Comment pouvez-vous développer des modèles d’économie circulaire adaptés aux besoins de chaque territoire tout en gérant les grands flux ?

NOTRE REPONSE

Veolia assure un accès durable à des services essentiels (eau potable et assainissement, énergie, propreté). Le Groupe gère des ressources qui sont locales pour un usage réalisé également localement.

L’eau, l’énergie et les déchets sont au coeur de l’économie circulaire. Souvent complémentaires, ces 3 ressources peuvent être gérées en synergie. Par exemple les eaux usées traitées génèrent des déchets (les boues des stations d’épuration) qui peuvent être valorisées en énergie renouvelable dans une boucle vertueuse et locale.

Ainsi, Veolia a mené en 2010, d’importants travaux de construction et de rénovation dans la station d’épuration d’Hedong, près d’Urumqi en Chine, pour répondre à la forte augmentation des besoins en traitement des eaux usées de la ville. En parallèle, le site s’est doté d’installations de traitement des boues, afin de réduire leur volume de 30 % et de capter le méthane issu de la digestion par anaérobie. Le biogaz produit est acheminé vers les chaudières de l’usine, où un système de cogénération permet de produire simultanément de l’électricité et de la chaleur. Cette solution permet de couvrir les besoins en chauffage du site, et jusqu’à 50% de ses besoins énergétiques. En mobilisant cette source d’énergie verte, Veolia accroît l’autosuffisance de la station d’épuration d’Hedong et réduit ses émissions de CO2 de 80 %.

L’enjeu pour les territoires est de garantir un approvisionnement durable et sécurisé. Par exemple à Pecs en Hongrie nous alimentons le plus grand réseau de chaleur de cogénération d’Europe, en énergie renouvelable, locale, à partir de biomasse (paille et résidus de bois). Des contrats de long terme ont été établis avec des agriculteurs, exploitants forestiers ou scieries de la région, créant 270 emplois, pour gérer les filières d’approvisionnement en paille et résidus de bois vers la centrale thermique. La ville gagne ainsi en indépendance énergétique et alimente en chauffage 31 000 logements et 450 bâtiments publics, tout en évitant 400 000 t CO2 éq. par an.

QUESTION DE