9%-3,0%-0,2%-0,7%

 

Activité

Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe, en recul de -3,9% à change courant (-3,0% à périmètre et change constants), s'établit à 5 756,6 millions d'euros contre 5 990,8 millions d'euros au 31 mars 2012 retraité.

L'effet périmètre du chiffre d'affaires au 31 mars 2013 est négatif à hauteur de -14,4 millions d'euros dont notamment 7,1 millions d'euros dans la division Eau (impact essentiellement de la comptabilisation d'Azalyia en intégration globale à partir du 2 août 2012), et -25,3 millions d'euros dans la division Propreté (résultant principalement des cessions des activités en Suisse et aux Pays-Baltes en 2012).

La baisse du chiffre d'affaires consolidé s'explique principalement :

  • dans la division Eau, par le fléchissement de l'activité Travaux en France, au Royaume-Uni et en Corée, par l'érosion contractuelle en France et le ralentissement des activités de Technologies et Réseaux, en dépit de la bonne tenue de l'activité exploitation en Europe Centrale et Orientale, et aux Etats-Unis. L'activité exploitation hors travaux est en légère progression à périmètre et change constant ;
  • dans la division Propreté, par un contexte macro-économique difficile et une évolution défavorable d'une part du prix et des volumes des matières premières recyclées et d'autre part du niveau d'activité en Europe, (en particulier en France et en Allemagne).
 

Ces effets sont partiellement compensés par le prix des énergies dont l'impact est positif (de l'ordre de 35 millions d'euros comparé au 31 mars 2012 retraité) dans la division des Services à l'Energie.

La part du chiffre d'affaires réalisé à l'étranger atteint 2 675,4 millions d'euros, soit 46,5% du total contre 46,7% au 31 mars 2012 retraité.

L'effet de change de -41,0 millions d'euros reflète essentiellement la dépréciation par rapport à l'euro, du yen japonais pour -17 millions d'euros, de la livre sterling pour -9,2 millions d'euros, et du dollar australien pour -5,1 millions d'euros.

 

Résultats

Au 31 mars 2013, la capacité d'autofinancement opérationnelle s'élève à 541,5 millions d'euros contre 580,6 millions d'euros au 31 mars 2012 retraité, soit une baisse de -6,7% en courant et -6,3% à change constant. Le taux de marge de capacité d'autofinancement opérationnelle s'établit à 9,4% au premier trimestre 2013.

La capacité d'autofinancement opérationnelle fléchit sous l'effet de l'érosion contractuelle principalement en France dans la division Eau et du différentiel défavorable tant sur les prix que sur les volumes dans la division Propreté dans une conjoncture économique qui demeure difficile.

Le Plan Convergence du Groupe a permis de générer 31 millions d'euros d'économies nettes au 31 mars 2013 en résultat opérationnel.

Le résultat opérationnel s'élève à 290,3 millions d'euros contre 303,2 millions d'euros au 31 mars 2012 retraité, soit une baisse de 4,3% en courant.

Le résultat opérationnel récurrent(7) du Groupe, ressort à 404,9 millions d'euros contre 411,1 millions d'euros au 31 mars 2012 retraité soit une légère baisse en courant (-1,5%) et à change constant (-1,2%). Il bénéficie de l'impact positif de la fermeture du régime de retraite à prestations définies des hauts cadres dirigeants.

Il intègre la hausse de 4,8% en courant de la quote-part de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées qui s'établit à 113,1 millions d'euros contre 107,9 millions d'euros au 31 mars 2012 retraité. Cette évolution est liée à la progression du niveau d'activité des concessions chinoises dans la division Eau et surtout à la croissance de l'activité de Dalkia International en Europe Centrale et Orientale (liée à un effet climat favorable en dépit de la réduction des subventions à la production d'électricité à base d'énergies renouvelables en Pologne et République Tchèque). Les performances de Dalkia International en progression par rapport au premier trimestre 2012, bénéficient de l'évolution favorable des volumes en Pologne, République Tchèque et dans les Pays Baltes ainsi que de l'effet positif de la restructuration en Italie.

Le free cash flow(8) est positif et s'établit à 594 millions d'euros (contre -339 millions d'euros au 31 mars 2012 retraité), en raison principalement de l'émission début janvier 2013 de titres super subordonnés à durée indéterminée en euros et en livres sterlings pour un montant total de 1 470 millions d'euros, respectivement 1 milliard d'euros à 4,5% de rendement et 400 millions de livres sterlings à 4,875% de rendement.

Par ailleurs, le free cash flow est affecté par la dégradation du besoin en fonds de roulement de -675 millions d'euros liée notamment à la saisonnalité. Les investissements bruts sont maîtrisés et s'établissent à 335 millions d'euros (contre 472 millions d'euros au 31 mars 2012 retraité).

Au global, l'endettement financier net(9) s'établit à 10,1 milliards d'euros contre 10,8 milliards d'euros au 31 décembre 2012 retraité.

L'Endettement financier net ajusté(10) au 31 mars 2013 s'élève à 6,8 milliards d'euros contre 7,8 milliards d'euros au 31 décembre 2012 retraité.

Le Groupe confirme les objectifs modifiés lors de la présentation des comptes annuels 2012 compte tenu des nouvelles normes comptables qui imposent le passage des entités anciennement consolidées selon la méthode de l'intégration proportionnelle à la méthode de mise en équivalence d'une part et de l'exécution plus rapide que prévu du programme de cessions d'autre part.

Pour la période 2012-2013, les objectifs du Groupe sont :

  • De céder 6 milliards d'euros(11) d'actifs, y compris remboursement de prêts des co-entreprises liés à des cessions ;
  • De réduire son endettement financier net entre 8 et 9 milliards d'euros et son endettement financier net ajusté (net des prêts aux co-entreprises) entre 6 et 7 milliards d'euros hors effet de change de clôture ;
  • D'ajuster, face à la conjoncture économique, sa réduction de coûts en 2013 à 270 millions d'euros en brut et 170 millions d'euros en net, dont, en raison du nouveau traitement comptable des co-entreprises, 80% en résultat opérationnel récurrent ;
  • Et de verser un dividende en 2013 et en 2014 de 0,7 euro par action, au titre respectivement de l'exercice 2012 et de l'exercice 2013.

Après 2013, le Groupe vise, dans une conjoncture économique moyenne :

  • Une croissance organique de son chiffre d'affaires de plus de 3% par an ;
  • Une croissance de sa capacité d'autofinancement opérationnelle de plus de 5% par an ;
  • Un leverage ratio Endettement Financier Net Ajusté / (Capacité d'autofinancement + remboursement des actifs financiers opérationnels) de l'ordre de 3x, à +/-5% ;
  • Un taux de distribution en ligne avec la moyenne historique ;

Au titre de 2015, le Groupe a augmenté sa réduction de coûts à 750 millions d'euros d'impact net dont, en raison du nouveau traitement comptable des co-entreprises, 80% en résultat opérationnel récurrent.

 (8) Définition du Free cash flow : Le free cash flow correspond au cash généré (somme de la capacité d'autofinancement totale et du remboursement des actifs financiers opérationnels) net de la prise en compte de la partie cash des éléments suivants : (i) variation du BFR opérationnel, (ii) opérations sur capitaux propres (variations de capital, dividendes versés et reçus), (iii) investissements nets de cessions (iv) variation des créances et autres actifs financiers, (v) intérêts financiers nets versés et (vi) impôts versés.

(9) Définition de l'Endettement financier net : Dette financière brute (dettes financières non courantes, courantes et trésorerie passive) nette de la trésorerie et équivalents trésorerie et hors réévaluation des dérivés de couverture de la dette.

(10) Les financements internes consentis aux co-entreprises ne sont plus éliminés suite à l'application des nouvelles normes IFRS 10 et 11, et ne sont donc pas déduits de l'Endettement financier net. Le Groupe utilise en complément de l'Endettement financier net, la notion d'Endettement financier net Ajusté qui prendra en compte les prêts consentis aux co-entreprises.

(11) Y compris désendettement lié au passage en mise en équivalence des Eaux de Berlin pour 1,4 milliard d'euros

 

Analyse par division

Eau

Chiffre d'affaires (M€) 
Au 31 mars 2013Au 31 mars 2012 retraitéVariation 2013/2012Dont croissance interneDont croissance externeDont effet de change
2 493,52 611,1-4,5%-3,8%0,3%-1,0%

 

Le chiffre d'affaires de la division Eau est en recul de -4,5% en courant (-3,8% à périmètre et change constants), la variation s'explique à la fois par le fléchissement de l'activité Travaux en France, au Royaume-Uni et en Corée, l'érosion contractuelle en France ainsi que par le ralentissement des activités de Technologies et Réseaux.

Pour les activités d'exploitation, le chiffre d'affaires est en retrait de -3,1% en courant (-2,4% à périmètre et change constants). L'activité exploitation hors Travaux est en légère progression à périmètre et change constants ;

  • En France, l'évolution de l'activité ressort à -4,4% en courant (-3,5% hors effet de périmètre) en lien avec le ralentissement de l'activité Travaux, l'érosion contractuelle et la baisse des volumes vendus (de l'ordre de -1,5% par rapport à 2012), malgré un effet favorable des indexations par rapport à 2012. A l'international, le chiffre d'affaires est en recul de -2,1% en courant (-1,5% à change et périmètre constants). En Europe, l'activité est stable (-0,1% en courant et -0,3% à change et périmètre constants) avec de bonnes performances en Europe Centrale et Orientale liées aux hausses tarifaires. Au Royaume-Uni, l'activité est pénalisée par la fin de contrats de Travaux. Le chiffre d'affaires en Asie-Pacifique recule de -16,2% en courant (-9,4% à change et périmètre constants) en raison du retrait de l'activité Travaux en Corée et du ralentissement de l'activité au Japon. Aux Etats-Unis, la progression de 5,3% en courant (6,1% à périmètre et change constants) bénéficie du démarrage du nouveau contrat à Rialto sur le premier trimestre 2013 mais également de la bonne tenue des contrats industriels.
  • Les activités Technologies et Réseaux sont en retrait de -7,3% en courant (-6,9% à périmètre et change constants). L'activité est principalement affectée par l'achèvement de certains contrats à l'international dans l'activité « Design and Build» municipal combiné au ralentissement de l'activité auprès des clients industriels.

Au 31 mars 2013, la capacité d'autofinancement opérationnelle est en retrait en raison principalement de l'érosion contractuelle dans les activités d'exploitation en France et du recul de la marge de l'activité Travaux.

Le résultat opérationnel récurrent est en retrait au 31 mars 2013 malgré l'impact favorable de la quote-part de résultat des concessions chinoises.

 

Propreté

Chiffre d'affaires (M€) 
Au 31 mars 2013Au 31 mars 2012 retraitéVariation 2013/2012Dont croissance interneDont croissance externeDont effet de change
1 932,42 065,1-6,4%-4,6%-1,2%-0,6%

 

Le chiffre d'affaires de la division Propreté est en recul de -6,4% en courant (-4,6% à périmètre et change constants). Cette variation est essentiellement liée au contexte macro-économique difficile (avec un effet négatif sur le niveau d'activité de -3,5%) combiné à des conditions climatiques défavorables en France, au Royaume-Uni et en Allemagne et à l'évolution à la baisse du prix et des volumes des matières premières recyclées pour -2,5%.

  • En France, le chiffre d'affaires est en recul de -6,8% en courant (-7,2% à périmètre constant), avec une baisse globale de l'activité affectant particulièrement les collectes industrielles et municipales ainsi que l'assainissement en lien avec les conditions climatiques défavorables. De plus, l'évolution défavorable des prix de matières (papiers et métaux) pénalise l'activité.
  • A l'international, le chiffre d'affaires est en recul de -6,2% en courant (et -2,7 % à périmètre et change constants). Le chiffre d'affaires de l'Allemagne recule de -13,0% en courant (-13,4% à périmètre constant) sous l'effet combiné d'une baisse des prix et des volumes de matières et d'une évolution économique défavorable dans le secteur industriel et commercial. Le chiffre d'affaires du Royaume-Uni progresse de 2,0% en courant (4,2% à périmètre et change constants) tiré par les contrats intégrés (progression de l'activité construction et hausse des volumes incinérés) malgré une évolution défavorable du niveau d'activité et des prix de matières. En Amérique du Nord, la diminution du chiffre d'affaires de -4,5% en courant (-1,5% à périmètre et change constants) s'explique par une baisse des services industriels malgré la progression des déchets spéciaux. En Asie-Pacifique, le chiffre d'affaires est stable à -0,3% en courant et progresse de +1,8% à périmètre et change constants en raison notamment de la bonne tenue du niveau d'activité depuis le dernier trimestre 2012 en Australie qui bénéficie du dynamisme du secteur minier.

La capacité d'autofinancement opérationnelle et le résultat opérationnel récurrent sont en repli au premier trimestre 2013 par rapport au premier trimestre 2012. Cette évolution résulte essentiellement du contexte macro-économique difficile et du différentiel défavorable des prix des matières premières recyclées.

 

Energie

Chiffre d'affaires (M€) 
Au 31 mars 2013Au 31 mars 2012 retraitéVariation 2013/2012Dont croissance interneDont croissance externeDont effet de change
1 267,51 275,7-0,6%0,4%-1,0%0,0%

 

Le chiffre d'affaires est stable (-0,6% en courant, et +0,4% à périmètre et change constants); la variation s'explique principalement par l'effet favorable du prix des énergies (de l'ordre de 35 millions d'euros par rapport au 31 mars 2012 retraité) en partie compensé par l'arrêt des cogénérations gaz en France dans un environnement concurrentiel compétitif.

  • En France, le chiffre d'affaires est en léger retrait de -1,8% en courant (-0,7% à périmètre constant) sous l'effet combiné d'un environnement concurrentiel compétitif et de l'arrêt des cogénérations gaz malgré la hausse du prix des énergies et un effet climat plus favorable que sur le premier trimestre 2012.
  • Aux Etats-Unis, le chiffre d'affaires est en hausse de 17,2% en courant (18,0% à périmètre et change constants) essentiellement en raison de la hausse du prix des énergies (fuel) par rapport au premier trimestre 2012.

La capacité d'autofinancement opérationnelle est en légère progression par rapport au 31 mars 2012 retraité.

Le résultat opérationnel récurrent est en progression et bénéficie de la croissance des activités de Dalkia International désormais consolidé en mise en équivalence. La croissance de l'activité de Dalkia International en Europe Centrale et Orientale s'explique principalement par un effet climat favorable dans tous les pays de la zone en dépit de la réduction des subventions à la production d'électricité à base d'énergies renouvelables en Pologne et République Tchèque. Les performances de Dalkia International en forte progression par rapport au premier trimestre 2012, bénéficient de l'évolution favorable des volumes en Pologne, République Tchèque et dans les Pays Baltes ainsi que de l'effet positif de la restructuration en Italie.

 

Autres

Chiffre d'affaires (M€) 
Au 31 mars 2013Au 31 mars 2012 retraitéVariation 2013/2012Dont croissance interneDont croissance externeDont effet de change
63,238,962,4%20,3%42,1%0,0%

 

La croissance du secteur opérationnel « Autres » de 62,4% (20,3% à périmètre et change constants) s'explique essentiellement par l'entrée en phase d'exploitation d'un contrat industriel en Europe.

La capacité d'autofinancement opérationnelle et le résultat opérationnel récurrent sont en progression par rapport au 31 mars 2012 retraité. Ce dernier bénéficie de l'impact positif de la fermeture du régime de retraite à prestations définies des hauts cadres dirigeants.

 

Annexe au rapport d'activité trimestriel :

Nouvelles normes et normes révisées sur la consolidation, les partenariats, les entreprises associées et les informations à fournir

L'arrêté de 31 Mars 2013 est le premier arrêté intermédiaire publié établi selon les nouvelles normes comptables IFRS10, IFRS11 et IFRS12 relatives à la consolidation qui ont été adoptées par l'Union européenne le 29 décembre 2012. Celles-ci imposent la consolidation par mise en équivalence des co-entreprises.

La majorité des partenariats du Groupe, jusqu'à présent comptabilisés en intégration proportionnelle, sont qualifiés de co-entreprises au sens de la norme IFRS 11 et doivent désormais être comptabilisés selon la méthode de la mise en équivalence dans le nouveau référentiel. Les principales co-entreprises sont les suivantes :

  • Eau Chine
  • Dalkia International
  • Dalkia Investissement
  • Proactiva
  • Veolia Transdev (hors SNCM) reclassé en activités non poursuivies
  • Marius Pedersen

A compter du 31 octobre 2012, Berlin (division Eau) est considérée comme une entreprise associée.

A ce jour, l'intégralité des sociétés consolidées en mise en équivalence est considérée comme ayant une nature opérationnelle dans le prolongement de l'activité du Groupe.

Dans ce contexte, la quote-part de résultat des co-entreprises et des entreprises associées est présentée en résultat opérationnel après quote-part de résultat net des entreprises mises en équivalence, ainsi qu'en résultat opérationnel récurrent, suite à la recommandation ANC (Autorité des Normes Comptables) 2013-01 du 4 avril 2013.

Suite à l'application des nouvelles normes, les financements internes consentis aux co-entreprises ne sont pas déduits de l'Endettement financier. Les financements internes non éliminés sont enregistrés au bilan en actifs financiers non courant et courant en prêts et créances. Veolia Environnement pouvant être amené à participer au financement du développement de ses partenariats, le Groupe utilisera en complément de l'Endettement financier net, la notion d'Endettement financier net Ajusté qui prendra en compte les prêts consentis aux co-entreprises.

Réconciliation des données publiées en 2012 avec les données retraitées 2012

Produit des activités ordinaires par secteur opérationnel (en millions d'euros) 31 mars 2012 publié Retraitement IFRS 5 Retraitement IFRS 8 (**) Retraitement IFRS 10 et 11 31 mars 2012 retraité
Eau3 049,7-61,4*-31,1-346,12 611,1
 Propreté2 236,1--39,1-131,92 065,1
 Services à l'énergie2 539,7-1,1*-36,0-1 226,91 275,7
Autres-25,6*106,2-92,938,9
Produit des activités ordinaires au compte de résultat consolidé 7 825,5 -36,9 --1 797,8 5 990,8

 

(*): Reclassement en résultat des activités non poursuivies des activités de l'Eau au Maroc (en cours de cession) et d'Energies éoliennes (présentées au sein des Services à l'Energie en mars 2012 et intégralement cédées au 28 février 2013). Reclassement en activités poursuivies des activités de la SNCM

(**) : Consécutivement à l'annonce en fin d'année 2011 du désengagement du Groupe de l'activité Transport et à l'évolution du comité exécutif du Groupe, une modification de la structure de l'organisation interne du Groupe a eu lieu au 30 juin 2012, avec pour conséquence une évolution de la composition des secteurs opérationnels à présenter. Conformément aux dispositions de la norme IFRS 8 sur l'identification des secteurs opérationnels et après prise en compte des critères de regroupement, les secteurs présentés sont désormais les suivants :

  • Eau
  • Propreté
  • Services à l'Energie
  • Autres secteurs.

Les informations sectorielles des périodes antérieures ont été retraitées de cette évolution.

En M€31 mars 2012 Publié Retraitement IFRS 5 (*) Retraitement IFRS 10 et 11 31 mars 2012 retraité
Chiffre d'affaires 7 825,5-36,9-1 797,85 990,8
Capacité d'autofinancement opérationnelle 900,4-7,3-312,5580,6
Résultat opérationnel(**) 544,00,2-132,6411,6
Résultat opérationnel récurrent (***) 543,50,2-132,6411,1
Cash Flow libre -519-+180-339

(*) : Reclassement en résultat des activités non poursuivies des activités de l'Eau au Maroc (en cours de cession) et d'Energies éoliennes (présentées au sein des Services à l'Energie en mars 2012 et intégralement cédées au 28 février 2013). Reclassement en activités poursuivies des activités de la SNCM

(**) : Après quote-part de résultat net des co-entreprises et des entreprises associées.

(***) : Après quote-part de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées.

 

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent document de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, les risques liés aux termes et conditions figurant habituellement dans les accords de cession, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passées, présentes et futures, de même que les risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission. Veolia Environnement n'a pas l'obligation ni ne prend l'engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement copie des documents enregistrés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission.

Ce document contient des indicateurs non strictement comptables (« non GAAP ») au sens de la règlementation (notamment Regulation G adoptée par la Securities and Exchange Commission américaine au titre de la loi américaine. Sarbanes-Oxley Act de 2002). Ces indicateurs non strictement comptables sont notamment conformément à l'exemption accordée par la règlementation américaine (Rule 100(c) of Regulation G)

 

Contacts

Marie-Claire Camus - Tél +33 (0)1 71 75 06 08

Sandrine Guendoul - Tél +33 (01)71 75 12 52

Retrouvez les communiqués de presse sur notre site : http://www.finance.veolia.com