Média

Résultats du premier semestre 2013

5 août 2013
Veolia_CP
PDF - 121.28 KB
Performances en ligne avec la trajectoire de redressement et de croissance rentable
  • Amélioration de l'évolution du chiffre d'affaires au T2 2013 (-1% au T2 après -3% au T1 2013 à périmètre et change constants)
  • Bonne résistance de la capacité d'autofinancement opérationnelle au T2 2013 : +0,5% à change constant hors coûts de restructuration, après une décroissance de 7% au T1 2013
  • Résultat opérationnel récurrent en hausse de 28% à 539 M€
  • Résultat net récurrent part du groupe de 131 M€ contre 18 M€ au S1 2012.
Effets positifs de la mise en oeuvre du plan de transformation
  • Réduction de l'endettement financier net à 10 Mds€ au 30 juin
  • Réductions de coûts nets de 74 M€ au cours du semestre
  • Nouvelle organisation géographique depuis juillet 2013
  • Conquête commerciale dynamique, auprès des industriels et dans des géographies en croissance
  • Renforcement en cours de la position et des activités de Veolia en Amérique Latine.
Chiffres clés du premier semestre 20133
  • Chiffre d'affaires : 11,1 Mds€
  • Capacité d'Autofinancement Opérationnelle : 930 M€
  • Résultat opérationnel récurrent : 539 M€
  • Résultat net récurrent part du groupe : 131 M€
  • Résultat net part du groupe : 4 M€
  • Cessions : 292 M€
  • Free Cash Flow positif : +556 M€
  • Endettement financier net : 10 Mds€
  • Endettement financier net ajusté : 6,7 Mds€
  • Levier EFN ajusté : x3,1
« Les résultats du premier semestre reflètent les premiers effets de la stratégie mise en oeuvre depuis 18 mois. Ils s'inscrivent pleinement dans la trajectoire de redressement et de croissance rentable visée par le Groupe. La maîtrise des risques opérationnels, grâce aux opérations de recentrage, et les actions de productivité permettent d'enregistrer une très forte progression d u résultat opérationnel récurrent, en hausse de 28%, en dépit d'un environnement économique défavorable. Au plan commercial, plusieurs succès significatifs sur nos cibles de développement ont été enregistrés, en particulier auprès des clients industriels. Au vu des progrès réalisés au cours du semestre, nous sommes confiants dans l'atteinte de nos objectifs de moyen et long terme. »
Antoine Frérot
Président-Directeur général du Groupe

Chiffre d'affaires de 11 074 M€ contre 11 448 M€ au 30 juin 2012 retraité
  • Eau : activité en retrait de 3,7% à périmètre et change constants à 5 000 M€
Exploitation stable à périmètre et change constants : indexation favorable mais ralentissement ponctuel de la partie travaux dans certains contrats, baisse des volumes et érosion contractuelle en France. Bonne tenue des opérations en Europe Centrale et Orientale, démarrage de contrats aux Etats-Unis.
Technologies et Réseaux (-10,4% à périmètre et change constants) : achèvement de contrats Design & Build à l'international et effet climat défavorable en France. Prises de commandes en hausse 23%.
  • Propreté : repli du chiffre d'affaires de 3,0 % à périmètre et change constants à 3 985 M€.
Sensible amélioration au T2 (-1,4% contre -4,6 % au T1)
Poursuite de l'effet défavorable des prix et volumes des matières recyclées.
Effet volumes / niveau d'activité ramené à -1,1% au 1er semestre contre -3,5% au T1.
  • Services à l'Energie : +4,4% à périmètre et change constants à 1 972 M€
Hausse des prix des énergies et effet climat favorable.

Capacité d'autofinancement opérationnelle de 930 M€ contre 1 006 M€ au 30 juin 2012 retraité
  • Eau : décroissance de 3,2% à change constant avec une stabilité dans l'Exploitation.
  • Propreté : baisse de 6,7% à change constant avec une nette amélioration au T2.
  • Energie : quasi-stabilité malgré l'arrêt des cogénérations au gaz.
Forte progression du résultat opérationnel récurrent : 539 M€ contre 419 M€ au 30 juin 2012 retraité, soit +29,2 % à change constant
  • Forte contribution des co-entreprises et entreprises associées, principalement grâce à Dalkia International, intégrant au 1er semestre 2012 89 M€ de dépréciations de créances et de charges à payer en Italie.
  • Effet favorable du Plan de réduction de coûts, net des coûts de mise en oeuvre
  • Effet positif de la fermeture du régime de retraite spécifique des cadres dirigeants.
Résultat net récurrent part du groupe : 131 M€ contre 18 M€ au 30 juin 2012 retraité
  • Le résultat net récurrent part du groupe bénéficie de la forte hausse du résultat opérationnel récurrent.
  • Le résultat net part du groupe s'établit à 4 M€ contre 162 M€ en 2012 , du fait de la dépréciation du goodwill de la Propreté en Allemagne, des charges de restructuration du plan de départs volontaires de VE SA et des coûts du programme de rachat anticipé d'emprunts obligataires afin d'optimiser la position de cash du Groupe.
Endettement financier net en baisse : 10 Mds€ au 30 juin 2013 contre 10,8 Mds€ au 31 décembre 2012 retraité
L'endettement financier net ajusté s'établit à 6,7 Mds€ contre 7,8 Mds€ au 31 décembre 2012 retraité.

1La clôture semestrielle 2013 est marquée par l'application anticipée des normes IFRS 10, 11 et 12 à compter du 1er janvier 2013. L'application de ces normes a un impact significatif sur la présentation des Etats financiers consolidés puisque les co-entreprises détenues par le groupe, auparavant consolidées en intégration proportionnelle sont dorénavant mises en équivalence. Le Groupe a ainsi procédé à un retraitement des comptes au 30 juin 2012. Par ailleurs pour assurer la comparabilité des exercices les comptes du 1er semestre 2012 ont été retraités des cessions en cours ou réalisées : voir page 13 de ce communiqué de presse.

2Y compris quote-part de résultat net des co-entreprises et des entreprises associées.

3Voir définitions page 14 de ce communiqué de presse.

Résultats 1er semestre 20134
Au 1er semestre 2013, après un début d'année difficile, les performances opérationnelles, bien que contrastées, résistent dans un contexte de contraction de l'activité en Europe.

Le Groupe poursuit l'accélération de la mise en oeuvre de sa stratégie au travers d'un plan de transformation et de réduction de coûts et d'un vaste programme de recentrage de ses activités.

Plan de transformation de l'organisation et réduction des coûts

Groupe a été annoncée. Elle s'inscrit pleinement dans la stratégie mise en oeuvre depuis deux ans, visant à faire de Veolia Environnement « l'Industriel de l'Environnement » grâce à son expertise des problématiques environnementales d'ampleur dans l'Eau, la Propreté et les Services à l'Energie.
Cette nouvelle organisation repose sur deux avancées majeures : l'intégration des activités Eau et Propreté par pays sous l'autorité d'un dirigeant unique et la création de deux nouvelles directions fonctionnelles, l'une dédiée à l'Innovation et aux Marchés, l'autre à la Technique et la Performance.
A l'exception des activités intégrées mondialement, de la France et de Dalkia, les activités seront désormais intégrées au sein de chaque pays, avec des directeurs pays en charge conjointement des activités Eau et Propreté. Le pilotage intégré et direct du Groupe, assuré par le Directeur des Opérations, sera organisé en neuf regroupements de pays, ces derniers représentant l'échelon primaire d'allocation des ressources.
Une organisation spécifique regroupera les entreprises de spécialité mondiale, dont les marchés sont largement globalisés.
Dalkia, filiale de Veolia Environnement et EDF, conservera son organisation actuelle mais a vocation à intégrer le même schéma organisationnel à terme.
Au-delà du plan annuel de productivité opérationnelle, l'objectif de réductions de coûts nets (Convergence) a été porté en mai 2013 de 470 millions d'euros à 750 millions d'euros à horizon 2015 par rapport à 2011.

Cette augmentation de 280 millions d'euros se décline de la façon suivante : 70 millions d'euros au titre du renforcement des efforts de mutualisation et rationalisation des systèmes d'information, 100 millions d'euros au titre des achats et 110 millions d'euros à travers des projets d'efficacité dans les métiers et les sièges.

Politique de recentrage des activités

Le Groupe continue la mise en oeuvre de sa stratégie, notamment :
  • par la cession des activités européennes d'Eolfi réalisée le 28 février 2013, faisant suite au protocole d'accord signé avec Asah le 21 janvier 2013 pour une valeur de titres 23,5 millions d'euros ;
  • par la cession le 21 juin 2013, à Beijing Enterprises Water Group, de sa filiale Veolia Eau au Portugal (Compagnie Générale des Eaux du Portugal - Consultadoria e Engenharia) pour une valeur d'entreprise de l'ordre de 91 millions d'euros ;
  • et par l'introduction en bourse sur le marché d'Oman de 35% des parts de la société Sharqiyah Desalinisation Company le 29 juin 2013. Suite à la mise sur le marché, cette entité est désormais consolidée en mise en équivalence au 30 juin 2013. L'impact sur l'endettement financier net du Groupe s'élève à -88,9 millions d'euros.
Au total les cessions financières (en valeur d'entreprise) et industrielles s'élèvent à 292 millions d'euros au 30 juin 2013.
Par ailleurs, d'autres opérations de cessions devraient se dénouer d'ici le 31 décembre 2013. Ces activités sont classées en activités non poursuivies au 30 juin 2013 :
  • le 7 mars 2013, un accord a été signé avec le fonds d'investissement britannique Actis pour la cession des activités dans les secteurs de l'eau, de l'assainissement et de l'électricité concédées au Maroc ;
  • le 9 mai 2013, un accord entre Veolia ES Special Services et Harkand Global Holdings Limited (fonds américain) portant sur la cession de Marine Services a été signé ;
  • au cours du second trimestre 2013, des discussions entre le Groupe et le Land de Berlin ont débuté afin de définir les modalités de désengagement total du Groupe dans le contrat des « Eaux de Berlin ».
Par ailleurs, le Groupe poursuit son processus de désengagement de Transdev Group, en concertation étroite avec son co-actionnaire, la Caisse des Dépôts et Consignations : ajustement de la stratégie industrielle, transfert à Veolia Environnement de la SNCM, objectif de structuration de bilan et stratégie de refinancement.
Dans le cadre des discussions sur l'évolution de l'actionnariat de Transdev Group, le Groupe et la Caisse des Dépôts et Consignations ont annoncé début juillet 2013 la prolongation de leur accord du 22 octobre 2012 jusqu'au 31 octobre 2013.
Au 30 juin 2013, l'avancée du processus de désengagement du Groupe de l'activité Transport se traduit par le maintien des activités de Transdev (hors SNCM) au sein des activités non poursuivies. La valeur de référence de la co-entreprise est identique à celle prise en compte au 31 décembre 2012 soit 400 millions d'euros à 100%.

4La clôture semestrielle 2013 est marquée par l'application anticipée des normes IFRS 10, 11 et 12 à compter du 1er janvier 2013. L'application de ces normes a un impact significatif sur la présentation des Etats financiers consolidés puisque les co-entreprises détenues par le groupe, auparavant consolidées en intégration proportionnelle sont dorénavant mises en équivalence. Le Groupe a ainsi procédé à un retraitement des comptes au 30 juin 2012. Par ailleurs pour assurer la comparabilité des exercices les comptes du 1er semestre 2012 ont été retraités des cessions en cours ou réalisées : voir page 13 de ce communiqué de presse.

Activité et développement commercial5
Chiffre d'affaires (en M€)
Au 30 juin
2013
Au 30 juin
2012
retraité
Variation
2013/2012
Dont
croissance
interne
Dont
croissance
externe
Dont effet
de change
11 073,811 448,3-3,3%-2,0%-0,3%-1,0%


Activité

Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe est en recul de 2% à périmètre et change constants (-3,3% en courant) à 11 073,8 millions d'euros au 30 juin 2013 comparé à 11 448,3 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité. Il démontre une certaine résistance notamment sur le 2ème trimestre 2013 : le 2ème trimestre à périmètre et change constants ressort en baisse de 1% contre 3% constatée au 1er trimestre 2013.
Ce recul du chiffre d'affaires peut s'analyser comme suit :
  • dans la Division Eau par la baisse de l'activité Travaux partiellement compensée par l'effet favorable des hausses de tarifs en France et en Europe Centrale ;
  • dans la Division Propreté, par un contexte macro-économique difficile se traduisant, d'une part, par une baisse des prix et des volumes des matières premières recyclées, et d'autre part par une baisse du niveau d'activité principalement en Europe ;
  • et par la croissance de la Division des Services à l'Energie (de l'ordre de 58 millions d'euros comparé au 30 juin 2012 retraité) grâce à un effet favorable des conditions climatiques ainsi que des prix des énergies, dans un contexte commercial difficile.
L'effet périmètre du chiffre d'affaires au 30 juin 2013 est négatif à hauteur de -33,2 millions d'euros dont notamment 15,9 millions d'euros dans la Division Eau (impact essentiellement de la comptabilisation d'Azaliya en intégration globale à partir du 2 août 2012), et -52,4 millions d'euros dans la Division Propreté (résultant principalement des cessions des activités en Suisse et aux Pays-Baltes en 2012).

L'effet change, quant à lui, est de -109,1 millions d'euros et reflète essentiellement l'appréciation de l'euro par rapport au yen japonais (-35,5 millions d'euros), à la livre sterling (-32,0 millions d'euros), au dollar australien (-14,6 millions d'euros), et au dollar américain (-11,3 millions d'euros).

Développement commercial

Depuis le 1er janvier 2013, le Groupe a enregistré de nouveaux succès commerciaux dont :
  • Le 31 janvier 2013, l'attribution par la ville de Rialto et sa société concessionnaire Rialto Water services à Veolia Water North America, filiale de Veolia Eau, de la gestion des réseaux de distribution d'eau et d'assainissement. Ce contrat de 30 ans, générera un chiffre d'affaires cumulé estimé à 300 millions d'euros.
  • Le gain par Veolia ES Singapore filiale de Veolia Propreté du contrat de collecte et gestion des déchets ménagers et recyclables dans le quartier de Clementi Bukit Merah à Singapour. Ce contrat d'une durée de 7 ans et demi génèrera un chiffre d'affaires cumulé estimé à 220 millions de dollars de Singapour (soit environ 135 millions d'euros au taux du 30 juin 2013).
  • Le 15 avril 2013 Veolia Eau s'est vu confier par QGC, filiale à 100% de BG Group, un contrat de gestion sur 20 ans de ses trois installations de traitement des eaux issues de la production de gaz de charbon situées dans le bassin de Surat, à l'est de l'Australie dans le Queensland. Ce contrat qui devrait générer un chiffre d'affaires cumulé estimé à 650 millions d'euros, prévoit une option d'extension de 5 ans à son terme.
  • Dalkia a annoncé le 29 avril 2013, le renouvellement de son contrat de gestion des installations de production et distribution de chaleur au bénéfice du quartier de Petrzalka de Bratislava. Ce nouveau contrat d'une durée de 20 ans génèrera un chiffre d'affaires cumulé estimé à 1,1 milliard d'euros sur la période 2019-2039.
  • Veolia Eau a remporté, le 15 mai 2013, un contrat de 130 millions d'euros pour la construction de trois unités de traitement des eaux brutes et eaux usées pour le Groupe papetier chilien CMPC.
  • Première société britannique de gestion des services d'eau et de traitement des eaux usées, Thames Water a confié le 31 mai 2013 à un consortium composé de Veolia Eau, Costain et Atkins, une importante tranche de son programme de rénovation des installations de production d'eau potable et de traitement d'eaux usées de Londres et de la vallée de la Tamise. Le volume d'affaires dévolu à Veolia Eau pourrait s'élever jusqu'à 450 millions de livres (530 millions d'euros) sur une période allant de 2015 à 2020.
  • Le 2 juillet 2013, Marafiq a confié à Veolia Eau la conception, la construction et l'exploitation de la plus grande usine de dessalement à ultrafiltration et osmose inverse d'Arabie Saoudite. Ce contrat représente un chiffre d'affaires de 310 millions de dollars (232 millions d'euros) pour la partie conceptionconstruction et 92 millions de dollars (69 millions d'euros) pour son exploitation sur 10 ans, avec une option d'extension de 20 ans supplémentaires.

Acquisitions

Aucune acquisition significative n'est intervenue sur le premier semestre 2013.
Le Groupe a signé le 7 juin 2013 un accord avec Groupe Fomento de Construcciones y Contratas (FCC) en vue d'acquérir une participation complémentaire de 50% dans Proactiva Medio Ambiente. Le montant de l'opération s'élèverait à 150 millions d'euros et permettrait au Groupe de détenir 100% du capital de Proactiva.

5Voir définitions page 14 du communiqué de presse

Performances opérationnelles6

L'évolution de la capacité d'autofinancement opérationnelle est la suivante :

Capacité d'autofinancement opérationnelle

(en millions d'euros)30 juin
2013
30 juin 2012
retraité
Variation
en courantchange
constant
Eau430,3446,3-3,6%-3,2%
Propreté404,1438,0-7,8%-6,7%
Services à l'Energie154,9157,1-1,4%-1,2%
Autres-59,3-35,0-69,4%-69,4%
CAF opérationnelle930,01 006,4-7,6% 
CAF opérationnelle
à change 2012
936,71 006,4 -6,9%
Taux de marge de CAFOP8,4%

8,8%

  
La capacité d'autofinancement opérationnelle s'élève à 930,0 millions d'euros au 30 juin 2013 contre 1 006,4 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité en retrait de -6,9% à change constant (-7,6% en courant).
La variation de la capacité d'autofinancement opérationnelle sur le premier semestre 2013 est affectée :
  • dans la division Eau, par l'érosion contractuelle en France, la baisse de la profitabilité de l'activité en Allemagne liée à l'impact défavorable des effets prix, et également par la dégradation du projet Hong Kongais de l'activité Technologies et Réseaux ;
  • dans la Division Propreté, par le différentiel défavorable sur le prix des matières premières recyclées en France et en Allemagne, et à une pression sur les prix auprès des clients industriels dans un environnement concurrentiel difficile ;
  • et également par l'impact du plan de départ volontaire de Veolia Environnement.
Elle bénéficie en revanche :
  • de la contribution positive, nette des coûts de mise en oeuvre, des plans d'économie ;
  • du Crédit d'Impôt pour le Compétitivité et l'Emploi (CICE) compensé partiellement par l'augmentation du forfait social ;
  • de la progression des activités de la Division Eau en Europe Centrale et Orientale liée aux hausses tarifaires, ainsi que par la bonne tenue des contrats industriels aux Etats-Unis ;
  • et du retournement des difficultés opérationnelles et des coûts de restructurations afférents.
L'effet de change est limité à -6,7 millions d'euros sur la capacité d'autofinancement opérationnelle et concerne essentiellement la Division Propreté (livres sterling et dollars australien).

L'évolution du résultat opérationnel récurrent se détaille comme suit :

Résultat opérationnel récurrent*

(en millions d'euros)30 juin 201330 juin
2012
retraité
Variation
(en %)
Variation
change
constants
(en %)
Eau230,6238,1-3,2%-3,2%
Propreté157,8165,8-4,8%-3,3%
Services à l'Energie176,765,2171,1%172,2%
Autres-26,5-49,846,8%46,8%
Total538,6419,328,4% 
Total à change 2012541,6419,3 29,2%


* y compris QP de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées

Le résultat opérationnel récurrent du Groupe y compris la quote-part de résultat net récurrent des entités mises en équivalence, ressort à 538,6 millions d'euros contre 419,3 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité soit une amélioration de 29,2% à change constant et de 28,4% en courant.

L'évolution du résultat opérationnel récurrent s'explique principalement par :
  • le retrait de la capacité d'autofinancement opérationnelle
compensé par :
  • la contribution positive des entités mises en équivalence (notamment Dalkia International) ;
  • et la reprise de provisions retraites des hauts cadres dirigeants chez Veolia Environnement SA pour 40,3 millions d'euros.
La quote-part de résultat des entités mises en équivalence de 109,1 millions d'euros se décompose en :
  • quote-part de résultat net des co-entreprises qui s'établit à 96,8 millions d'euros au 30 juin 2013 contre -42,9 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité. Cette évolution très favorable est principalement liée au redressement des opérations italiennes de Dalkia International (SIRAM) et au retournement des pertes de valeur des créances et des charges à payer en Italie constatées au 30 juin 2012 pour 89 millions d'euros et à la croissance de l'activité de Dalkia International en Europe Centrale et Orientale.
  • et en quote-part des entreprises associées qui s'établit à 12,3 millions d'euros au 30 juin 2013 contre 4,6 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité.

Les coûts commerciaux, généraux et administratifs représentent 1 422,1 millions d'euros contre 1 495,6 millions d'euros soit une baisse de 73,5 millions d'euros (-4,9% en courant). La baisse constatée intègre les effets de la politique de recentrage et du plan de réduction des coûts mis en oeuvre par le Groupe depuis 2012.

Le coût de l'endettement financier net est de -305,6 millions d'euros au 30 juin 2013 contre -296,7 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité.

Il inclut une charge non récurrente de 43,0 millions d'euros liée au rachat de 699 millions d'équivalents euros de dettes obligataires réalisé en juin 2013.

Au 30 juin 2013, la charge d'impôt s'établit à -76,1 millions d'euros.
En France, conformément au planning fiscal, le Groupe fiscal Veolia Environnement a limité au 30 juin 2013, comme à la clôture de l'exercice précédent, la reconnaissance des impôts différés actifs au montant des impôts différés passifs.
Le taux d'impôt apparent s'élève à 106,1%. Au 30 juin 2013, le taux d'impôt s'affiche à 52,6% après retraitement des éléments ponctuels principalement constitués d'une perte de valeur sur le goodwill de l'activité Propreté en Allemagne et de charges non déductibles, ou dont la déduction fiscale n'a pu être retenue compte tenu des projections fiscales sur ces filiales.
Le résultat des activités non poursuivies s'élève à -16,4 millions d'euros au 30 juin 2013 contre 211,3 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité et intègre les entités mises en équivalence des activités en cours de cession ou cédées.
Le résultat net de ces activités au 30 juin 2013 est principalement lié aux activités en cours de cession ou cédées :
  • l'activité Eau au Maroc en cours de cession,
  • des activités d'éclairage urbain « Citelum » dans la Division Services à l'Energie en cours de cession,
  • les « Eaux de Berlin » en cours de cession,
  • et les activités d'énergies éoliennes européennes cédées en février 2013.

La part du résultat attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle représente 84,7 millions d'euros au 30 juin 2013, contre 28,3 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité. Son augmentation s'explique principalement par la progression des résultats de Dalkia International.

Le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère est de 3,6 millions d'euros au 30 juin 2013 contre 162,2 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité. Le résultat net récurrent attribuable aux propriétaires de la société mère est de 131,1 millions d'euros au 30 juin 2013 contre 17,8 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité.

Compte tenu du nombre moyen pondéré d'actions en circulation qui s'élève à 510,0 millions au 30 juin 2013 (dilué et non dilué) et 507,7 millions au 30 juin 2012 (dilué et non dilué), le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère y compris les coupons versés des titres super subordonnés (dilué et non dilué) par action ressort à -0,03 euro, contre 0,32 euro au 30 juin 2012. Le résultat net récurrent par action attribuable aux propriétaires de la société mère (dilué et non dilué) ressort à 0,22 euro au 30 juin 2013 contre 0,04 euro au 30 juin 2012 retraité.

6Voir définitions page 14 du communiqué de presse.

Cash flows7

La capacité d'autofinancement s'élève à 988,6 millions d'euros au 30 juin 2013 contre 1 154,1 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité dont 930,0 millions d'euros de capacité d'autofinancement opérationnelle (contre 1 006,4 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité), 50,8 millions d'euros de capacité d'autofinancement financière (contre 77,1 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité) et 7,8 millions d'euros de capacité d'autofinancement des activités non poursuivies (contre 70,6 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité).
Le Groupe poursuit une politique d'investissement sélective tout en préservant les investissements industriels à caractère contractuel ou nécessaires à l'outil industriel.

Au 30 juin 2013, les investissements bruts sont en retrait de près de 30% par rapport au 30 juin 2012, du fait d'une part des investissements réalisés sur le premier semestre 2012 (avec notamment le rachat de 6.9% de Veolia Voda en République Tchèque à la BERD pour 79 millions d'euros et la prise d'une participation de 10% dans le fonds d'investissements Affinity Water A pour 44 millions d'euros), et d'autre part, du fait de la réduction des investissements industriels.
Les cessions financières (en valeur d'entreprise) et industrielles s'élèvent à 292 millions d'euros au 30 juin 2013 et incluent notamment la cession des activités Eau au Portugal pour 91 millions d'euros. Pour mémoire, les activités Eau Régulé au Royaume-Uni étaient cédées sur le premier semestre 2012 pour un montant de 1 517 millions d'euros en valeur d'entreprise.
Au 30 juin 2013, le free cash flow (après paiement du dividende) s'élève à 556 millions d'euros contre 552 millions d'euros au 30 juin 2012 retraité.
Le free cash flow au 30 juin 2013 reflète notamment:
  • l'émission début janvier 2013 de titres super subordonnés à durée indéterminée, y compris coupons versés, de 1 454,0 millions d'euros ;
  • la dégradation du Besoin en Fonds de Roulement de -749 millions d'euros,
Celle-ci résulte principalement :
  • de l'incidence de la saisonnalité de l'activité du Groupe (la variation du BFR opérationnel au 30 juin 2012 retraité s'élevait à - 500 millions d'euros),
  • d'un allongement, circonscrit à certaines activités, des délais d'encaissement des créances clients relatives aux collectivités publiques ;
  • des modifications contractuelles de modalités de recouvrement et de règlement dans l'Eau, en France.
L'endettement financier net s'élève à 10 031 millions d'euros au 30 juin 2013 contre 10 822 millions d'euros au 31 décembre 2012 dont un effet de change favorable de +160 millions d'euros

L'endettement financier net ajusté s'élève à 6 729 millions d'euros au 30 juin 2013 contre 7 837 millions d'euros au 31 décembre 2012.

7Voir définitions page 14 du communiqué de presse.

Objectifs et perspectives

Le Groupe confirme les objectifs modifiés lors de la présentation des comptes annuels 2012 compte tenu des nouvelles normes comptables qui imposent le passage des entités anciennement consolidées selon la méthode de l'intégration proportionnelle à la méthode de mise en équivalence d'une part et de l'exécution plus rapide que prévu du programme de cessions d'autre part.
Pour la période 2012-2013, les objectifs du Groupe sont :
  • de céder 6 milliards d'euros d'actifs8, y compris remboursement de prêts des co-entreprises liés à des cessions ;
  • de réduire son endettement financier net entre 8 et 9 milliards d'euros et son endettement financier net ajusté (net des prêts aux co-entreprises) entre 6 et 7 milliards d'euros hors effet de change de clôture ;
  • d'ajuster, face à la conjoncture économique, sa réduction de coûts en 2013 à 270 millions d'euros en brut et 170 millions d'euros en net, dont, en raison du nouveau traitement comptable des co-entreprises, 80% en résultat opérationnel ;
  • et de verser un dividende en 2013 et en 2014 de 0,7 euro par action, au titre respectivement de l'exercice 2012 et de l'exercice 2013.
Après 2013, le Groupe vise, dans une conjoncture économique moyenne :
  • une croissance organique de son chiffre d'affaires de plus de 3% par an ;
  • une croissance de sa capacité d'autofinancement opérationnelle de plus de 5% par an ;
  • un leverage ratio Endettement Financier Net Ajusté / (Capacité d'autofinancement + remboursement des
  • actifs financiers opérationnels) de l'ordre de 3x, à +/-5% ;
  • un taux de distribution en ligne avec la moyenne historique.
Au titre de 2015, le Groupe a augmenté ses objectifs de réduction de coûts à 750 millions d'euros d'impact

net dont, en raison du nouveau traitement comptable des co-entreprises, 80% en résultat opérationnel.

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent document de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, les risques liés aux termes et conditions figurant habituellement dans les accords de cession, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passées, présentes et futures, de même que les risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission. Veolia Environnement n'a pas l'obligation ni ne prend l'engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement copie des documents enregistrés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission. Ce document contient des indicateurs non strictement comptables (« non GAAP ») au sens de la règlementation (notamment Regulation G adoptée par la Securities and Exchange Commission américaine au titre de la loi américaine. Sarbanes-Oxley Act de 2002). Ces indicateurs non strictement comptables sont notamment conformément à l'exemption accordée par la règlementation américaine (Rule 100(c) of Regulation G).

Contact presse

Laurent Obadia
Sandrine Guendoul

Tél. + 33 171 75 12 52