Média

Résultats semestriels 2010

6 août 2010
Imported document 4308
PDF - 98.35 KB

Retour de la croissance du chiffre d'affaires au deuxième trimestre et résultats en progression.

  • Chiffre d'affaires consolidé : 17 177 m€, soit -1,2% (-3,3% à change constant, -1,1% à périmètre et change constants). Changement de tendance positif de l'évolution de l'activité dans toutes les divisions au deuxième trimestre par rapport au premier trimestre.
  • Capacité d'autofinancement opérationnelle : 1 885 m€, soit +2,7% (+0,2% à change constant).
  • Résultat opérationnel en progression, à 1 125 m€, soit +11,2% (+7,9% à change constant) sous l'effet des bonnes performances de la Propreté, de la poursuite du plan d'efficacité et de cessions réalisées dans des conditions favorables. Résultat opérationnel récurrent en hausse de 6,6% à change courant et de 3,5% à change constant, à 1 078 m€.
  • Résultat net part du groupe en forte croissance : 374 m€, soit +69,9% et résultat net récurrent part du groupe en hausse de 6,6%, à 306 m€.

Bonne génération de cash.

  • Capacité d'autofinancement opérationnelle - investissements nets en forte hausseà 1 533 m€ vs 850 m€ au premier semestre 2009.
  • Discipline maintenue en matière d'investissements bruts : 1 333 m€ (-12%).
  • Programme de cessions(*) bien avancé : 766 m€ réalisés au 30 juin 2010.
  • Free cash flow(*) stable par rapport au 30 juin 2009, après paiement du dividende en cash à hauteur de 86% (42% en 2009).
  • Endettement financier net(*) de 16 mds€ au 30 juin 2010, intégrant principalement un effet de change défavorable de 674 m€.

Objectifs 2010 confortes.

  • Résultat opérationnel récurrent en progression
  • Free cash flow positif après dividendes (1)
  • 3 mds€ de cessions sur la période 2009-2011
  • Amélioration de l'efficacité de 250 m€
  • Maintien du ratio objectif Dette nette / (capacité d'autofinancement + remboursement des AFO)

(1) hors projet de rapprochement entre Veolia Transport et Transdev

Les bons résultats du premier semestre ont été acquis dans un contexte économique contrasté, avec un très bon niveau des prix des matières premières recyclées mais une reprise des volumes des déchets encore limitée et hétérogène. Le redressement de l'activité de la Propreté au cours du second trimestre constitue un signal encourageant. Cette première partie de l'année a également permis des opérations significatives de redéploiement du portefeuille d'actifs en République Tchèque dans l'Energie et en Europe Centrale dans l'Eau. L'évolution encourageante de l'activité au cours des derniers mois, les succès commerciaux, la mise en œuvre des plans d'efficacité, la maîtrise des dépenses d'investissement et le bon avancement du programme de cessions dans des conditions favorables sont des éléments également très positifs. La solidité des positions du groupe et les récents succès de sa stratégie de croissance rentable confortent clairement nos objectifs pour l'année de progression du résultat opérationnel récurrent et de cash flow libre positif après paiement des dividendes
Antoine Frérot, Directeur Général du Groupe

Évolution de l'activité et développement (1)

Chiffre d'affaires (M€)

 

 

 

 

Au 30 juin 2010

Au 30 juin 2009
Retraité

Variation 2010/2009

Dont croissance interne

Dont croissance externe

Dont effet de change

17 177,3

17 389,3

-1,2%

-1,1%

-2,2%

2,1%

Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe s'établit à 17 177,3 millions d'euros contre 17 389,3 millions d'euros au 30 juin 2009 retraité, en retrait de 1,2% pour le premier semestre. Au 31 mars 2010, le chiffre d'affaires consolidé du Groupe s'établissait à 8 794,2 millions d'euros, en baisse de 4,0% à change courant. Le deuxième trimestre 2010 ressort en croissance de 1,9%.

A périmètre et change constants, le chiffre d'affaires semestriel est en décroissance de 1,1% par rapport au premier semestre 2009. Cette évolution s'explique principalement par :

  • la diminution des activités de travaux et notamment de la finalisation de certains grands contrats de construction à l'international dans la division Eau ;
  • le non-renouvellement en 2009 de certains contrats significatifs notamment dans la division Transport ;
  • le recul des prix des énergies qui affecte la division Services à l'Energie, représentant environ 0,5% de la baisse du chiffre d'affaires au niveau Groupe.

A l'inverse, les activités du Groupe ont bénéficié de la remontée des prix des matières premières recyclées, de la stabilisation de l'environnement économique et de la demande sur certains secteurs industriels, ainsi que de son développement commercial.

La baisse du chiffre d'affaires liée aux cessions nettes réalisées en 2009 s'élève à -383,5 millions d'euros (soit -2,2%) et se répartit comme suit : -89,6 millions d'euros dans la Division Eau,
-210,1 millions d'euros dans la Division Propreté (principalement Veolia Propreté Nettoyage et Multiservices), -82,5 millions d'euros dans la Division Energie et -1,3 million d'euros dans la Division Transport.

La part du chiffre d'affaires réalisée à l'international atteint 10 274,3 millions d'euros, soit 59,8% du total contre 60,0% au 30 juin 2009.

L'effet de change de 356,8 millions d'euros reflète essentiellementl'appréciation par rapport à l'euro, du dollar australien pour 102,7 millions d'euros, des devises de l'Europe de l'Est et Centrale pour 69,9 millions d'euros, des devises d'Europe du Nord (Norvège et Suède) pour 57,4 millions d'euros et de la livre sterling pour 29,2 millions d'euros.

Performances opérationnelles

La capacité d'autofinancement opérationnelle (2) s'élève à 1 885,4millions d'euros au 30 juin 2010 contre 1 835,2 millions d'euros au 30 juin 2009 en progression de 2,7% et de 0,2% à change constant. Le taux de marge de capacité d'autofinancement opérationnelle progresse de 0,4 point, à 11,0% contre 10,6% au premier semestre 2009.

Cette progression provient essentiellement de la division Propreté, qui bénéficie au premier semestre 2010 :

  • de prix des matières premières recyclées en forte hausse ;
  • des effets positifs de l'adaptation à la conjoncture économique réalisée en 2009 ;
  • alors que les volumes reprennent de manière encore inégale et modérée.

Les effets du plan d'efficacité du Groupe contribuent à la croissance de la capacité d'autofinancement opérationnelle pour 132 millions d'euros.

L'effet de change positif total de 47,2 millions d'euros sur la capacité d'autofinancement opérationnelle provient principalement de l'appréciation du dollar australien à hauteur de 10,8 millions d'euros et des monnaies d'Europe de l'Est et Centrale à hauteur de 14,5 millions d'euros au 30 juin 2010.

Le résultat opérationnel s'établit à 1 125,2 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 1 011,5 millions d'euros au 30 juin 2009, en hausse de 11,2%. Il inclut des éléments non récurrents dont une plus-value de 88,1 millions d'euros pour la cession d'Usti Nad Labem, des pertes de valeur sur goodwill enregistrées à hauteur de (42,8) millions d'euros. La marge de résultat opérationnel augmente de 5,8% à 6,6%.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 1 078,2 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 1 011,5 millions d'euros au 30 juin 2009, en croissance de 6,6%.

(1) Les comptes du premier semestre 2009 ont été ajustés, afin d'assurer la comparabilité des périodes du reclassement en « Résultat net des activités non poursuivies » des activités UK dans la Division Transport et des activités d'Eolfi dans la division Energie.

(2) En application du nouvel amendement précisant les conditions de mise en œuvre de la norme IAS 7 à partir du 1er janvier 2010, la capacité d'autofinancement opérationnelle du premier semestre 2009 a été ajustée des dépenses de renouvellement pour un montant de 148,3 m€ dont 102,3 m€ pour la division Eau et 46,0 m€ pour la division Energie.

Résultat net

Le coût de l'endettement financier net augmente à 407,9 millions d'euros contre 376,6 millions d'euros, malgré la diminution de l'endettement financier moyen qui est passé de 16,9 milliards d'euros au 30 juin 2009 à 15,5 milliards d'euros au 30 juin 2010.

Le taux de financement (défini comme le coût de l'endettement financier net hors variations de juste valeur des instruments non qualifiés de couverture rapporté à la moyenne de l'endettement financier net mensuel de la période) passe de 4,47% au 30 juin 2009 à 5,06% au 30 juin 2010, enligne avec le second semestre 2009.

La charge d'impôt s'élève à (188,2) millions d'euros au 30 juin 2010 contre (198,3) millions d'euros au 30 juin 2009. Rapporté au résultat net des activités poursuivies retraité de cette charge fiscale et des résultats des entreprises associées, le taux d'imposition ressort à 27,6% au 30 juin 2010 contre 32,8% au 30 juin 2009, reflétant la part plus importante de plus-values faiblement imposées dans le résultat.

Le résultat net des activités non poursuivies passe de (67,6) millions d'euros au 30 juin 2009 à 42,8 millions d'euros au 30 juin 2010. Le résultat net de ces activités au 30 juin 2010 est principalement lié au résultat de cession du contrat d'exploitation de l'usine d'incinération du comté de Miami-Dade, dans la Division Propreté cédé en février 2010. Il intègre aussi les résultats des activités au Royaume-Uni dans le secteur Transport ainsi que les activités d'Eolfi dans le secteur Energie en cours de cession à la clôture.

Le résultat net part du Groupe est de 374,2 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 220,3 millions d'euros au 30 juin 2009. Le résultat net récurrent part du Groupe est de 306,2 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 287,3 millions d'euros au 30 juin 2009 retraité des activités non poursuivies.

Cash flows

La capacité d'autofinancement s'élève à 1 877,5 millions d'euros au 30 juin 2010, dont 1 885,4 millions d'euros de capacité d'autofinancement opérationnelle (contre 1 835,2 millions d'euros au 30 juin 2009 retraité), (6,4) millions d'euros de capacité d'autofinancement financière (contre 6,9 millions d'euros au 30 juin 2009 retraité) et (1,5)million d'euros de capacité d'autofinancement des activités non poursuivies (contre (6,1) millions d'euros au 30 juin 2009 retraité).

Le Groupe poursuit une politique d'investissement sélective tout en préservant les investissements industriels à caractère contractuel ou nécessaires à l'outil industriel.

Les investissements bruts ressortent ainsi 1 333 millions d'euros contre 1 516 millions d'euros au 30 juin 2009, dont 458 millions d'euros sont consacrés à la maintenance, 392 millions d'euros aux investissements de croissance, 324 millions d'euros aux investissements financiers et 159 millions d'euros aux nouveaux actifs financiers opérationnels.

Dans le même temps, le Groupe a procédé à des cessions industrielles et financières(*) pour un montant total de 766 millions d'euros contre 268 millions d'euros au premier semestre 2009 et a perçu le remboursement d'actifs financiers opérationnels à hauteur de 215 millions d'euros.

La capacité d'autofinancement opérationnelle réduite des investissements nets s'élève à 1 533 millions d'euros contre 850 millions d'euros au premier semestre 2009.

Après variation du Besoin en Fonds de Roulement Opérationnel (besoin complémentaire de 382 millions d'euros), paiement des frais financiers, des impôts et des dividendes (709 millions d'euros), l'endettement financier net ressort à 16 027 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 15 127 millions d'euros au 31 décembre 2009. Il supporte un effet défavorable des variations de change de 674 millions d'euros.

Objectifs et perspectives

Au regard des performances réalisées au cours du premier semestre, le Groupe confirme les objectifs fixés pour l'exercice 2010 :

  • dégager un résultat opérationnel récurrent en progression,
  • générer un free cash flow positif après versement des dividendes (1),
  • réaliser des économies de coûts de 250 m€,
  • poursuivre le programme de cessions qui prévoit de céder 3mds€ d'actifs sur la période 2009-2011,
  • maintenir le ratio objectif Dette nette / (capacité d'autofinancement + remboursement des AFO).

(1) hors projet de rapprochement entre Veolia Transport et Transdev

Annexes

Résultats par division : Eau

Chiffre d'affaires (M€)

 

 

 

 

Au 30 juin 2010

Au 30 juin 2009
Retraité

Variation 2010/2009

Dont croissance interne

Dont croissance externe

Dont effet de change

17 177,3

6 234,8

-5,4%

-5,7%

-1,4%

1,7%

Le recul du chiffre d'affaires de la division Eau s'explique essentiellement par la diminution de l'activité Travaux. Hors Travaux, le chiffre d'affaires est stable.

  • En France, l'évolution de l'activité hors effet de périmètre ressort à -2,4% en lien avec un ralentissement de l'activité Travaux ainsi qu'une baisse des volumes distribués de -1% par rapport à 2009 et la fin du contrat avec la ville de Paris.
  • A l'international, hors Veolia Eau Solutions & Technologies, le chiffre d'affaires est en hausse de 0,1% (1,1% à change et périmètre constants). En Europe, la croissance est de 3,0% à change et périmètre constants, tirée par le Royaume-Uni et l'Europe du Nord. A change et périmètre constants, l'activité en Asie-Pacifique est en retrait à -4,9% avec l'achèvement de la construction du projet Gold Coast (dessalement en Australie). Dans la zone Afrique Moyen-Orient, la progression à périmètre et change constants s'élève à 3,3% du fait principalement de l'augmentation des volumes sur le semestre et des augmentations tarifaires obtenues en 2009.
  • Veolia Eau Solutions & Technologies affiche un chiffre d'affaires de 955,9millions d'euros en baisse de 26,2% à périmètre et change constants.L'activité est principalement affectée par la finalisation de certains grands contrats à l'international dans l'activité « Design and Build » et, en second lieu, par le ralentissement de l'activité auprès de clients industriels.
  • L'effet de périmètre négatif de -1,4% concerne la zone Afrique Moyen-Orient.

La capacité d'autofinancement opérationnelle s'élève à 788,3 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 808,1 millions d'euros au 30 juin 2009, soit une baisse de 4,4% à change constant (-2,5% à change courant).

La marge opérationnelle (ratio capacité d'autofinancement opérationnelle / produits des activités ordinaires) passe de 13,0% au 30 juin 2009 à 13,4% au 30 juin 2010 bénéficiant à la fois d'une hausse de la marge sur les activités de construction et d'un effet mix favorable.

  • En France, la capacité d'autofinancement opérationnelle est affectée par la fin du contrat avec la ville de Paris, un échéancier des dépenses de renouvellement pénalisant le premier semestre 2010 par rapport au premier semestre 2009, par la baisse des volumes ainsi que la fin de l'indemnité Vivendi Universal (17,6 millions d'euros). Elle bénéficie en revanche de nouveaux gains de productivité dans un contexte d'indexation limitée.
  • A l'international, la progression de la capacité d'autofinancement opérationnelle est soutenue principalement en Asie-Océanie résultant d'une montée en puissance des nouveaux contrats et dans la zone Afrique Moyen-Orient du fait principalement de l'augmentation des volumes et des augmentations tarifaires obtenues en 2009.
  • Enfin la capacité d'autofinancement opérationnelle de Veolia Eau Solutions & Technologies s'améliore en raison d'efforts de productivité et du dénouement favorable de fins de contrats.

L'impact du plan Efficacité s'élève à 38millions d'euros au 30 juin 2010.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 590,2 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 596,4 millions d'euros au 30 juin 2009, en baisse de -1,0% (-3,3% à change constant).

Outre la variation de la capacité d'autofinancement opérationnelle, le résultat opérationnel récurrent de la Division bénéficie de la hausse des résultats de cession sur actifs industriels et financiers particulièrement favorable au premier semestre.

Au global, le taux de marge de résultat opérationnel récurrent (résultat opérationnel récurrent / produits des activités ordinaires) passe de 9,6% au 30 juin 2009 à 10,0% au 30 juin 2010.

Résultats par division : Propreté

Chiffre d'affaires (M€)

 

 

 

 

Au 30 juin 2010

Au 30 juin 2009
Retraité

Variation 2010/2009

Dont croissance interne

Dont croissance externe

Dont effet de change

4 707,7

4 502,4

4,6%

6,6%

-4,7%

2,7%

Le différentiel positif des prix des matières premières recyclées (en France, Allemagne et Norvège notamment), la bonne progression de certaines activités aux Etats-Unis et la montée en puissance des contrats intégrés au Royaume-Uni permettent de renouer avec une croissance organique de 6,6% en dépit des difficultés rencontrées dans certains métiers tournés vers des clients industriels toujours affectés par le contexte économique difficile. Toutefois, après un effet volumes encore marginalement négatif au premier trimestre, les derniers mois montrent une amélioration sur plusieurs activités.

  • En France,le chiffre d'affaires est en hausse de 7,0% à périmètre constant (en baisse de
    -4,0% en courant en raison de la cession de Veolia Propreté Nettoyage et Multi-Services en 2009) du fait de la hausse des prix des matières premières recyclées (papier/carton et métaux) et d'une reprise modérée des volumes au 2ème trimestre. Cette progression est atteinte en dépit d'une forte discipline commerciale à l'occasion des renouvellements de contrats.
  • A l'international, la croissance s'élève à 9,9% (6,2% à périmètre et change constants). L'activité en Allemagne profite d'un différentiel de prix positif sur les papiers et cartons. Le chiffre d'affaires du Royaume-Uni est en progression de 3,8% à périmètre et change constants grâce à la montée en puissance des contrats intégrés. En Amérique du Nord (4,9% à périmètre et change constants), la croissance est portée par la discipline tarifaire et une bonne tenue des volumes. En Asie-Pacifique, la progression du chiffre d'affaires de 7,6% à périmètre et change constants bénéficie de la reprise des activités papier.
  • Les cessions nettes intervenues dans la division Propreté au cours de l'exercice 2009, notamment les activités de Veolia Propreté Nettoyage et Multi-Services en France en août 2009, ont un impact sur le chiffre d'affaires de -4,7% (-210,1 millions d'euros par rapport au 30 juin 2009).

La capacité d'autofinancement opérationnelle s'élève à 626,6 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 539,7 millions d'euros au 30 juin 2009, soit une hausse de16,1% (13,3% à change constant).

Dans un contexte de volumes globalement stabilisés sur le semestre, avec des premiers signes de reprise en fin de période, cette progression s'explique par :

  • la hausse du prix des matières recyclées (papiers et métaux) par rapport au premier semestre 2009 qui affecte positivement les performances opérationnelles dans les principaux pays (France, Royaume-Uni, Allemagne, Australie et Etats-Unis) ;
  • les effets positifs du plan Efficacité (43 millions d'euros).

La marge de capacité d'autofinancement opérationnelle progresse sensiblement de 12,0% au 30 juin 2009 à 13,3%au 30 juin 2010.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 250,6 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 134,3 millions d'euros au 30 juin 2009, soit une hausse de 86,6% (80,7% à change constant).

La variation du résultat opérationnel récurrent reflète :

  • une dépréciation de 35 millions d'euros enregistrée au 30 juin 2009 sur des actifs financiers opérationnels en Italie ;
  • et l'effet négatif de la baisse des taux d'actualisation utilisés au 30 juin de chaque année pour le calcul des provisions pour remise en état de sites pour une variation de (15) millions d'euros par rapport au 30 juin 2009.

Le taux de marge de résultat opérationnel récurrent passe de 3,0% au 30 juin 2009 à 5,3% au 30 juin 2010.

Résultats par division : Energie

Chiffre d'affaires (M€)

 

 

 

 

Au 30 juin 2010

Au 30 juin 2009
Retraité

Variation 2010/2009

Dont croissance interne

Dont croissance externe

Dont effet de change

3 721,2

3 712,6

0,2%

0,6%

-2,2%

1,8%

Le chiffre d'affaires augmente de 0,6% à périmètre et change constants ; la variation s'explique principalement par l'effet climatique positif du premier trimestre en dépit de l'effet défavorable du prix des énergies (-82,9millions d'euros comparé au 30 juin 2009).

  • En France, le chiffre d'affaires augmente de 1,5% en raison d'un environnement climatique légèrement plus favorable et malgré la baisse du prix des énergies.
  • A l'international, l'activité est stable à périmètre et change constants ; la baisse du prix de l'électricité en Europe Centrale est compensée par un effet climatique favorable.
  • Les cessions nettes intervenues au cours de l'exercice 2009, notamment les activités de Facilities Management au Royaume-Uni en août 2009, expliquent l'essentiel de l'effet de périmètre de -2,2%par rapport au 30 juin 2009.

La capacité d'autofinancement opérationnelle s'élève à 385,7 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 373,9 millions d'euros au 30 juin 2009, soit une progression de 3,2% (0,1% à change constant). La capacité d'autofinancement opérationnelle de la division Energie bénéficie en France d'un effet climat positif. A l'international, l'évolution de la capacité d'autofinancement opérationnelle traduit l'impact climatique positif compensé par un effet prix défavorable, notamment en Europe Centrale.

L'impact du plan Efficacité s'élève à 31 millions d'euros au 30 juin 2010.

La marge de capacité d'autofinancement opérationnelle passe de 10,1% au 30 juin 2009 à 10,4% au 30 juin 2010.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 267,9 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 255,6 millions d'euros au30 juin 2009, soit une hausse de 4,8% (hausse de 1,6% à change constant).

Au global, le taux de marge de résultat opérationnel récurrent passe de 6,9% au 30 juin 2009 à 7,2% au 30 juin 2010.

Résultats par division : Transport

Chiffre d'affaires (M€)

 

 

 

 

Au 30 juin 2010

Au 30 juin 2009
Retraité

Variation 2010/2009

Dont croissance interne

Dont croissance externe

Dont effet de change

2 847,5

2 939,5

-3,1%

-5,2%

0,0%

2,1%

Le chiffre d'affaires est en retrait de 3,1%. Corrigé de l'impact du non-renouvellement des contrats de Stockholm, Melbourne et Bordeaux, la croissance du chiffre d'affaires aurait été de +8,8%.

  • Le chiffre d'affaires en France est en légère progression de1,8%à périmètre constant sous l'effet des gains de nouveaux contrats (Valenciennes notamment) malgré le non-renouvellement du contrat de Bordeaux en mai 2009. Le chiffre d'affaires est également affecté par la baisse d'activité rencontrée sur les activités aéroportuaires et touristiques notamment du fait de la conjoncture.
  • A l'international, le chiffre d'affaires enregistre une baisse de -6,2% (-9,7% à périmètre et change constants) en dépit de la montée en puissance des développements effectués en Amérique du Nord, aux Pays-Bas et en Allemagne, sous l'effet du non-renouvellement des contrats de Melbourne en décembre 2009 et Stockholm en novembre 2009 (-300 millions d'euros de chiffre d'affaires sur la période sur ces deux contrats).

La capacité d'autofinancement opérationnelle s'élève à 159,2 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 160,2 millions d'euros au 30 juin 2009, soit un retrait de -0,6% (-3,8% à change constant).

La stabilité de la capacité d'autofinancement opérationnelle est liée au redressement des opérations insuffisamment profitables, aux gains de productivité de l'activité notamment en Allemagne, Asie et Amérique du Nord compensant la perte de la contribution des contrats non renouvelés, une baisse des activités aéroportuaires et touristiques, ainsi que des coûts de démarrage et les premiers mois d'exploitation du contrat de Rabat. L'impact net des couvertures de la baisse des prix du carburant est estimé à environ +1,1 million d'euros au 30 juin 2010 par rapport au 30 juin 2009.

L'impact du plan Efficacité est de 18 millions d'euros au 30 juin 2010.

La marge de capacité d'autofinancement opérationnelle passe de 5,4% au 30 juin 2009 à 5,6% au 30 juin 2010.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 48,2 millions d'euros au 30 juin 2010 contre 81,2 millions d'euros au 30 juin 2009, soit une baisse de -40,7% (-43,8% à change constant). Elle reflète notamment une plus-value de cession intervenue au 1er trimestre 2009.

Au global, le taux de marge de résultat opérationnel récurrent passe de 2,8% au 30 juin 2009 à 1,7% au 30 juin 2010.