3 novembre 2017

10ème Conférence de l’Institut Veolia à Oxford : « Les matériaux stratégiques pour un avenir à bas carbone, de la rareté des ressources à leur disponibilité »

Les 2 et 3 novembre, l’Institut Veolia a organisé à Oxford sa 10ème conférence internationale, en partenariat avec la Oxford Martin School et avec le soutien de la Fondation Prince Albert II de Monaco. Chercheurs, décideurs publics, représentants de la société civile, industriels, financiers et entrepreneurs de tous pays se sont réunis autour de deux défis : la raréfaction des ressources naturelles et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Antoine Frérot, le PDG de Veolia, a conclu cette conférence.

Antoine Frérot - Conférence Institut Veolia
Antoine Frérot

« Avec la croissance démographique et l’élévation du niveau de vie, l’homme est confronté à un goulot d’étranglement entre des ressources qui se raréfient et des besoins qui augmentent. La crise climatique est devenue une réalité, avec des vagues de chaleur et des cyclones d’une violence inédite. La terre n’accomplit qu’une partie du travail de dépollution du CO2, il nous appartient de faire le reste », a déclaré Antoine Frérot.

 

Rendre l’économie « circulaire » en s’inspirant de la nature

Pour relever ce double défi de la surconsommation des ressources naturelles et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, il faut passer du modèle linéaire « Extraire – Fabriquer – Jeter », à l’économie circulaire qui permet la réutilisation des ressources dans un cycle sans fin.
Ainsi, en redonnant une valeur à ce qui n’en avait plus, l’économie circulaire rend disponible ce qui était rare : les équipements électroniques obsolètes deviennent des métaux précieux, les eaux usées deviennent des bioplastiques, les déchets organiques des engrais, les huiles alimentaires usagées des biocarburants.
Aujourd’hui, 75 % des déchets urbains et 95 % des eaux usées ne sont pas recyclés ou réutilisés. Le  développement de l’économie circulaire permettra de produire de nouvelles matières premières à partir des déchets tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

 

« La société à bas carbone n’est pas une utopie. Nous ne pouvons pas maîtriser le climat mais nous pouvons décarboner la croissance et produire autrement. En s’inspirant de la nature dans laquelle tout est ressource, nous pouvons rendre l’économie circulaire, donc plus frugale et plus efficace, en prolongeant le cycle des matières premières, de l’eau et de l’énergie », a affirmé Antoine Frérot.

 

Le retour de la dynamique « rareté – innovation »

Reproduire les cycles naturels de la matière exige des technologies de pointe. Aujourd’hui, pour l’eau, l’énergie et les matières, la dynamique « rareté – innovation » s’est enclenchée. Il faut progresser dans les domaines scientifique et technique, dans la sphère économique et financière, et aussi dans la gouvernance, pour que se généralise une économie moins carbonée et moins dispendieuse en ressources naturelles.

 

« Si nous voulons stabiliser la hausse des températures à 2 °C et protéger la nature, il nous faut faire un triple effort : décarboner l’économie, la dématérialiser et la déshydrater. Le biologiste Jean Rostand affirmait : « L’homme est devenu trop puissant pour se permettre de jouer avec l’environnement. L’excès de sa force le condamne à la vertu ». Face aux pénuries de ressources et à la dégradation du climat, les solutions existent ou sont à inventer, à condition de faire preuve de persévérance sur les chemins de l’amitié avec l’environnement et d’un monde à bas carbone », a conclu Antoine Frérot.

 

En savoir plus :

 
La conférence de l’Institut sur la disponibilité des ressources dans un monde bas carbone 
Le programme de la conférence et ses intervenants de haut niveau
Oxford Martin School est un centre de recherche de l’Université d’Oxford qui s’intéresse aux enjeux globaux comme le changement climatique, le futur de l’alimentation, les épidémies globales.
Le site de l’Institut Veolia
> « L’économie circulaire », « Prix du carbone » et « Solutions climat », à lire dans le blog-Climat de Veolia
La ville circulaire : créer des boucles locales pour générer de la valeur territoriale