Réduire les gaspillages au bénéfice de tous

Le rendement d'un réseau d'eau traduit une double réalité : d'une part, l'existence de pertes d'eau liées pour l'essentiel à la mauvaise qualité des réseaux de distribution ; et d'autre part, l'existence de volumes d'eau consommés mais non facturés du fait de prélèvements clandestins ou de déficiences du comptage des consommations.

Veolia Eau est couramment appelé à reprendre la gestion de réseaux dont les rendements sont inférieurs à 50 %. L'augmentation des rendements à un niveau optimisé de 80 % à 90 % nécessite une action construite sur plusieurs années et permet tout à la fois de résorber le coût écologique lié au gaspillage de la ressource en eau et le coût économique qu'engendrent les coûts de traitement et parfois d'achat de l'eau perdue, le surdimensionnement des systèmes de production et la sous-facturation des consommations.
Dans le cas du contrat de Prague par exemple, le volume d'eau produit a diminué en dix ans d'environ 50 millions de m3 soit 30 % de la production initiale.

Ce volume correspond pratiquement à l'eau économisée par la réduction des pertes d'eau de 41 % à 21 %. Sur les deux plans, économique et écologique, l'impact de cette action d'optimisation et de gestion est donc très supérieur à la rationalisation des consommations par les usagers qu'elle accompagne et encourage en conjuguant maîtrise des coûts, équité des facturations et vérité des prix.
Cette rationalisation des consommations appelle, elle-même, des services d'après compteur qui constituent la base de nouvelles offres. C'est également le cas de la gestion qualitative et quantitative des ressources d'amont, du développement des standards de qualité et de celui des prestations d'assainissement qui restent dans de nombreuses agglomérations très insuffisantes.