Média

Résultats annuels 2010

4 mars 2011
Imported document 9411
PDF - 125.53 KB

Bonne progression de la profitabilité et de la rentabilité en 2010 et redémarrage de la croissance organique confirmé trimestre après trimestre :

  • Chiffre d'affaires consolidé : 34 787 m€, soit +2,5% (+1,3% à périmètre et change constants) avec une amélioration de la croissance organique tout au long de l'exercice : -3,3% au T1, +0,9% au T2, +2,7% au T3, +4,7% au T4.
  • Hausse de la capacité d'autofinancement opérationnelle : 3 654 m€ soit +4,0% (+0,9% à change constant) et amélioration de la marge de CAFop de 10,3% à 10,5%.
  • Hausse du résultat opérationnel récurrent : 2 056 m€, soit +8,5% (+5,3% à change constant) et amélioration de la marge de RESOP récurrent de 5,6% à 5,9%.
  • Réductions de coûts de 265 m€.
  • Hausse du résultat net récurrent part du Groupe de 11,6%, à 579 m€. Le résultat net part du groupe s'établit à 581 m€, stable par rapport à 2009.
  • ROCE après impôt (*) en hausse de 7,6% à 7,9%.

Cash flow libre positif de 409 m€ après paiement des dividendes

  • Endettement financier net(*) de 15 218 m€ contre 15 127 m€ incluant des effets de change défavorables de 465 m€.
  • Cessions réalisées en 2010 : 1 241 m€, soit plus de 2,5 mds€ en deux ans.
  • Amélioration des ratios de crédit.

Finalisation du rapprochement Veolia Transport / Transdev au 3 mars 2011 : activité Transport désormais consolidée par intégration proportionnelle

Proposition à l'Assemblée Générale du 17 mai 2011 de distribuer un dividende de 1,21€ par action, avec option de paiement en actions

Objectifs 2011 : Croissance des résultats

  • Croissance du résultat opérationnel récurrent de 4% à 8%(2)
  • Croissance du résultat net part du groupe
  • Réduction des coûts d'au moins 250 m€
  • Programme de cessions supérieur à 1,3 md€
  • Free cash flow(*) positif après dividende(1)

Pour la période 2011-2013, et, selon les hypothèses de la conjoncture, les objectifs visés sont :

  • Hausse du résultat opérationnel récurrent en moyenne annuelle de 4% à 8%(2)
  • Progression du ROCE après impôts avec un objectif entre 9% et 10% en 2014
  • Programme de cessions amplifié et porté à 4 mds€
  • Réductions de coûts renforcées pour atteindre 300 m€ par an à horizon 2013

Evolution de l'activité et développement (3)

Chiffre d'affaires

Au 31
décembre 2010
(en M€)

Au 31 décembre
2009 retraité
(en M€)

Variation
2010/2009

Dont croissance
interne

Dont croissance
externe

Dont effet de
change

34 786,6

33 951,8

2,5%

1,3%

-1,5%

2,7%

Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe s'établit à 34 786,6 millions d'euros contre 33 951,8 millions d'euros au 31 décembre 2009 retraité, en progression de 2,5% par rapport à l'exercice 2009 (+1,3% à périmètre et change constants).

La part du chiffre d'affaires réalisé hors de France atteint 20 748,8 millions d'euros, soit 59,6% du total contre 59,5% au 31 décembre 2009 retraité.

L'effet de change de 911,8 millions d'euros reflète essentiellement l'appréciation par rapport à l'euro du dollar australien pour 194,6 millions d'euros, du dollar américain pour 154,0 millions d'euros, de la livre sterling pour 82,9 millions d'euros, des devises de l'Europe Centrale pour 97,4 millions d'euros, des devises d'Europe du Nord (Norvège et Suède) pour 75,6 millions d'euros.

Le dernier trimestre 2010 ressort en progression sensible, à +7,9% et marque une nette inflexion après +4,9% au troisième trimestre, +1,5% au second trimestre 2010 et -4,3% au premier trimestre.

Cette amélioration est également confirmée à périmètre et change constants : +4,7% au T4 2010 ; après +2,7% au T3 2010, +0,9% au T2 2010 et -3,3% au T1 2010, confirmant un retour à une croissance organique positive.

Cette évolution s'explique principalement par l'amélioration progressive de l'environnement économique, la remontée et le maintien des prix des matières premières recyclées et des prix des énergies, un effet climat positif en France et à l'international, ainsi que de bonnes performances en termes de développement commercial.

A l'inverse, les activités du Groupe ont été pénalisées par le non-renouvellement en 2009 de certains contrats significatifs notamment dans la division Transport (-637 millions d'euros par rapport à 2009), ainsi que la fin des grands contrats de construction à l'international dans la Division Eau (Marafiq, Fujairah, Ras Laffan pour -311 millions d'euros par rapport à 2009).

Au cours de l'exercice, Veolia environnement a poursuivi son développement et a continué à bénéficier d'une dynamique commerciale favorable.

Veolia Environnement a ainsi gagné et renouvelé de nombreux contrats dans ses zones d'implantation prioritaires dont notamment : en France, dans l'Eau, le renouvellement pour douze années du contrat de production et de distribution d'eau du syndicat des Eaux d'Ile de France (chiffre d'affaires cumulé estimé de 3 milliards d'euros) ; avec Lille Métropole Communauté Urbaine, la reconstruction et l'exploitation de la station d'épuration des eaux usées la plus importante du nord de la France (4 ans de construction et 6 ans d'exploitation pour un chiffre d'affaires cumulé estimé supérieur à 100 millions d'euros) ; sur l'Ile de La Réunion, la conception, la construction et l'exploitation pendant 20 ans de la nouvelle station d'épuration des eaux usées de Sainte Marie (chiffre d'affaires cumulé estimé de 270 millions d'euros) ; dans la Propreté, au Royaume-Uni, le groupe a remporté le contrat de recyclage et de gestion des déchets de Westminster pour 7 ans (chiffre d'affaires cumulé estimé 298 millions d'euros) et le contrat Private Finance Initiative (PFI) de traitement des déchets du comté de Staffordshire pour 25 ans (chiffre d'affaires cumulé de 1,1 milliard d'euros) ; à Hong-Kong, la conception, la construction et l'exploitation pendant 15 ans d'une unité de traitement et de valorisation des boues d'épuration en combinant ses savoir-faire dans l'Eau et la Propreté pour un PAO cumulé de 700 millions d'euros.

Début 2011, le groupe a enregistré de nouveaux succès commerciaux dont : au Canada, dans l'Energie, l'exploitation et la maintenance du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal pendant 30 ans (chiffre d'affaires cumulé supérieur à 1,6 milliard de dollars canadiens), à Abu Dhabi, la conception, la construction et l'exploitation de trois centrales de production de froid pendant 29 ans (chiffre d'affaires cumulé de 373 millions d'euros) ; dans la Propreté, au Royaume-Uni, à Haringey, un contrat de nettoyage, collecte et recyclage pour 14 ans (chiffre d'affaires cumulé de 270 millions d'euros) ; dans l'eau, au Royaume-Uni, dans le cadre du consortium Vennsys (Veolia Eau à 51%), un contrat de gestion des services de compteurs d'eau auprès de Thames Water, pour une durée de 10 ans et un chiffre d'affaires total estimé de 280 millions d'euros.

En 2010, le groupe a poursuivi son programme de cessions d'actifs industriels et financiers(*). Elles se sont établies au total à 1 241 millions d'euros. Les cessions suivantes ont ainsi été réalisées :

  • Le 2 février 2010, cession de l'usine d'incinération du comté de Miami-Dade pour un prix de 128 millions de dollars américains (93 millions d'euros) en valeur d'entreprise, conformément aux termes financiers prévus,
  • Le 22 mars 2010, décroisement des sociétés mixtes dans l'Eau en France finalisé entre Suez Environnement et Veolia Environnement,
  • En juin 2010, la poursuite de la réorganisation des activités Energie en République Tchèque notamment dans le cadre du partenariat signé entre Dalkia Ceska Republika et CEZ pour un montant total de 271 millions d'euros,
  • En août 2010, la réorganisation financière des activités Energie en Pologne,
  • Le 1er décembre 2010, cession de 29% des 40% détenus dans Delfluent BV, activités néerlandaises dans la division Eau pour 118 millions d'euros en valeur d'entreprise.

Au total, la baisse du chiffre d'affaires liée aux cessions nettes réalisées en 2009 et 2010 s'élève à -495,6 millions d'euros (soit -1,5%) et se répartit comme suit : -150,7 millions d'euros dans la Division Eau, -312,4 millions d'euros dans la Division Propreté (principalement Veolia Propreté Nettoyage et Multiservices), -26,5 millions d'euros dans la Division Energie et -6,0 millions d'euros dans la Division Transport.

Parallèlement, le groupe a procédé à des opérations d'acquisition ciblées pour un montant total de 653 millions d'euros.

Ces investissements incluent notamment :

  • Le 25 juin 2010, finalisation du rachat de New World Resources Energy (NWR Energy), initié en janvier 2010, au groupe NWR pour un montant de 97 millions d'euros en valeur d'entreprise,
  • le 9 novembre, la reprise de certaines activités du Groupe United Utilities en Europe Centrale et Orientale ainsi qu'au Royaume Uni, pour un montant en valeur d'entreprise de 193 millions d'euros.

Enfin, Veolia Environnement a finalisé le rapprochement de Veolia Transport et de Transdev le 3 mars 2011.

Le 12 décembre 2010, Henri Proglio a informé le conseil d'administration de Veolia Environnement de sa décision de quitter ses fonctions de Président du conseil d'administration. Henri Proglio demeure administrateur de la société.

Le conseil d'administration a décidé, suivant les recommandations de son comité des nominations et rémunérations, de rassembler les fonctions de Président du conseil d'administration et de directeur général de la société.

Dans ce cadre, le conseil d'administration a nommé Antoine Frérot Président-directeur général de Veolia Environnement. Ses nouvelles fonctions prennent effet à compter du 12 décembre 2010.

Performances opérationnelles

La capacité d'autofinancement opérationnelle s'établit à 3 653,8 millions d'euros au 31 décembre 2010 contre 3 513,6 millions d'euros au 31 décembre 2009 retraité des activités non poursuivies, en progression de 4,0% à change courant (0,9% à change constant).

La hausse de la capacité d'autofinancement opérationnelle du Groupe dans un contexte économique encore morose témoigne de sa capacité d'adaptation des coûts dans un environnement très concurrentiel.

Cette progression provient essentiellement de la contribution sur l'exercice 2010 des facteurs suivants :

  • le maintien à un niveau élevé du prix des matières premières recyclées ;
  • les effets positifs de l'adaptation à la conjoncture économique réalisée en 2009 et 2010 ; les effets du plan d'efficacité du Groupe contribuent à la croissance de la capacité d'autofinancement opérationnelle pour 265 millions d'euros, en ligne avec l'objectif annoncé en mars 2010 ;
  • la contribution positive des opérations en CO2 ainsi qu'un effet climat très positif dans la division Energie.

A l'inverse, elle subit les effets négatifs de :

  • la perte, la finalisation ou le non-renouvellement de certains contrats significatifs, notamment dans les divisions Eau et Transport ;
  • la pression sur les marges dans le cadre des renouvellements de contrats ou gains de contrats dans un environnement économique concurrentiel.

Le taux de marge de capacité d'autofinancement opérationnelle progresse de 0,2 point, à 10,5% contre 10,3% en 2009.

L'effet de change positif total de 107,2 millions d'euros sur la capacité d'autofinancement opérationnelle provient principalement de l'appréciation du dollar australien à hauteur de 19,2 millions d'euros, du dollar américain à hauteur de 18,5 millions d'euros, de la livre sterling à hauteur de 14,8 millions d'euros et des monnaies d'Europe Centrale à hauteur de 18,7 millions d'euros au 31 décembre 2010.

Le résultat opérationnel s'élève à 2 120,3 millions d'euros au 31 décembre 2010 contre 1 981,8 millions
d'euros au 31 décembre 2009 soit une progression de 7,0% à change courant (+3,8% à change constant). Il
tient compte de :

  • pertes de valeur nettes sur goodwill enregistrées à hauteur de (25,9) millions d'euros ;
  • l'effet de variation des taux d'actualisation des provisions pour remise en état de sites pour 26 millions
    d'euros au 31 décembre 2010 contre (56) millions d'euros au 31 décembre 2009
  • 227,2 millions d'euros de plus-value de cession d'actifs industriels ou de participations au 31 décembre 2010 contre 213,5 millions d'euros au 31 décembre 2009 (dont une plus-value de 89,0 millions d'euros pour la cession d'Usti Nad Labem dans la division Energie au 31 décembre 2010 contre une plus-value de 99,0 millions d'euros pour la cession de Veolia Propreté Nettoyage et Multi-Services au 31 décembre 2009).


Le résultat opérationnel récurrent ressort à 2 055,7 millions d'euros au 31 décembre 2010 contre 1 894,1 millions d'euros au 31 décembre 2009, en croissance de 8,5%. Il inclut notamment des plus-values de cession d'actifs industriels ou de participations de 138,2 millions d'euros au 31 décembre 2010 contre 114,5
millions d'euros au 31 décembre 2009.

La marge de résultat opérationnel récurrent augmente de 5,6% au 31 décembre 2009 à 5,9% au 31
décembre 2010.

Résultat net

Le coût de l'endettement financier net ressort à 793,3 millions d'euros contre 768,2 millions d'euros en 2009 retraité alors que l'endettement financier moyen passe de 16 466 millions d'euros en 2009 à 15 566 millions d'euros en 2010. Cette évolution s'explique par la hausse du taux de financement (défini comme le coût de l'endettement financier net hors variations de juste valeur des instruments non qualifiés de couverture rapporté à la moyenne de l'endettement financier net mensuel de la période) qui passe de 4,76% en 2009 à 5,09% en 2010, principalement liée à :

  • l'évolution de l'inflation sur les emprunts indexés ;
  • la hausse de la trésorerie moyenne faiblement rémunérée en 2010 du fait du niveau des taux (coût de portage) ;
  • compensée partiellement par la baisse des taux courts sur la part variable de la dette.

Les autres revenus et charges financiers passent de (104,8) millions d'euros au 31 décembre 2009 à (114,0) millions d'euros au 31 décembre 2010.

La charge d'impôt s'élève à (336,3) millions d'euros au 31 décembre 2010 contre (239,1) millions d'euros au 31 décembre 2009.

Rapporté au résultat net des activités poursuivies retraité de cette charge fiscale et des résultats des entreprises associées, le taux d'imposition ressort à 27,7% au 31 décembre 2010 contre 21,6% au 31 décembre 2009. Cette hausse résulte notamment de l'impact fiscal de la préparation du rapprochement de Veolia Transport et de Transdev ainsi que d'une activation limitée sur les groupes fiscaux français et américain des déficits ordinaires.
Le taux apparent d'impôt 2010 reste modéré du fait de plus-values faiblement imposées toujours significatives.

Le résultat des entreprises associées passe de (0,9) millions d'euros au 31 décembre 2009 à 18,5 millions d'euros au 31 décembre 2010. La variation s'explique principalement par la cession de la Compagnie Méridionale de Navigation dans la division Transport, intervenue en 2009.

Le résultat net des activités non poursuivies s'élève à (23,6) millions d'euros au 31 décembre 2010 contre (26,9) millions d'euros au 31 décembre 2009. Le résultat net de ces activités au 31 décembre 2010 est principalement lié aux plus-values de cession des activités incinération aux Etats-Unis dans la Division Propreté cédées en février 2010, nettes d'une perte de valeur de (89,6) millions d'euros résultant de l'évaluation à la juste valeur de marché des actifs dans la division Transport et dans la division Energie.

Il intègre en outre la contribution, au prorata de leur détention, de la totalité des actifs concernés :

  • les activités au Royaume-Uni dans la division Transport,
  • les activités allemandes dans la division Energie,
  • une partie des activités gabonaises de la division Eau,
  • les activités en Norvège de la division Propreté,

en cours de cession à la clôture 2010.

En 2009, ce résultat comprenait principalement la plus-value de cession sur les activités incinération aux Etats-Unis dans la division Propreté pour un montant net d'impôt de 134,5 millions d'euros et la charge liée à la sortie des actifs du Transport dans le Fret.

La part du résultat revenant aux minoritaires passe de (257,8) millions d'euros au 31 décembre 2009 à (290,5) millions d'euros au 31 décembre 2010. La hausse du résultat des participations ne donnant pas le contrôle est principalement liée à la quote-part de plus value de cession revenant aux actionnaires minoritaires dans la division Energie.

Le résultat net récurrent attribuable aux propriétaires de la société mère est de 579,1 millions d'euros au 31 décembre 2010 contre 519,0 millions d'euros au 31 décembre 2009 retraité des activités non poursuivies, soit une progression de 11,6% par rapport à 2009.

Le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère est de 581,1 millions d'euros au 31 décembre 2010 contre 584,1 millions d'euros au 31 décembre 2009.

Compte tenu du nombre moyen pondéré d'actions en circulation qui s'élève à 481,2 millions au 31 décembre 2010 et 471,7 millions au 31 décembre 2009, le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère par action (non dilué) ressort à 1,21 euro, contre 1,24 au 31 décembre 2009. Le résultat net récurrent par action attribuable aux propriétaires de la société mère (non dilué) ressort à 1,20 euro au 31 décembre 2010 contre 1,10 au 31 décembre 2009.

Cash Flows : Endettement financier net à 15,2 milliards d'euros

La capacité d'autofinancement totale s'élève à 3 741,5 millions d'euros au 31 décembre 2010 dont 3 653,8 millions d'euros de capacité d'autofinancement opérationnelle (contre 3 513,6 millions d'euros au 31 décembre 2009 retraité), (18,3) millions d'euros de capacité d'autofinancement financière (contre (1,4) millions d'euros au 31 décembre 2009 retraité) et 106,0 millions d'euros de capacité d'autofinancement des activités non poursuivies (contre 65,5 millions d'euros au 31 décembre 2009 retraité).

La variation favorable du Besoin en Fonds de Roulement Opérationnel qui s'élève au 31 décembre 2010 à 83 millions d'euros résulte :

  • des plans d'actions ciblés sur les créances clients dans certains pays,
  • de l'augmentation de l'activité du secteur de la Propreté et l'Energie,
  • de la réduction de l'activité de Veolia Eau Solutions & Technologies en raison de la fin de contrats de dessalement d'eau de mer au Moyen-Orient.

Ces ressources augmentées du remboursement des Actifs Financiers Opérationnels (424 millions d'euros) couvrent la totalité des besoins de financement, c'est-à-dire outre les frais financiers et les impôts, le paiement du dividende au titre de l'exercice 2009, la totalité des investissements de maintenance (1 075 millions d'euros), les investissements de croissance (2 181 millions d'euros) nets des cessions industrielles et financières (1 241 millions d'euros), et permettent la génération d'un cash flow libre de 409 millions d'euros, contre 1 344 millions d'euros au 31 décembre 2009.

L'évolution du free cash flow entre 2010 et 2009 se rationalise par :

  • une part plus importante des dividendes versés en cash en 2010 comparativement à 2009 : 86% du dividende a été payé en cash en 2010 contre 42% en 2009 ;
  • un niveau d'investissements bruts plus élevé que l'année dernière, à niveau de cessions quasi équivalent, reflétant une volonté de renforcer la croissance interne du groupe par des acquisitions ciblées (actifs United Utilities dans l'Eau notamment) ;
  • une moindre contribution de la variation du besoin en fond de roulement opérationnel.

Ainsi, l'endettement financier net s'élève à 15 218 millions d'euros contre 15 127 millions d'euros au 31 décembre 2009 après un effet de change défavorable de 465M€.

Le ratio Endettement Financier Net/(CAF+remboursements d'actifs financiers opérationnels) s'établit à 3,65x au 31 décembre 2010 contre 3,75x au 31 décembre 2009.

Rendement des capitaux employés après impôts

Le rendement des capitaux employés (ROCE*) après impôts du Groupe est le suivant :

(en millions d'euros)

Résultat
des opérations net

Capitaux employés
moyens de l'année

ROCE
après impôts

2010

1 474,2

18 581,5

7,9%

2009

1 376,3

18 205,4

7,6%

Dividendes

Compte tenu de la forte visibilité sur les cash flows futurs et du renforcement de la situation financière, le Conseil d'Administration proposera à l'Assemblée Générale du 17 mai 2011 la distribution d'un dividende, pour l'année 2010, de 1,21 euro par action, payable en numéraire ou en actions Veolia Environnement. Les actions nouvelles seront émises à un prix égal à 90% de la moyenne des premiers cours cotés sur le marché réglementé d'Euronext Paris lors des vingt séances de bourse précédant le jour de l'Assemblée Générale diminuée du montant du dividende. La date de négociation ex-dividende est fixée au 23 mai 2011. La période d'option durant laquelle les actionnaires pourront opter pour un paiement des dividendes en espèces ou en actions commencera le 23 mai et s'achèvera le 7 juin 2011. Les dividendes 2010 seront versés en actions ou en espèces, selon le cas, à partir du 17 juin 2011.

Perspectives

En 2011, le groupe prévoit une année de croissance de ses résultats :

  • Croissance du résultat opérationnel récurrent de 4% à 8% hors effet de rapprochement Veolia Transport / Transdev.
  • Croissance du résultat net part du groupe.
  • Réduction des coûts d'au moins 250 m€.
  • Programme de cessions supérieur à 1,3 md€.
  • Free cash flow positif après dividende

Pour la période 2011-2013, et, selon les hypothèses de la conjoncture, le groupe a pour objectifs :

  • Une hausse du résultat opérationnel récurrent en moyenne annuelle de 4% à 8%
  • Une progression du ROCE après impôts avec un objectif entre 9% et 10% en 2014
  • Un programme de cessions amplifié et porté à 4 mds€
  • Et le renforcement des réductions de coûts pour atteindre 300 m€ par an à horizon 2013

Notes

(1) Sous réserve de l'approbation de l'Assemblée Générale du 17 mai 2011
(2) Hors effet de rapprochement Veolia Transport / Transdev

(3) Les comptes de l'année 2009 ont été retraités, afin d'assurer la comparabilité des périodes :

  • du reclassement en « Résultat net des activités non poursuivies » des activités Allemagne dans la division Services à l'Energie, des
    activités en Norvège de la division Propreté et des activités de l'Eau au Gabon et aux Pays-Bas; le bilan des actifs et passifs de ces
    quatre unités génératrices de trésorerie a été reclassé sur les lignes actifs et passifs destinés à la vente;
  • du reclassement en activités continues des activités Energies Renouvelables dans la division Services à l'Energie.

En application du nouvel amendement précisant les conditions de mise en oeuvre de la norme IAS 7 à partir du 1er janvier 2010, la
capacité d'autofinancement opérationnelle de l'année 2009 a été retraitée des dépenses de renouvellement pour un montant de
360,9m€ dont 245,7m€ pour la division Eau et 115,2m€ pour la division Services à l'Energie.


(*) Cf. définitions en Annexes, page 12

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passée, présentes et futures, de même que les risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission. Veolia Environnement n'a pas l'obligation ni ne prend l'engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement copie des documents enregistrés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission.

Les procédures d'audit par les Commissaires aux Comptes sont en cours.