13 décembre 2017

« Pour une nouvelle économie des plastiques » : Veolia préconise de structurer une filière industrielle de recyclage et valorisation des plastiques

A l’initiative de Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, le séminaire « Pour une nouvelle économie des plastiques » a réuni aujourd’hui à Bercy l’ensemble des acteurs de la filière. Antoine Frérot, le PDG de Veolia, y a présenté la stratégie du Groupe en matière de recyclage des plastiques et ses préconisations pour une nouvelle économie des plastiques.

Antoine Frérot : Pour une nouvelle économie des plastiques

Les enjeux économiques et environnementaux du recyclage des plastiques 

On estime que la moitié des 8,3 milliards de tonnes de plastiques produites dans le monde entre 1950 et 2015 sont aujourd’hui en décharge ou dans la nature. 150 millions de tonnes de plastiques forment un « 7ème continent au milieu des océans » qui menace l’écosystème marin. Sachant que la production mondiale annuelle (330 millions de tonnes) de plastique quadruplera d’ici 2050, le recyclage du plastique est un enjeu majeur.
A l’heure actuelle, le taux de recyclage du plastique est seulement de 9% (contre 80 % pour les métaux ferreux, 60% pour le papier, et 50% pour le verre). Avec une réglementation qui évolue progressivement vers la valorisation et l’interdiction de mise en décharge du plastique, notamment en Europe et en Asie, le marché des plastiques recyclés devrait croître de 7 % par an d’ici 2025.
Selon le cabinet Deloitte, atteindre un taux de recyclage des plastiques de 60% en Europe en 2025 (contre 15% aujourd’hui) permettrait la création de 80 000 emplois directs et 120 000 emplois indirects.
 

Veolia renforce l’économie circulaire des plastiques

« Actuellement, le chiffre d’affaires de Veolia n’est que de 200 M€ dans le domaine des plastiques recyclés. Notre objectif est de quintupler ce chiffre d’ici 2025. L’ambition de notre Groupe est de structurer une filière industrielle de recyclage et de valorisation des plastiques, pour offrir une alternative à la matière vierge», a expliqué Antoine Frérot.

 
D’ici 2025, Veolia recyclera deux fois plus de plastiques qu’aujourd’hui (500 000 tonnes contre 250 000 tonnes), en combinant croissance organique et acquisitions ciblées. En France, Veolia gère déjà 4 centres de transformation du plastique et 89 centres de tri.
 

Veolia préconise de faire du recyclage des plastiques un levier de l’économie circulaire

Pour favoriser un choc de demande de matières premières issues du recyclage, Veolia préconise de monétiser le bénéfice environnemental du recyclage, de préférence au niveau européen : redevance carbone, TVA réduite, crédit d’impôts sur les matières premières recyclées, exonération de TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques).
Le Groupe préconise aussi de développer l’écoconception, de soutenir la nouvelle filière, d’inciter à une meilleure gestion des déchets (tarification incitative, contrats de performance), et de relocaliser en France les flux exportés en Chine.
 
Antoine Frérot

« Veolia souhaite contribuer à la réflexion collective devant mener à l’élaboration de la « Feuille de route économie circulaire » et s’engage à prendre toute sa part dans la création, en France, d'une véritable industrie de la transformation des déchets en matières premières recyclées ou en énergie verte », a conclu Antoine Frérot.


En savoir plus : 

Le séminaire « Pour une nouvelle économie des plastiques »
Les métiers de Veolia, et la gestion des déchets
L’économie circulaire, à lire dans le blog Parlons ensemble du climat
Veolia devient partenaire de premier rang de l’initiative « La nouvelle économie du plastique » de la Fondation Ellen MacArthur