Paris 32.24€ (-1.07%)

RESULTATS ANNUELS 2020

PDF
Communiqué de presse : Paris, le 25 février 2021 - Résultats annuels (270.29 Ko)

UNE TRES FORTE CAPACITE DE RESISTANCE ET DE REBOND FACE A LA CRISE

RESULTAT NET COURANT PART DU GROUPE DE 415 M€

RESULTATS DU 4eme TRIMESTRE SUPERIEURS A 2019 ET A NOS OBJECTIFS, CONFIRMANT LA FORTE AMELIORATION DU 3eme TRIMESTRE

LANCEMENT D’UNE OFFRE PUBLIQUE D’ACHAT SUR SUEZ LE 8 FEVRIER 2021 A 18€ COUPON ATTACHE

  • CHIFFRE D’AFFAIRES DE 26 010 M€
    RETOUR DE LA CROISSANCE AU T4, A +0,9%(1)

  • EBITDA DE 3 641 M€, SUPERIEUR A L’OBJECTIF REVISE DU GROUPE  GRACE AUX 278 M€ D’ECONOMIES DU PLAN D’EFFICACITE, COMPLETEES PAR LE PLAN RECOVER AND ADAPT
    EBITDA EN CROISSANCE DE +4,2%(1) AU T4

  • RESULTAT NET COURANT PART DU GROUPE DE  415 M€

  • PROPOSITION D’UN DIVIDENDE DE 0,70€ PAR ACTION AU TITRE DE L’EXERCICE 2020


PERSPECTIVES 2021(2)

  • CHIFFRE D’AFFAIRES SUPERIEUR AU NIVEAU DE 2019  GRACE A UNE CROISSANCE ORGANIQUE SOUTENUE

  • EBITDA SUPERIEUR A 4 MDS€

  • DETTE FINANCIERE NETTE INFERIEURE A 12 MDS€ ET LEVERAGE RATIO INFERIEUR A 3x

  • OBJECTIF D’UN RETOUR A LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION PRE-CRISE DES L’EXERCICE 2021
     

1A change constant  vs. 2019
2A change constant 

 

Antoine Frérot, Président Directeur Général du Groupe a déclaré : En 2020, Veolia a démontré sa remarquable capacité à  résister à un contexte économique fortement dégradé par une crise sanitaire mondiale sans précédent. Dès le troisième trimestre, l’activité du Groupe a retrouvé son niveau de 2019, tendance amplifiée au quatrième trimestre avec un chiffre d’affaires en croissance  et un EBITDA en progression de 4,2 %. Ces résultats très encourageants ont été réalisés grâce au formidable engagement de l’ensemble des collaborateurs du Groupe et au lancement de mesures d’adaptation dès le début de la crise sanitaire. Veolia aura ainsi effacé les stigmates de la crise et aura retrouvé sa trajectoire de croissance et son levier opérationnel en moins de 6 mois.  Le Groupe devrait donc enregistrer en 2021 des performances supérieures à celles de 2019. 
Par ailleurs, en 2020, Veolia a saisi l’opportunité unique de créer le champion mondial de la transformation écologique en acquérant 29,9% du capital de Suez. Le 8 février 2021, nous avons lancé une Offre Publique d’Achat sur les 70,1% du capital restants. Grâce à une complémentarité unique, le nouveau Groupe résultant de ce projet industriel répondra ainsi aux grands défis de la planète à un moment où la priorité environnementale est plus forte que jamais.


• Chiffre d’affaires de 26 010 M€ contre 27 189 M€ en 2019, en repli de 4,3% en courant, de 2,9% à change constant et de 2,5% à périmètre et change constants.

La variation des changes a été défavorable de 1,5% sur l’évolution du chiffre d’affaires de l’exercice 2020 (-401M€). 

A change constant, l’évolution de l’activité a été de -2,9%, pénalisée au premier (-1,3%) et au deuxième trimestre (-11,0%) par les confinements mis en place du fait de la crise sanitaire puis s’est redressée au troisième trimestre (-0,6%) et a retrouvé la croissance au dernier trimestre (+0,9%).

Au quatrième trimestre, malgré la deuxième vague de l’épidémie impactant l’activité dans les déchets tertiaires et commerciaux dont les volumes sont légèrement en retrait par rapport à 2019, les segments géographiques France et Europe hors France ont confirmé la croissance retrouvée dès le troisième trimestre de l’exercice. Les opérations du Groupe dans le Reste du Monde ont quasiment retrouvé au dernier trimestre leur niveau d’activité 2019 (le dernier trimestre 2020 de chiffre d'affaires représente 98,5% de la période comparable à périmètre et change constant, hors notamment cession des réseaux de chaleur aux Etats Unis en 2019). Les Activités Mondiales après un rebond sur le troisième trimestre (notamment dans la construction) se sont stabilisées sur le dernier trimestre.

Sur l’exercice, à change constant, le repli du chiffre d’affaires de 2,9% est principalement dû aux effets de la crise sanitaire sur les volumes d’activité et les travaux, à hauteur de 915 M€ (soit -3,4%), un effet périmètre de -102 M€ (-0,4%) lié à la cession de l’activité chauffage municipal aux Etats-Unis en décembre 2019 partiellement compensée par les acquisitions de déchet dangereux au Chili en 2019 et en 2020 d’une activité de recyclage de plastique en Espagne, de traitement de déchets en Russie et de services énergétiques en Europe Centrale et Orientale. L’effet prix des énergies et des matières recyclées est quasi-nul, à -40 M€, soit -0,1%, avec un effet positif des prix des énergies de +68 M€ plus que compensé par l’effet de la baisse des recyclats de -108 M€. Les prix des services sont en hausse de 1,0%  (+286 M€). L’effet climat est neutre. 

Dans les Déchets, l’impact de la baisse des volumes s’est élevé à -5,2%, tandis que la baisse des prix des matières premières recyclées a pesé à hauteur de -1,1%.

Par zone géographique et à change constant, les évolutions ont été les suivantes :

  • En France, l’activité a enregistré un repli de -3,9%. L’Eau est en baisse de -2,2% sous l’effet de la baisse des travaux au premier semestre liée aux mesures de confinement. Après un premier semestre en repli de -6,4%, le deuxième semestre a retrouvé un bon rythme de croissance, à +1,7%, avec un T4 en croissance de +2,5%. Sur l’exercice, les volumes ont enregistré une hausse de 0,8% après une année 2019 déjà en croissance et les tarifs ont progressé de 1,5%. Les Déchets ont affiché un repli de -5,9%, avec des volumes en baisse de -5,7%, des prix en hausse de +2,3% et une baisse des prix des matières premières recyclées qui ont fortement chuté en début d’année, puis ont évolué à la hausse. Les Déchets ont retrouvé la croissance au S2 (+1,6%), avec en particulier une hausse de +2,5% au T4.
     
  • L’Europe hors France a affiché une belle résistance à la crise, en croissance de +0,4%, avec un T4 en hausse de +5,3%. Cette progression est principalement portée par l’Europe Centrale et Orientale, en hausse de +6,3% sur l’exercice et de +14,9% au T4. L’activité Energie a enregistré une croissance de +7,1%, grâce aux hausses tarifaires, une météo favorable en fin d’année et la reprise du réseau de chaleur de Prague Rive Droite et d’une unité de cogénération à Budapest. L’Eau a cru de +1,3%, avec des tarifs en hausse et de bons volumes hors Prague pénalisée par la faible activité touristique. L’Europe du Nord est en baisse de -3,1% sur l’exercice, sous l’effet de la baisse des volumes de déchets industriels et commerciaux en Allemagne et de la baisse des prix et volumes de matières recyclées, mais est en hausse de +1,1% au T4 grâce au retour à un niveau normal d’activité. Le Royaume-Uni (yc l’Irlande) est en retrait de 4,6% sous l’effet du confinement. Les volumes de déchets industriels et commerciaux sont revenus à environ 90% des niveaux de 2019 au T3 et se sont de nouveau repliés au T4. L’activité des PFIs est restée soutenue, avec des taux de disponibilité de 94,1% vs 93,8% en 2019, tandis que le stockage a affiché une baisse de 7,6%. La bonne efficacité opérationnelle a permis de compenser la baisse du chiffre d’affaires au niveau de l’EBITDA. L’Europe du Sud est ressortie en croissance de +2,1% sur l’exercice et de +6,1% au T4 avec en particulier une bonne dynamique en Espagne et au Portugal.
     
  • Le Reste du monde est ressorti en repli de 1,7% à périmètre et change constant. L’Asie est ressortie en hausse de +0,7%. La croissance a été freinée par la fin de travaux à Hong Kong et au Japon. La Chine a retrouvé la croissance, avec une progression de +4,1% au T4, notamment portée par la forte croissance de l’activité Déchets Dangereux (+27%). L’Amérique Latine est en hausse de +6,6%, grâce à une bonne indexation tarifaire et des acquisitions ciblées. L’Amérique du Nord est en repli de 3,2% à périmètre et change constant principalement sous l’effet d’une activité réduite avec les raffineries pétrolières. Bonne résistance de la zone Pacifique, quasi-stable, à -0,7% sur l’exercice et en hausse de +0,8% au T4. L’Afrique Moyen Orient est stable sur l’exercice.
     
  • Les Activités mondiales ont enregistré un retrait de 5,3% à change constant et sont stables au quatrième trimestre. L’activité Construction a enregistré une croissance de Veolia Water Technologies (+3,7%), avec notamment les bonnes performances de l’activité dessalement, la Sade est en repli de 6,8% mais a fortement rebondi au deuxième semestre avec le redémarrage des chantiers après le confinement (+8,1% au T4 à périmètre et change constants). L’activité Déchets Toxiques a subi l’arrêt de l’activité industrielle au cours du premier semestre et retrouve des volumes proches de ceux de 2019, avec cependant l’effet défavorable des prix des huiles recyclées. L’activité Multiservices industriels et énergétiques a baissé de 17% sous l’effet du confinement.

Par métier, à change constant,  l’Eau est en légère baisse de -1,0%, avec des volumes stables (-0,2%), des prix en croissance de +0,7% mais une activité Travaux temporairement pénalisée par les mesures sanitaires. Les Déchets sont en repli de -3,2%, avec des volumes en repli de -5,2% et des prix en hausse de +2,0%. L’Energie est en baisse de -5,8% mais de seulement -2,0% à données comparables après la cession de l’activité chauffage aux Etats-Unis fin 2019.

• EBITDA de 3 641 M€ contre 4 022 M€ en 2019

  • L’effet change a pénalisé la hausse de l’EBITDA à hauteur de -59 M€, dont -21 M€ en Amérique Latine et -20 M€ en Europe Centrale et Orientale. L’effet périmètre est défavorable de 36 M€, lié à la cession de l’activité de chauffage aux Etats-Unis partiellement compensé par les acquisitions ciblées en Europe Centrale et Orientale.

  • L’EBITDA est en repli de 8,0% à change constant et de 7,1% à périmètre et change constants sous l’effet de la baisse d’activité (liée à la crise sanitaire) dont l’impact a été réduit à 443 M€ grâce au plan d’économies spécifique, Recover and Adapt.  L’EBITDA a également subi un pincement prix de 142 M€ qui a été plus que compensé par le programme de réductions de coûts récurrent pour 278 M€. Le climat a eu un effet neutre. Le prix des énergies et des recyclats a eu un effet net favorable de 28 M€.   

  • Par segment : l’EBITDA de la France a atteint 848 M€ contre 900 M€ en 2019. L’EBITDA de l’Europe hors France s’est établi à 1 404 M€ contre 1 501 M€. L’EBITDA du Reste du Monde est ressorti à 942 M€ contre 1 162 M€ mais intègre l’effet de la cession de l’activité de chauffage aux Etats-Unis pour -84 M€ et l’EBITDA des Activités mondiales à 324 M€ contre 396 M€ en 2019.

• EBIT Courant de 1 275 M€ contre 1 730 M€ en 2019

  • L’effet change a pénalisé l’évolution de l’EBIT Courant à hauteur de -25 M€.

L’EBIT Courant à change constant est en repli de 24,8% et de 21,2 % à périmètre et change constants sous les effets :

  • de la baisse de l’EBITDA principalement,

  • de dotations aux amortissements stables à 2 190 M€ en 2020 contre 2 192 M€ en 2019, reflétant la maîtrise des investissements de maintenance afin de privilégier les investissements de croissance. Les charges de renouvellement sont également quasi-stables, à 275 M€ contre 280 M€ en 2019. 

  • d’une évolution défavorable du solde de reprises/dotations aux provisions et autres de 64 M€. Le solde net ressort à -12 M€ en 2020, contre des reprises nettes de 52 M€ en 2019 dues à des règlements de litiges favorables. 

  • et de la baisse de la contribution des entités mises en équivalence, à 111 M€ contre 130 M€ en 2019 du fait de la baisse temporaire des volumes d’eau en Chine sous l’effet de la crise sanitaire.

 

• Résultat Net courant part du groupe de 415 M€ contre 760 M€ en 2019 

  • Le coût de l’endettement financier net est en sensible baisse, à -414 M€ contre -441 M€ en 2019, grâce au refinancement des dettes échues à des taux plus favorables et une meilleure rémunération du solde de cash du Groupe. Le coût brut de la dette ressort à 2,44% contre 3,06% en 2019. Les plus-values de cessions sont stables, à 26 M€ contre 24 M€ en 2019.

  • Le taux d’impôt s’établit à 26,1%. Les impôts ressortent à 160 M€ contre 227 M€ en 2019.

  • La part des minoritaires est stable à -146 M€ contre -147 M€ en 2019.

• Le Résultat Net part du Groupe ressort à 89 M€, contre 625 M€ en 2019

  • Les charges de restructuration sont en net repli, à 95 M€ contre 121 M€ en 2019 et les impairments en hausse, à 231 M€ contre 184 M€ en 2019, dont  les principaux éléments sont au Maroc et en Amérique Latine. 

• Le Free cash-flow net s’élève à 507 M€ grâce à des investissements nets maîtrisés (2 151M€ en baisse de 50 M€) et à une nouvelle amélioration du BFR (en baisse de 233 M€ grâce à une politique de recouvrement très stricte).

• L’Endettement financier net s’établit  à 13 217 M€

  • En 2019, L’endettement financier net avait bénéficié du produit de cession de l’activité de chauffage aux Etats-Unis à hauteur de 1,25 Md$. En 2020, le Groupe a réinvesti 1 476 M€ en acquisitions ciblées et a financé l’acquisition de 29,9 % du capital de Suez à hauteur de 1 453 M€ en dette. Le levier financier ressort à 3,2x au 31/12/2020, hors acquisition des 29,9 % de Suez. Hors acquisitions de 2020, l’Endettement Financier Net est en baisse de 392 M€, à 10 288 M€. 

Hausse du dividende, à 0,70€ par action, payé à 100 % en numéraire au titre de l’exercice 2020. 

Le Conseil d’Administration proposera à l’Assemblée Générale du 22 avril 2021 le versement d’un dividende de 0,70€ par action au titre de l’exercice 2020, payable en numéraire. La date de détachement du dividende est fixée au 10 mai 2021. Les dividendes 2020 seront versés à partir du 12 mai 2021.

• Perspectives 2021*

En dépit de la poursuite de la crise sanitaire sur la première partie de l’exercice, Veolia devrait plus que compenser les effets défavorables de 2020 et prévoit de réaliser une forte croissance de ses résultats

  • Chiffre d’affaires : supérieur au niveau de 2019

  • Economies de coûts de 350 M€ : 250 M€ au titre du plan d’efficacité récurrent et 100 M€ d’économies complémentaires non récurrentes au titre du plan Recover & Adapt

  • EBITDA supérieur à 4 Mds€ soit une croissance supérieure à +10 % par rapport à 2020

  • Endettement Financier Net ramené en-dessous de 12 Mds€ à fin 2021 et leverage ratio inférieur à 3x 

  • Objectif du retour à la politique de distribution pré-crise au titre de 2021

* à change constant


• Lancement le 8 février 2021 d’une Offre Publique d’Achat sur le Groupe SUEZ au prix de 18€ par action dividende attaché, afin de créer le champion mondial de la transformation écologique

  • Le 6 octobre 2020, Veolia a  acquis 29,9% du capital du Groupe Suez auprès d’Engie pour un montant de 3,4 Mds€. 

  • Veolia a ensuite lancé le 8 février 2021 une offre publique d’achat sur les 70,1% restants de Suez au prix de 18€ par action.

Cette opération est porteuse d’un projet très ambitieux : en combinant les très solides compétences de Suez et de Veolia, cette opération sera en mesure d’accélérer significativement le développement du nouvel ensemble face à une concurrence grandissante, et permettra au secteur en France, en Europe et dans le monde de faire face aux enjeux environnementaux du XXIe siècle. Ce projet répond à une logique forte reposant sur les éléments principaux suivants :

  • Une expertise et une offre commerciale consolidées
  • Une capacité d’innovation démultipliée
  • Des positions géographiques renforcées
  • Un rapprochement naturel 

 

Enfin, ce rapprochement est une opération créatrice de valeur pour l’ensemble des parties prenantes : 

Pour les salariés, ce nouvel ensemble, plus innovant et international, offrirait encore davantage de perspectives et d’opportunités. L’opération sera réalisée sans effet négatif sur l’emploi en France. Par ailleurs, l’ensemble des clients, les collectivités et les clients industriels, trouveront dans cette nouvelle entité un partenaire leur permettant d’atteindre beaucoup plus rapidement leurs propres objectifs de transformation écologique. 
Enfin, cette opération sera créatrice de valeur dès la première année pour les actionnaires de Veolia grâce notamment à des synergies opérationnelles et d’achats estimées à 500 millions d’euros.

Ce projet commun enthousiasmant s’inscrit pleinement dans la raison d’être de Veolia, et positionnera idéalement le nouvel ensemble pour répondre au principal défi de ce siècle : la transformation écologique.


Le groupe Veolia est la référence mondiale de la gestion optimisée des ressources. Présent sur les cinq continents avec près de 179 000 salariés, le Groupe conçoit et déploie des solutions pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, qui participent au développement durable des villes et des industries. Au travers de ses trois activités complémentaires, Veolia contribue à développer l’accès aux ressources, à préserver les ressources disponibles et à les renouveler.  

En 2019, le groupe Veolia a servi 98 millions d’habitants en eau potable et 67 millions en assainissement, produit près de 45 millions de mégawattheures et valorisé 50 millions de tonnes de déchets. Veolia Environnement (Paris Euronext : VIE) a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires consolidé de 27,189 milliards d’euros. www.veolia.com 

 

Avertissement important 

Veolia Environnement est une société cotée à Euronext Paris et le présent communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, les risques liés aux termes et conditions figurant habituellement dans les accords de cession, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passée, présentes et futures, de même que les autres risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers. Veolia Environnement n’a pas l’obligation ni ne prend l’engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement (www.veolia.com) copie des documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers.
Ce communiqué de presse contient des indicateurs non strictement comptables (« non GAAP »). Ces indicateurs non GAAP pourraient être définis différemment des indicateurs similaires publiés par d’autres groupes, et ne doivent pas se substituer aux indicateurs préparés en conformité avec les normes IFRS.


Contacts

Relations Presse Groupe
Laurent Obadia
Sophie Gaucher
Tél : + 33 (0)6 79 42 12 06

 

Relations Investisseurs & Analystes
Ronald Wasylec - Ariane de Lamaze 
Tél. : + 33 (0)1 85 57 84 76 / 84 80