20 novembre 2017

A la 20ème Cité de la réussite à la Sorbonne : Transmission et entreprise au cœur des débats

La 20ème édition de la Cité de la réussite, créée en 1989 à la Sorbonne, a réuni les 18 et 19 novembre 150 décideurs économiques, scientifiques, politiques et culturels sur le thème de la transmission. 50 débats ont été organisés devant 25 000 spectateurs. Antoine Frérot, le PDG de Veolia, a participé samedi à la table ronde sur « L'entreprise, creuset de la transmission », aux côtés de Philippe-Loïc Jacob, Président de Citéo et de Laurent Vallée, Secrétaire général de Carrefour France.

Antoine Frérot - Cité de la réussite

Que faut-il transmettre ?

L’entreprise doit organiser non seulement la transmission de ses savoir-faire qui lui permettent de répondre aux attentes de ses clients mais également véhiculer des valeurs et une culture d’entreprise qui lui sont spécifiques et la différencient. Veolia, qui en 2016 a embauché dans le monde 12 000 personnes en CDI, 12 000 en CCD et intégré 7 200 salariés lors d’acquisitions, doit transmettre à ses nouveaux collaborateurs les fondamentaux de l’entreprise. Tout en capitalisant sur ce qu’ils apportent de par leurs expériences antérieures.  

 
Antoine Frérot

« L’entreprise est une organisation collective, cohérente, qui véhicule du sens. C’est un carrefour de générations, d’origines culturelles et sociologiques. C’est aussi un passeur, un transmetteur », a rappelé Antoine Frérot.

 

 

« Au fil des décennies, il faut transmettre à ses collaborateurs un esprit d’entrepreneur, une inventivité nourrie par le partage d’expériences, et le sens du long terme, puisque la gestion de l’environnement est une activité de temps long », a poursuivi le PDG de Veolia.

 

Une transmission entre continuité et rupture

Fruit d’une longue évolution entamée en 1853, Veolia s’est appuyé à la fois sur ce qu’il a transmis et sur ce qu’il a inventé. Les innovations qui préparent le futur s’appuient sur ce qui a été transmis, pour le renouveler et le dépasser. Les standards d’aujourd’hui sont des innovations passées qui ont réussi ; demain, ils seront à leur tour améliorés et remplacés par d’autres.

 

« Veolia est né il y a plus de 160 ans. Rares sont les entreprises à bénéficier d’un tel réservoir de savoir-faire. La longévité, qui est un atout essentiel, est aussi une preuve qu’il a réussi à transmettre, d’une génération à l’autre, ce qui faisait son essence. »

 

 

Transmettre au-delà des frontières de l’entreprise et se nourrir de cet échange

Antoine Frérot a particulièrement insisté sur la responsabilité de l’entreprise de transmettre au-delà des équipes internes. Elle doit, selon lui, transmettre à l’ensemble de ses parties prenantes : fournisseurs, partenaires, associations, actionnaires, clients… C’est en partageant sa vision de l’avenir et en y faisant adhérer ses parties prenantes qu’une entreprise peut accomplir sa mission. C’est aussi en se nourrissant des apports de celles-ci.

 

Ainsi Antoine Frérot a-t-il précisé : « La transmission n’est pas univoque. Dans l’idée de transmission, il y a la notion d’échange. Le récepteur a un impact sur le transmetteur et fait évoluer son message. C’est essentiel pour progresser ensemble. »


En savoir plus : 

La Cité de la réussite : programme des débats sur la transmission
> Veolia : ses métiers, sa mission « ressourcer le monde », et plus de 160 ans d’histoire