Paris 24.9€ (+0.81%)

Comment une coopération plus ouverte et diverse avec ses parties prenantes peut-elle accélérer l'innovation au service de la transformation écologique ?

Mardi 27 septembre 2022, le collectif "+1, pour une écologie en actions", qui mobilise 50 parties prenantes de Veolia, s’est retrouvé à la REcyclerie à Paris pour une nouvelle session de travail consacrée aux liens entre innovation et coopération, au service de la transformation écologique. Son questionnement : comment une coopération plus ouverte et diverse avec ses parties prenantes peut-elle accélérer et amplifier l’innovation ? Retour sur une matinée de débats.

Le collectif "+1" a engagé en 2022 un nouveau cycle de rencontres dédiées aux enjeux de l'ouverture de la gouvernance des entreprises à leurs parties prenantes. Après s'être interrogé en juin sur les liens entre une meilleure gouvernance et la résilience des territoires, le collectif s'est intéressé en septembre aux liens entre une meilleure gouvernance et... l’innovation.

Innovation et coopération : les deux faces d'une même médaille ?

Face à l'ampleur des défis environnementaux et sociétaux, la capacité à innover constitue la pierre angulaire de la transformation écologique. Alors, comment accélérer l'innovation ? Et si une partie de la réponse se trouvait dans une coopération plus ouverte et diverse entre acteurs ?

A l'heure où l'innovation est multiforme (technologique et sociétale, incrémentale et de rupture, organisationnelle et commerciale...), il devient plus que jamais nécessaire d'innover à plusieurs.

Comment trouver de nouvelles formes de coopération, basées par exemple sur l'intelligence collective, pour favoriser l'innovation ? Comment les modes de gouvernance peuvent-ils contribuer à identifier, repérer et accélérer des innovations dont la proposition de valeur intègre les enjeux actuels ? Autant de questions que le collectif a exploré durant cette demi-journée de débats, organisée autour d’une keynote et d’un atelier d’intelligence collective.
 

 

Une keynote d'inspiration par 3 experts

Afin d'inspirer les membres de "+1" avant leur atelier de travail, trois intervenants se sont d'abord succédés pour évoquer, sous différents prismes, la question des modes de coopération entre parties prenantes, au service de l’innovation :

  • Navi Radjou, théoricien de l'innovation frugale et essayiste, est par exemple revenu sur les vertus du "partage inter-entreprises", un concept notamment développé dans une note avec la Fondation Terra Nova, et de l’économie frugale pour produire mieux, consommer mieux et vivre mieux, tout en restant sobre en ressources ;

  • Catherine Ricou, directrice de l'innovation de Veolia, a démontré l’importance de faire évoluer nos modèles économiques, pour toujours plus d’utilité collective, à travers par exemple le fonctionnement des "hubs innovation", associant grands groupes et start-ups pour renforcer et accélérer le déploiement de solutions innovantes et impactantes à grande échelle,

  • Emmanuelle Aoustin, consultante spécialiste en Leadership régénératif, a souligné la nécessité de remettre l'humain au coeur des discussions à travers plusieurs transformations du leadership, au bénéfice de plus d’innovation.

Des ateliers d'intelligence collective pour développer des pistes concrètes

Suite aux talks, les membres de « +1 » ont participé à un atelier d’intelligence collective, d'abord au sein de leur propre catégorie de parties prenantes (Salariés, Clients, Actionnaires, Société, Planète), puis entre parties prenantes de catégories différentes, afin d’expérimenter les bénéfices à collaborer de manière décloisonnée. 3 étapes clefs sont au cœur de cet atelier, pour créer la relation de confiance et apprendre à travailler ensemble : l'écoute active, la priorisation des actions, la formation.

L'ensemble des débats sera bientôt partagé au sein du Cahier de la transformation écologique dédié aux enjeux de la session #2 de +1

Retrouvez d’ores-et-déjà le récit détaillé de cette session, réalisé par le magazine Usbek & Rica, partenaire média de “+1, pour une écologie en actions”.