11 septembre 2018

Veolia démarre la déconstruction de 5 sous-marins nucléaires pour le compte de Naval Group

Ce 11 septembre à Cherbourg, Naval Group a initié les opérations de déconstruction de cinq sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de première génération. Maître d’œuvre du contrat global notifié par la Direction Générale de l’Armement (DGA), Naval Group a confié à Veolia le marché lié aux opérations de déconstruction et de valorisation de ces sous-marins en fin de vie.

Démantèlement Naval Group
 
La Jeanne d'Arc


Ce projet inédit en France s'inscrit dans la continuité des opérations de déconstruction des navires en fin de vie l’ex-porte-hélicoptères Jeanne d'Arc et l’ex-croiseur Colbert, menées par Veolia depuis 2014.

 
Après le SNLE Le Tonnant, les 4 sous-marins Le Terrible, Le Foudroyant, L’Indomptable et L’Inflexible seront à leur tour déconstruits. Les matières recyclables issues de cette opération - essentiellement des métaux ferreux et non-ferreux - seront triées et préparées afin d’être vendues. 87 % de ces matières pourront être recyclés. Chaque vaisseau sera traité dans un délai de 18 mois.
 

Le chantier en chiffres

- 6 100 tonnes : poids d'un sous-marin nucléaire lanceur d’engin (SNLE)
- 5 300 tonnes valorisées, dont 1 500 tonnes de coque, 2 000 de ferrailles, 800 de plomb et 1 000 de métaux non-ferreux (inox, cuivre…).
- 87 % :  taux de valorisation des matières.
- 20 collaborateurs de Veolia mobilisés sur le site de Cherbourg
- 18 mois : temps nécessaire à la déconstruction d’un SNLE
 
En savoir plus :

> L’expertise de Veolia dans la gestion des déchets
Des plateformes offshore en fin de vie démantelées à terre
Veolia et Peterson démarrent le démantèlement d’une plateforme en Mer du nord
La déconstruction écoresponsable de deux fleurons de la Marine nationale française

La Jeanne d'Arc, en route vers le démantèlement
Démantèlement des 317 rames du RER A