Média

La plus grande chaufferie biomasse de France ouvre ses portes à Cergy-Pontoise

17 décembre 2009

En phase avec les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixés par le Grenelle de l'Environnement, cette nouvelle chaufferie biomasse témoigne de la volonté affichée par l'agglomération de Cergy- Pontoise de privilégier les énergies renouvelables pour son chauffage urbain.

Exploitée par Dalkia, filiale de Veolia Environnement et d'EDF, elle représente 22% de l'énergie fournie par Cyel, compagnie urbaine de chauffage de Cergy-Pontoise qui dessert 32 000 équivalent logements, et porte désormais à plus de 60% la part des énergies renouvelables du réseau.

La biomasse utilisée sur le site provient pour 35% de bois propre de recyclage (palettes), pour 25% de plaquettes urbaines d'élagage de l'ouest parisien, pour 20% de plaquettes forestières des forêts d'Ile-de-France (78, 95), et pour 20% de criblat de compostage.

S'imposant comme la plus grande et l'une des plus innovantes de France, la chaufferie de Cergy-Pontoise présente de multiples bénéfices pour la collectivité, notamment :

  • Au plan écologique
    Générant une baisse sensible des 20% des émissions de C02 dans l'atmosphère, soit 16 000 tonnes par an, elle participe à la lutte contre le réchauffement climatique et à l'équilibre des ressources.
  • Au plan économique
    La biomasse est une énergie particulièrement compétitive par rapport aux énergies fossiles. Elle est également peu sensible aux fluctuations des prix des énergies fossiles, ce qui offre une meilleure visibilité. Autre avantage : en permettant à la chaleur du réseau de franchir le seuil de 50% d'énergies renouvelables, la biomasse permet aux usagers de bénéficier d'une TVA réduite à 5.5% sur l'intégralité de la facture d'énergie.

La chaufferie bois en chiffres

  • 25 MW de puissance, soit une capacité pour le chauffage de 4 000 logements
  • Environ 40 000 tonnes de bois de récupération consommées chaque année
  • 4000 m3 de capacité de stockage silo
  • 3 à 4 jours d'autonomie à pleine puissance
  • 16 000 tonnes de CO2 en moins dans l'atmosphère
  • Un investissement de 17 millions d'Euros.