Média

Ile de La Réunion : Veolia Eau, mandataire d'un groupement d'entreprises, remporte le contrat de concession de la station d'épuration du Grand Prado

27 mai 2010

Il s'agit d'un projet déterminant pour la reconquête du milieu naturel, grâce à une épuration poussée des eaux usées et à un dimensionnement conçu pour anticiper les besoins d'une population en croissance constante. La nouvelle station d'épuration aura une capacité initiale de 160 000 équivalents habitants, permettant ultérieurement une extension à 235 000 équivalents habitants.
Ce contrat, remporté à l'issue d'un appel d'offres international, représente un chiffre d'affaires total cumulé estimé à 270 millions d'euros1 pour Veolia Eau.

Le groupement d'entreprises est constitué autour de Veolia Eau, mandataire, d'OTV, de SOGEA et de SBTPC du groupe Vinci et d'Egis Eau. Au sein du groupement, l'ingénierie sera réalisée par la filiale de Veolia Eau OTV, mandataire du groupement de conception-construction et en charge des équipements à l'exception du traitement tertiaire confié à SOGEA. Le Génie-civil sera confié à Vinci au travers de ses sociétés SOGEA et SBTPC. Egis Eau assurera le suivi des travaux et la maitrise d'œuvre du projet de construction pour le compte de Veolia Eau, afin de s'assurer de la bonne exécution du chantier et du respect des délais.

Pour satisfaire aux dispositions de la Directive Européenne « Eaux résiduaires urbaines », le projet répondra à la norme de qualité des eaux urbaines en zone sensible, ainsi qu'à celle de la qualité bactériologique des eaux de baignade. Il repose sur un concept zéro nuisances (bruit et odeurs), le respect d'une charte « chantier vert » pour le volet construction et un partenariat avec l'Office Réunionnais de l'Air qui organisera pendant l'exploitation un jury de « nez » bénévoles avec les riverains du site.

Un certain nombre de dispositions feront du projet une référence en matière de développement durable sur l'île dans le cadre du projet « Réunion-île verte » issu des accords de Grenelle : valorisation des toitures pour production d'énergie photovoltaïque, production d'électricité à partir du biogaz de digestion par cogénération, unité de microfiltration pour réutiliser une partie de l'eau traitée pour les besoins internes dela station, traitement des eaux de ruissellement par phytoremédiation.
L'intégration de la station au sein du site a été soignée grâce à la mise en place d'un rideau végétal et à un enfouissement partiel des ouvrages.

Le projet de construction inclut l'usine d'épuration des eaux et de traitement des boues, mais n'inclut pas le réseau de transfert des eaux usées vers la station, réalisé sous la maîtrise d'ouvrage CINOR. Le démarrage des travaux est prévu au 2ème semestre 2010 et la mise en service pour le printemps 2013.

La filière de traitement des eaux usées comprend des prétraitements, une décantation primaire lamellaire, des boues activées faible charge, une clarification et un traitement tertiaire par micro tamis et lampes ultra violet. La filière « air » prévoit une désodorisation par tours de lavage et des réseaux de surveillance par 4 « nez électroniques ».
Les boues seront traitées par épaississement, digestion et séchage thermique indirect.

La dévolution des boues produites par la station a été anticipée afin d'assurer la pérennité de la valorisation agricole des boues, une fois homologuées, sur la totalité de la période d'exploitation. Ainsi, le groupement d'entreprises a signé un partenariat exclusif avec le monde de la canne, du sucre et des organismes agro-scientifiques de l'île, et assurera le suivi de l'impact de l'utilisation des boues sur l'environnement et sur la qualité de la production sucrière.

A travers ce contrat de concession de l'assainissement des eaux usées, l'objectif de Veolia Eau et du groupement d'entreprises est d'accompagner la Communauté Intercommunale Nord Réunion dans son projet exemplaire de reconquête de son milieu naturel, avec un impératif de développement urbain sans nuisances pour l'environnement dans cette zone littorale sensible
Jean-Michel Herrewyn, Directeur Général de Veolia Eau

Notes

1 Conformément aux normes de consolidation de Veolia Eau, le PAO cumulé sera de 270 millions d'euros, soit 75 millions d'euros d'activité construction et 195 millions d'euros au titre du contrat de concession.