Paris 27.43€ (+0.73%)

Bioconversion, la valorisation des biodéchets en protéines animales

Grâce aux insectes, nous transformons les déchets organiques des industries agricoles et agroalimentaires en aliments pour animaux et en fertilisants. L’enjeu ? Une alimentation plus durable, pour chacune et chacun.
Bioconversion, la valorisation des biodéchets en protéines animales

D’ici à 2050, la production alimentaire mondiale devra augmenter de 50 % pour satisfaire les besoins d’une population en croissance, et en particulier les demandes en protéines.

Près de 70 % des terres agricoles sont utilisées pour l’élevage de bétails, et le système d’élevage actuel est déjà responsable de 7 gigatonnes d’émissions de CO2 par an, ce qui représente 15 % des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’aquaculture est également marquée par le besoin en farine de poisson, responsable de surpêche et de dégradation des écosystèmes marins.
Nous devons donc trouver de nouvelles sources de protéines, plus durables et respectueuses de la planète, pour l’alimentation humaine mais également celle des animaux d’élevages.

Et si les insectes étaient une ressource d’avenir ?

Pour contribuer à assurer une meilleure sécurité alimentaire pour les générations futures et pour préserver l’environnement, nous développons la bioconversion à base d’insectes. Cette solution permet de transformer des sous-produits alimentaires et des rebuts agricoles — à l’état brut : liquide ou solide — en protéines pour l’alimentation animale, via la production d’insectes.

Inoffensive pour l’être humain et non invasive, la mouche soldat noire, Hermetia illucens, est un insecte présent sur tous les continents. Sa force réside dans son appétit pour les matières organiques diverses lorsqu’elle est à l’état de larve. Détritivore, elle se nourrit de débris animaux, végétaux ou fongiques, et agit comme un recycleur naturel de nutriments. Autrement dit : placées au contact de sous-produits organiques, les larves de mouches soldat noires s’en nourrissent et grossissent. Une fois qu’elles atteignent une taille suffisante, elles sont lavées, déshydratées, broyées et transformées en huile et en concentré protéiné.

Aquaculture et réutilisation des eaux usées

 

1 kg d’œufs de mouche soldat noire produit 6 tonnes de larves en 10 jours, qui seront, une fois nourries de matière organique, valorisées en protéines animales.

Nous transformons les déchets organiques en aliments pour animaux

Les protéines d’insectes peuvent être utilisées dans les aliments pour les animaux de compagnie et pour les animaux d’élevage, en particulier pour les poissons, la volaille et le porc, en remplacement de la farine de poisson.
Au-delà du produit protéiné, le frass, un coproduit de bioconversion, est un excellent fertilisant organique, qui permet de restaurer les matières organiques du sol et de remplacer les fertilisants chimiques.

  • Vous créez une chaîne alimentaire circulaire
     
  • Vous maximisez la valeur des sous-produits organiques
     
  • Vous réduisez la complexité de la gestion des sous-produits, avec une visibilité à long terme

Découvrez comment nous assurons l’assainissement des eaux usées par les plantes >

En tant qu’agriculteur ou industrie agroalimentaire, quels sont les bénéfices pour vous ?

Bioconversion, la valorisation des biodéchets en protéines animales

Nous l’avons fait !

Malaisie
Valoriser 1 000 tonnes de déchets organiques

Depuis 2012, dans sa ferme malaisienne, notre partenaire Entofood, a produit plus de 7 milliards d’œufs de mouches soldat noires, 200 tonnes de biomasse de larves et a permis de valoriser 1 000 tonnes de déchets organiques.

Bouches-du-Rhône - France

France

Développer des fermes d’élevage de mouches soldat noires

Installé dans les Bouches-du-Rhône, notre partenaire Mutatec développe des fermes d’élevage de mouches soldat noires. La startup utilise la mouche soldat noire et les biodéchets pour alimenter l’aquaculture et l’aviculture.

Intéressé(es) par la bioconversion ? Contactez-nous