Newsroom
8 juillet 2017

Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence : pour Antoine Frérot, «l’entreprise est un acteur clé de la prospérité partagée»

Les Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence rassemblent du 7 au 9 juillet 4 000 universitaires, chefs d’entreprise, responsables politiques et étudiants autour du thème : « La recherche de nouvelles formes de prospérité ». Antoine Frérot, le PDG de Veolia, a participé aujourd’hui à la table ronde intitulée « La France est-elle prospère ? ». Retour sur les points clés de son intervention.

Antoine Frérot - rencontres économiques d'Aix-en-Provence

L'entreprise doit aussi créer de la valeur sociale

Les Français portent souvent un regard sévère sur les entreprises, en particulier les grandes. Pourtant, celles-ci créent de la richesse et elles contribuent ainsi directement à la prospérité du pays. Pour réconcilier les Français et les entreprises, il faut élargir le rôle de ces dernières : en plus de créer de la valeur économique, elles doivent créer de la valeur sociale et sociétale.
 

Antoine Frérot

« La valeur économique créée par les entreprises ne sera acceptée que si celles-ci créent de la valeur sociale et s’impliquent sur des sujets extra-économiques tels que la lutte contre la pauvreté et la protection de l’environnement. Aujourd’hui on attend de l’entreprise qu’elle contribue à relever les défis sociaux de son temps », a expliqué Antoine Frérot.

Coopérer avec toutes les parties prenantes

L’entreprise est une mosaïque de parties prenantes. C’est grâce à la coopération harmonieuse et durable entre toutes ces parties prenantes que la création de richesse, et par conséquent la prospérité pour le pays sont les plus grandes.
 

« Le rôle du dirigeant consiste à trouver le meilleur équilibre entre les parties prenantes de l’entreprise, en pondérant la recherche de l’optimum économique par celle d’un optimum social et sociétal. Pour cela, il me paraît nécessaire d’ouvrir le Conseil d’administration des entreprises à d’autres membres que les représentants des actionnaires. La participation des représentants des salariés à cette instance de gouvernance a été instaurée par les pouvoirs publics français, mais on doit aller plus loin. Je souhaite pouvoir élargir le Conseil à des représentants des clients, des prêteurs, des fournisseurs ainsi que des territoires où l’entreprise est présente », a ajouté Antoine Frérot. 

 

Former, c’est contribuer à la prospérité de tous

« Il ne peut y avoir de prospérité véritable dans un pays où, chaque année, près de 100 000 jeunes sortent du système scolaire sans diplôme ni qualification ; où 1 jeune sur 5 se trouve sans emploi, faute de disposer des compétences de base pour s’insérer dans le marché du travail », a poursuivi le PDG de Veolia.

 
Par l’alternance, le Groupe souhaite donner aux jeunes qui n’ont pas pu se former, la chance d’acquérir les qualifications dont ils ont besoin pour trouver un emploi. Ainsi depuis 2012, Veolia « entreprise diplômante » a accueilli plus de 7 000 alternants en France. 
 

Transmission différée de la table ronde : La France est-elle prospère ?

 

En savoir plus

Rencontre sur le thème de « l’entreprise au service de la société », avec Antoine Frérot et Jacques Attali
Les rencontres économiques d’Aix-en-Provence