Média

Résultats 2008

5 février 2010

Chiffre d'affaires consolidé 2008 en hausse de 13,4%, à 36 205 millions d'euros, grâce notamment à une croissance organique soutenue de +9,6%.

Capacité d'autofinancement opérationnelle en progression de 2% à change constant (-0,6% à change courant) à 4 137 millions d'euros.

Résultat net récurrent part du Groupe de 703 millions d'euros avant dépréciation Veolia Propreté Allemagne, contre 926 millions d'euros en 2007.

Résultat net part du Groupe de 405 millions d'euros contre 928 millions d'euros, après une dépréciation de Veolia Propreté Allemagne de -430 millions d'euros (1).

Après une hausse moyenne de 22% par an au cours des quatre dernières années, le dividende par action est maintenu au même niveau qu'en 2007 à 1,21 euro.

L'objectif 2009 est de générer un free cash flow positif après paiement du dividende, grâce à :

  • la réduction des investissements nets de cessions d'au moins 1,6 milliard d'euros en 2009 par rapport à 2008, soit -44% ;
  • des cessions d'au moins 1 milliard d'euros d'actifs en 2009, après 761 millions d'euros en 2008. Programme de cessions porté à près de 3 milliards d'euros sur la période 2009-2011 afin de dégager en interne les moyens de la croissance ;
  • et des réductions de coûts de 280 millions d'euros en 2009. 180 millions d'euros au titre du plan "Efficacité 2010" et 100 millions d'euros sous l'effet du plan d'adaptation de la division Propreté en complément des mesures déjà prises en Allemagne.
"Dans une conjoncture mondiale difficile, Veolia Environnement a démontré ses capacités de résistance et dispose d'atouts considérables pour faire face à ce contexte. Depuis plus de 150 ans, notre métier est de servir les besoins essentiels de nos clients. La nature de nos contrats offre une bonne visibilité sur la récurrence de nos cash flows. Notre structure financière est solide, la maturité moyenne de notre dette est supérieure à 9 ans et la liquidité nette de 4 milliards d'euros. Ces atouts et la complémentarité de nos activités nous permettent d'aborder la période actuelle avec confiance mais aussi avec prudence. Pour 2009, nos efforts seront intensifiés et concentrés sur la réduction des coûts et sur l'amélioration de la génération de cash flow".
Henri Proglio, Président-Directeur Général

Evolution de l'activité et développement

Le Groupe a poursuivi son développement en dépit de la dégradation de l'environnement économique, notamment perceptible au 4ème trimestre dans la Propreté.

Chiffre d'affaires consolidé

Au 31 décembre 2008 (en M€)

Au 31 décembre 2007 (2) (en M€)

Variation 2008/2007

Dont croissance interne

Dont croissance externe

Dont effet de change

36 20531 932+13,4%+9,6%+6,2%-2,4%

Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe, en progression de 13,4% (+15,8% à change constant), s'établit à 36 205,5 millions d'euros contre 31 932,2 millions d'euros en 2007. La croissance interne s'élève à 9,6%, portée par le fort dynamisme commercial dans l'ensemble des activités et accentuée par la mise en oeuvre des contrats d'ingénierie et de construction dans l'Eau. La hausse des prix des énergies, dans l'activité Energie, contribue pour 473 millions d'euros. La croissance externe de 6,2% provient, en particulier, des acquisitions réalisées par Veolia Propreté en Allemagne, en Italie et en France (pour une contribution totale de 828,6 millions d'euros), de Veolia Energie aux Etats-Unis (303,1 millions d'euros) et de Veolia Eau principalement au Royaume-Uni et au Japon (contribution totale de l'ordre de 268,4 millions d'euros).

La part du chiffre d'affaires réalisé à l'étranger atteint 21 682,6 millions d'euros, soit 59,9% du total contre 57,5% en 2007.

L'effet de change de -778,3 millions d'euros reflète essentiellement la dépréciation du dollar américain pour -191,4 millions d'euros, de la livre sterling pour -437,3 millions d'euros compensée partiellement par l'appréciation de la couronne tchèque (+109,0 millions d'euros).

Développement

Veolia Environnement a gagné de nombreux contrats dans ses zones d'implantation prioritaires en France (Eau : travaux à Nantes et pour l'agglomération parisienne - SIAAP ; Energie : complexe thermique à Bordeaux...), en Europe (Eau : Varsovie, Irlande ; Propreté : Londres - Southwark, West Berkshire ; Energie : Saragosse ; Transport : Bilbao, Allemagne...), en Amérique du Nord, en Asie/Pacifique (Inde, Australie, Chine...) et au Moyen-Orient (Dubaï, Arabie Saoudite, Abu Dhabi, dans le secteur de l'Eau).

L'année 2008 a été marquée comme en 2007 par un fort taux de renouvellement de nos contrats.

Le Groupe a procédé, en outre, à plusieurs acquisitions ciblées dans le cadre de sa stratégie de développement dont principalement en France (Bartin Recycling Group, société spécialisée dans la collecte et la valorisation des déchets d'industrie, en particulier dans le recyclage des métaux ferreux et non ferreux) et en Pologne (la société Praterm, producteur et distributeur de chaleur).

Performances opérationnelles

4 163,7 millions d'euros en 2007, en hausse de 2% à change constant et en baisse de 0,6% à change courant. Elle a bénéficié du développement des nouvelles activités, des acquisitions récentes et des bonnes performances dans l'Energie ainsi que de l'effet favorable du plan de productivité. A l'inverse elle subit les effets négatifs :

  • de l'évolution des parités monétaires (-107 millions d'euros) en particulier, l'appréciation de l'euro contre les principales devises d'implantation du groupe ;
  • de la dégradation des performances opérationnelles de la Propreté avec une inflexion conjoncturelle très marquée à partir du troisième trimestre (prix et volumes), en dépit des actions de restructuration menées en Allemagne au cours du deuxième semestre (nouvelle équipe dirigeante, fermeture de deux directions régionales, plan de restructuration) ;
  • de l'augmentation des coûts de structure et développement en particulier en Asie ;
  • de la hausse des coûts non répercutés aux clients, notamment la hausse des coûts de carburant.

Le résultat opérationnel ressort à 1 951,3 millions d'euros contre 2 482,5 millions d'euros en 2007, en baisse de 21,4% à change courant et de 18,4% à change constant. Outre les éléments qui affectent la capacité d'autofinancement opérationnelle, il tient compte de pertes de valeur sur Veolia Propreté Allemagne (-405,6 millions d'euros) ainsi que d'une augmentation des charges d'amortissement liées aux gains des nouveaux contrats et aux acquisitions récentes.

Le résultat opérationnel récurrent s'établit à 2 283,2 millions d'euros contre 2 454,9 millions d'euros en 2007, en baisse de 7,0% à change courant et de 4,0% à change constant. Il intègre, à hauteur de -62,6 millions d'euros, une dépréciation des actifs incorporels qui avait été reconnue à l'occasion de l'acquisition de Veolia Propreté Allemagne.

Résultat net

Le coût de l'endettement financier net augmente de 818,8 millions d'euros en 2007 à 924,7 millions d'euros en 2008. Cette hausse résulte de l'augmentation de l'endettement financier net moyen et de celle du taux de financement, de 5,49% en 2007 à 5,61% en 2008, liée à la hausse du coût de la liquidité.

Les autres revenus et charges financiers passent de 4,1 millions d'euros en 2007 à -51,2 millions d'euros en 2008. Cette variation résulte principalement de la diminution des gains et pertes sur les prêts et créances pour -26,8 millions d'euros dont 26,5 millions d'euros étaient liés en 2007 à un litige avec le Land de Berlin et de pertes de change liées essentiellement à l'appréciation de l'euro contre certaines devises.

Le Groupe supporte en 2008 une charge d'impôt nette de -468,8 millions d'euros contre -417,9 millions d'euros en 2007. La hausse du taux d'impôt reflète la charge d'impôt non récurrente au titre de la Propreté en Allemagne, l'impact des pertes fiscales non activées et celui du changement de loi fiscale en Allemagne et au Royaume-Uni.

Le résultat net des activités non poursuivies passe de -11,8 millions d'euros en 2007 à 184,2 millions d'euros en 2008. En 2008, ce résultat comprend principalement la plus-value de cession sur Clemessy et Crystal dans la division Energie pour un montant net d'impôt de 176,5 millions d'euros, avec une quote-part revenant aux actionnaires minoritaires de 60 millions d'euros.

Le résultat net part du Groupe est de 405,1 millions d'euros en 2008 contre 927,9 millions d'euros en 2007. Retraité notamment de la contribution positive des activités non poursuivies et de la dépréciation des écarts d'acquisition, le résultat net récurrent part du Groupe est de 658,6 millions d'euros en 2008 contre 925,8 millions d'euros en 2007. Hors effet net d'impôt de la dépréciation des actifs incorporels qui avaient été reconnus à l'acquisition des activités de Veolia Propreté en Allemagne, le résultat net récurrent part du Groupe s'élève à 703 millions d'euros.

Cash flow

La capacité d'autofinancement totale, y compris capacité d'autofinancement financière, s'établit à 4 178 millions d'euros contre 4 219 millions d'euros en 2007, en baisse de 1,0%. Le Groupe a accéléré sa politique de gestion d'actifs en procédant à 761 millions d'euros (contre 453 millions d'euros en 2007) de cessions d'actifs industriels et de participations, en se séparant d'actifs disposant de leur propre logique de développement (notamment la cession de Clemessy et Crystal dans la division Energie pour un montant net de 226 millions d'euros) ou en nouant de nouveaux partenariats pour renforcer sa capacité de développement sur certaines zones géographiques. Au total, ces ressources s'établissent à 4 939 millions d'euros contre 4 672 millions d'euros en 2007.

Les ressources couvrent, outre les frais financiers et les impôts courants, la totalité des investissements de maintenance (1 860 millions d'euros), les investissements de croissance et de développement courant pour un montant de 1 169 millions d'euros, les nouveaux actifs financiers opérationnels (336 millions d'euros) nets des remboursements (358 millions d'euros) ainsi que la variation du besoin en fonds de roulement liée à la croissance de l'activité.

Le Groupe a poursuivi son effort de développement et a procédé à la mise en oeuvre de nouveaux projets et à des acquisitions ciblés pour un montant d'investissements de 1 336 millions d'euros, avec notamment les projets de BOT au Royaume-Uni, en Chine et au Moyen-Orient ainsi que les acquisitions de Bartin Recycling Group en France et Praterm en Pologne.

Après ces investissements et paiement des dividendes, l'endettement financier net s'élève à 16,5 milliards d'euros au 31 décembre 2008 contre 15,1 milliards d'euros au 31 décembre 2007. Le ratio Endettement Financier Net/(CAF + remboursements d'actifs financiers opérationnels) s'établit à 3,6x au 31 décembre 2008 contre 3,3x au 31 décembre 2007. Les opérations de refinancement exécutées au fil de l'année permettent de maintenir une durée moyenne d'endettement supérieure à 9 ans et une liquidité, nette des dettes à court terme, en progression à 4,0 milliards d'euros.

Rendement des capitaux employés moyens après impôts

Conformément aux indications données en octobre dernier, le rendement des capitaux employés moyens après impôts s'établit à 8,4% contre 10,8% en 2007. L'impact des entrées de périmètre de l'exercice 2008 et des principales acquisitions de l'année 2007 est de -1,8%.

Dividendes

Veolia Environnement a décidé de soumettre à l'approbation de l'Assemblée Générale du 7 mai 2009, la distribution d'un dividende, pour l'année 2008, de 1,21 euro par action, payable en numéraire ou en actions Veolia Environnement. Ces actions nouvelles seront émises avec une décote maximale de 10% par rapport au prix résultant de la moyenne des cours d'ouverture des actions de Veolia Environnement échangées sur Euronext lors des vingt séances de bourse précédant le jour de l'Assemblée Générale diminuée du montant du dividende. La date de négociation ex-dividende est fixée au 13 mai 2009. La période d'option durant laquelle les actionnaires peuvent choisir s'ils optent pour un paiement des dividendes en espèces ou en actions démarre le 13 mai et s'achève le 28 mai 2009. Les dividendes 2008 seront versés en actions ou en espèces- à partir du 8 juin 2009.

Perspectives

Dans l'environnement économique actuel, Veolia Environnement s'est fixé comme priorité pour 2009 la génération d'un cash flow disponible positif après paiement du dividende.

Pour atteindre cet objectif, le Groupe prévoit de réduire ses investissements nets d'au moins 1,6 milliard d'euros par rapport à 2008, soit une enveloppe maximale de 2 milliards d'euros en 2009. Afin de dégager en interne les moyens de sa croissance, Veolia Environnement a revu à la hausse son plan de cession d'actifs. 3 milliards d'euros de cessions devraient ainsi être réalisées sur la période 2009-2011, avec un objectif d'au moins 1 milliard d'euros dès 2009, après environ 0,8 milliard d'euros en 2008. Par ailleurs, des actions de réductions de coûts à effet 2009 d'un montant de 280 millions d'euros sont identifiées, 180 millions d'euros dans le cadre du plan "Efficacité 2010" et 100 millions d'euros au titre du plan d'adaptation mis en oeuvre dans la division Propreté.

Au total, la priorité du Groupe de générer un free cash flow positif en 2009, conduit à fixer un objectif d'une capacité d'autofinancement opérationnelle après déduction des investissements nets, d'environ 2 milliards d'euros, à taux de change constant.

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passée, présentes et futures, de même que les risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission. Veolia Environnement n'a pas l'obligation ni ne prend l'engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement copie des documents enregistrés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission.

Notes

(1) Dépréciation d'écarts d'acquisition de -343 millions d'euros, d'actifs incorporels identifiés en bilan d'ouverture pour -62,6 millions d'euros et une charge d'impôt de -24 millions d'euros.

(2) Les comptes 2007 ont été ajustés afin d'assurer la comparabilité des exercices du montant du résultat des activités cédées en 2008 (Clemessy et Crystal dans l'Energie notamment) selon la norme IFRS 5 et présenté au compte de résultat dans la ligne "résultat net des activités non poursuivies". CA 2007 Clemessy et Crystal : 696 M€.