Moderniser le secteur de l’électricité en Guinée-Conakry

Un projet de rénovation du secteur électrique piloté par la Banque mondiale a été adopté en 2012 par le gouvernement de Guinée-Conakry afin de mettre un terme à la grave crise qui touche actuellement le secteur de l’énergie dans ce pays. Ce projet a pour but d’améliorer les performances techniques et commerciales de la compagnie nationale de distribution d’électricité, Électricité de Guinée (EDG) grâce à la mise en œuvre d’un programme de courte durée (moins de cinq ans) axé sur les aspects techniques, économiques et financiers.
energy

Guinea

Conformément aux objectifs du contrat de performance signé entre le Gouvernement de Guinée-Conakry et EDG, Veolia est chargé d’assurer l’exécution du contrat de gestion d’EDG depuis octobre 2015.
Dans le cadre de ce contrat, l’entreprise améliorera la gestion des installations, l’efficacité du réseau de distribution d’énergie et l’extension du réseau dans le pays. Son travail portera sur des aspects aussi essentiels que la gestion de la relation client, les performances techniques, la planification, l’exploitation et l’entretien des installations, la gestion financière, la gestion des ressources humaines, les achats et la gestion des stocks.

PDF
Electricité de Guinée (1.94 Mo)

Au cours des quatre premières années du contrat, Veolia fournira à EDG du personnel opérationnel expérimenté pour superviser les activités (avec le soutien d’experts non-résidents pour certaines missions spécifiques).
Le nouvel administrateur d’EDG, M. Abdendi Attou, a été nommé en janvier 2016 par décret présidentiel.

LES RÉSULTATS DE LA PREMIÈRE ANNÉE

  • Réduction du nombre de pannes : de plus de 40 par mois en 2015 à moins de 1 à la fin de 2016 ;
  • Mise en place d’un plan de production efficace permettant de réduire de 80 % les heures de délestage ;
  • Modernisation et renforcement des capacités de production permettant d’augmenter de 13 % la production en période de pointe ;
  • Meilleure fiabilité du réseau grâce à la construction de 8,2 km de lignes à moyenne tension (MT), de 23,6 km de lignes à basse tension (BT) et à l’installation de 39 postes de transformation ;
  • Taux de recouvrement atteignant jusqu’à 95 % ;
  • Économies substantielles grâce à l’optimisation du processus d’achat de stocks et à la renégociationRéduction du nombre de pannes : de plus de 40 par mois en 2015 à moins de 1 à la fin de 2016 ;
  • Réorganisation de l’équipe d’EDG et mise en place d’un programme de formation des contrats en cours ;

Contrat de gestion de 4 ans basé sur des indicateurs clés de performance

8 directeurs exécutifs permanents

Réduction de 80 % des heures de délestage en 2016