Média

Veolia Eau va construire et gérer la nouvelle station d'épuration de Marquette-lez-Lille

13 octobre 2010

Lille Métropole Communauté Urbaine a confié à Veolia Eau le marché portant sur la reconstruction de la station d'épuration de Marquette-lez-Lille, la plus importante usine de dépollution des eaux usées du Nord de la France. Sur le site même de l'ancienne station d'épuration, devenue obsolète, la partie conception et construction de ce projet est conduite par un groupement d'entreprises mené par OTV France Nord, filiale de Veolia Eau, et composé de NORPAC, DEMATHIEU et BARD, AMODIAG, BONNARD et GARDEL, et ALH (Alain Le Houedec Architecte).

Les travaux débuteront mi-octobre et dureront un peu plus de 4 ans. Ils généreront un chiffre d'affaires cumulé de 75 millions d'euros pour Veolia Eau. L'exploitation des ouvrages commencera le 1er janvier 2011. Elle sera assurée par Veolia Eau pendant près de 6 ans et générera un chiffre d'affaires cumulé estimé à 28 millions d'euros.

Tous les ouvrages de génie civil nécessaires à l'obtention du bon état écologique des eaux, demandés pour 2027, seront réalisés dès février 2013, échéance à laquelle le nouveau traitement des eaux sera opérationnel. Elle sera suivie, au plus tard en 2015, de la mise en service du nouveau procédé de traitement des boues.

D'une capacité de traitement de 620.000 équivalents habitants, la future installation disposera de deux filières distinctes, traitant séparément les eaux usées avec un débit de 2,8 m3/s et les eaux pluviales à un débit de 5,3 m3/s. Elle mettra en oeuvre des solutions technologiques éprouvées telles que les procédés de décantation MULTIFLO® et ACTIFLO®, ou le traitement biologique HYBAS™ qui combine le meilleur des deux technologies : le procédé par boues activées et le procédé de cultures fixées.

De la même manière, la mise en place d' EXELYS®, le nouveau procédé d'hydrolyse thermique d'OTV, permettra de diminuer entre 20 et 40 % la production de boues et de produire 15 à 30% de biogaz en plus par rapport à une digestion classique.

Des boues qui, après séchage et stockage, seront valorisées pour 50% en agriculture et pour 50% en cimenterie.

La situation très urbaine de la station de Marquette-lez-Lille implique d'apporter un soin particulier au traitement des odeurs et l'offre de Veolia Eau prévoit un contrôle complet des sources d'émission d'odeur, de leur traitement et de leur suivi.

La future station s'inscrit dans une logique d'évolutivité et une démarche de développement durable se traduisant concrètement par une amélioration du bilan carbone, réalisé en partenariat avec le bureau d'études « Carbone 4 », et décliné en trois points : réduire les énergies fossiles, produire de l'énergie, respecter les engagements environnementaux de Veolia Environnement au travers d'ECOLIA 21™.

Située à l'intérieur d'un îlot naturel de quinze hectares et ceinturée par le canal de Roubaix, elle est aussi l'occasion de créer un projet environnemental d'envergure pour la métropole lilloise.

L'organisation générale des ouvrages sur le terrain laisse une part très importante à un jardin de 7 hectares planté d'espèces choisies qui privilégie les essences locales naturelles, reflet de la biodiversité.

Symbole de cette ambition, l'entrée de l'usine s'ouvrira sur deux façades conçues par Patrick Blanc, « artiste botaniste », chercheur spécialiste au CNRS des plantes de sous-bois tropicaux, inventeur du concept des murs végétaux et auteur de centaines de références dans le monde (Musée du Quai Branly, Hôtel Pershing Hall...).

Sous l'impulsion d'Alain Le Houedec, architecte du Groupement, le traitement architectural des bâtiments privilégie une intégration harmonieuse dans le contexte environnemental et urbain, en évitant toute nuisance vis-à-vis des immeubles collectifs situés à proximité.

Aussi performant soit-il pour son environnement naturel, le projet de la station d'épuration de Marquette-lez-Lille serait incomplet sans une attention équivalente portée à son environnement humain.

La reprise du personnel exploitant de l'actuelle usine imposant la mise en place de formations aux nouvelles technologies, OTV et Veolia Eau ont mis en place un partenariat avec le Campus Veolia Nord Europe situé à proximité.

Ainsi, le personnel exploitant pourra bénéficier de formations qualifiantes dans les process du traitement des eaux mis en oeuvre sur la nouvelle station.

A l'inverse, les élèves du Campus auront également la possibilité de compléter leur formation sur le site même de la station pendant la durée du marché.