PARIS 19.73€ (+2.44%)

Veolia renforce sa présence au Moyen-Orient par sa capacité d’innovation et son ancrage humain local

Veolia a confirmé en 2019 son ancrage durable au Moyen-Orient, où ses activités sont en  croissance dans tous ses segments d’activité (eau, déchets, énergie). Le Groupe a notamment remporté récemment une série de contrats sur le marché très actif du dessalement, et a démontré  ses capacités d’adaptation aux exigences de clients industriels dans des environnements complexes, ainsi qu’aux spécificités sociales et locales des territoires où il opère. Point d’orgue de cette année fructueuse : la mise en oeuvre du Barrel, dans le Sultanat d’Oman, une innovation technologique permettant l’optimisation des performances du dessalement.

Le dessalement : solution clé pour pallier la rareté des ressources au Moyen-Orient

Dans une région confrontée aux besoins d’une population en croissance, Veolia accompagne les États du Moyen-Orient dans leur développement économique et dans leur transition écologique, alliant son expertise pour répondre aux enjeux de la rareté de l’eau, de la réduction des pollutions et des émissions de gaz à effet de serre. 

 

Les solutions de Veolia dans le dessalement de l’eau s’inscrivent pleinement dans ces problématiques de développement et de gestion de la rareté des ressources au Moyen-Orient. Le marché du dessalement progresse aujourd’hui de 8% en moyenne par an dans cette région. En 2019, près de 50 projets seront lancés dans le monde dont les deux tiers dans le Golfe persique, une région qui représente 1% de la population mondiale et 6% des besoins en eau mondiaux. Pionnière sur ce marché, Veolia y a construit 17% des capacités mondiales de dessalement.

 

En 2019, Veolia a remporté de nombreux projets de dessalement au Moyen-Orient

Au Bahreïn, sur le site d’Al Dur, un contrat d’ingénierie et de construction d’une usine de dessalement par osmose inverse permettant au site d’atteindre 227 300 m3/jour d’eau ; en Arabie Saoudite, pour la ville de Rabigh, l’ingénierie et la construction de la plus grande usine par osmose inverse des pays du Golfe d’une capacité de 600 000 m3/j, et pour alimenter en eau potable 2 millions d’habitants ; en partenariat avec Marafiq, la construction et l’exploitation de la station de traitement des eaux usées de la ville de Jeddah (300 000m3/j avec une extension à 500 000m3/j) ; aux Emirats Arabes Unis, dans l’Umm Al Quwain, l’ingénierie et l’approvisionnement d’une usine de dessalement de 682 000 m3/j, en partenariat avec China Gezhouba Group Co. (CGGC) ; au Sultanat d’Oman, un contrat de construction, de maintenance et d’opérations pour le projet de dessalement de Salalah pour traiter 95 000 m3 /j d’eau.

A Sur (Oman), une technologie disruptive optimise le dessalement par osmose inverse

Conçue et réalisée par Veolia, l’usine de Sur, située à l’est du Sultanat d’Oman, fournit plus de 130 000 m3 d'eau potable par jour, alimentant toute la région de Sharqyiah, soit plus de 600 000 habitants. L'eau est extraite à 80 mètres de profondeur de 31 puits côtiers qui assurent la pré-filtration naturelle de 200 000 m3/jour d'eau. 

Cette usine abrite depuis peu la technologie du “barrel” : cylindre composé de membranes qui oeuvre à l’optimisation de la performance du filtrage de l’eau et des coûts d’exploitation des procédés par osmose inverse. De 2 mètres de diamètre sur 10 mètres de long, le “barrel” permet la production de 5 000 m3/jour, et assure un suivi digital des performances des membranes. Cette innovation permet la réduction de 3% à 5% du coût moyen d’une usine de dessalement, une économie d’énergie de 1,5% et une économie d’espace au sol de 25%, en comparaison avec un système de dessalement logé dans un bâtiment.

Depuis 2007, Veolia opère l’usine de Sur en partenariat avec la compagnie nationale Oman Procurement Water & Power (OPWP). Une confiance renouvelée en 2015 avec l’extension du contrat de l’usine de dessalement.

Portrait d'Antoine Frérot, PDG de Veolia
Cette usine est unique et exemplaire car elle héberge à grande échelle des puits de plage qui assurent une pré-filtration naturelle. Il y a aussi ici une première mondiale : le “barrel”. Cette innovation permet aux équipes de Veolia d’avoir un coup d’avance sur la concurrence sur un marché du dessalement en forte croissance.
Antoine Frérot
PDG de Veolia

Une démarche innovante qui va de pair avec l’engagement environnemental : les installations du Groupe au Moyen-Orient sont exemplaires en matière de performance environnementale, oeuvrant activement à la réduction de l’empreinte carbone sur les sites. En 2020, Veolia inaugurera sur le site de Sur une ferme solaire d’une capacité de production quotidienne de 13 mégawatts, qui couvrira l’ensemble de la consommation en énergie de l’usine durant la journée.

 

Veolia relève le défi du “contenu local” au Moyen-Orient : 80% d’Omanais dans l’équipe Veolia du site BP Khazzan

Veolia a démontré dans les territoires où il opère au Moyen-Orient, et notamment sur ses sites industriels ou encore de dessalement, de fortes capacités d’adaptation aux évolutions réglementaires locales, et en particulier liées au développement de politiques de “contenu local” des emplois. Dans le Sultanat d’Oman en particulier, le Groupe a rapidement relevé le défi de l’omanisation du personnel, ayant atteint 80 % d’effectifs omanais au sein des équipes Veolia sur le site de BP Khazzan sur une période de seulement six mois. Les engagements pris par Veolia en matière d’omanisation ont par ailleurs été clés pour le renouvellement du contrat du Groupe avec BP signé en mars 2019 pour une durée de 5 ans.

Au coeur du plus grand champ gazier du Moyen-Orient situé dans le désert omanais, Veolia accompagne BP sur le site gazier de Khazzan depuis le début de sa mise en production en 2015. Veolia y a construit pour BP une unité de traitement d’eau dessalée dont il assure l’exploitation et la maintenance. La capacité de production de l’usine est de 6 000 m3/jour d’eau traitée, destinée pour 2 000 m3 au besoin en eau potable des bases de vie et des bureaux et pour 4 000 m3 aux besoins en eau industrielle sur l’unité de traitement de gaz.

« Ici, l’équipe Veolia est constituée de technicien(ne)s omanaises et omanais à plus de 80%. Le développement des compétences sur la durée, la formation du personnel et la rétention de talents locaux est un enjeu majeur pour nous et notre client  », a conclu Antoine Frérot.


Pour en savoir plus :

Marché
L’industrie du pétrole et du gaz est confrontée à trois défis majeurs : réduire les coûts, optimiser le rendement de son outil industriel et améliorer son empreinte écologique.