Solution

Biogaz : Produire de l’énergie renouvelable à partir de l’enfouissement des déchets

Biogas large

L’enfouissement des déchets occasionne une importante production de méthane, gaz à effet de serre dont le pouvoir de réchauffement est 28 fois supérieur à celui du CO2. Pour limiter l’impact de ce gaz sur le dérèglement climatique, décideurs publics et opérateurs de la gestion des déchets favorisent à la fois une forte réduction des volumes de déchets enfouis, et une meilleure valorisation énergétique du méthane produit.


Les centres d’enfouissement des déchets produisent du biogaz en quantité importante.

Ce biogaz, issu de la digestion des déchets organiques en l’absence d’oxygène (anaérobie), est composé de méthane (à 65-70 %) et de CO2. C’est une source d’énergie renouvelable qui peut être captée et valorisée sous forme d’électricité, de chaleur pour des réseaux de chauffage urbain ou encore de biocarburant.

La captation du biogaz dans les sites d’enfouissement des déchets requiert un système de collecte et de prétraitement performant.

Celui-ci est généralement constitué d’un réseau nécessaire à la récupération et à la valorisation du méthane, ainsi que d’une unité de production d’électricité, composée de générateurs par turbine à gaz dont les capacités diffèrent selon le dimensionnement du site.


Qui sont nos clients ?

Les mairies, collectivités territoriales et structures intercommunales 


La solution Veolia

Biogas Center

Chaque année, Veolia valorise plus de 14 millions de tonnes de déchets enfouis, permettant la production de 1,2 million de MWh d’électricité.

L’offre du Groupe se décompose en plusieurs phases opérationnelles :
 

→ La phase de design comprend la configuration du site d’enfouissement et des installations de captation et de transport du méthane issu de la fermentation des déchets organiques ;
→ La phase de construction prévoit  le drainage du terrain, la construction des cellules de stockage des déchets organiques non dangereux, ainsi que l’installation du réseau de captation des biogaz ;
→ La phase d’opération permet d’assurer le traitement des lixiviats (liquides résiduels engendrés par la percolation de l'eau à travers les déchets stockés), ainsi que la collecte et le traitement des biogaz à proprement parler 
→ La phase de post-opération, enfin, correspond à la continuation et à l’achèvement de la phase précédente, à quoi s’ajoutent des travaux paysagers visant au retour du site dans son apparence initiale.

Les bénéfices pour nos clients

Réduction de l’empreinte environnementale

Diversification du mix énergétique

Alternative durable à l’enfouissement des déchets


Focus Innovation

Le Plessis-Gassot, première ville en France chauffée au biogaz

Sur le site de stockage de déchets non dangereux du Plessis-Gassot, en France, le biogaz est capté puis valorisé dans une centrale de cogénération. Celle-ci produit chaque année 130 000 MWh d’électricité - l’équivalent de la consommation de plus de 40 000 foyers – et  30 000 MWh d’énergie thermique - l’équivalent de la consommation de près de 3 000 foyers -. La facture de chauffage des usagers raccordés au réseau doit ainsi diminuer de plus de 90 %.


Ils ont choisi cette solution

Thumbnail Client Shanghaï

Chine

Shanghaï

Les déchets ménagers de Shanghai, une source d’énergie verte

Dans le cadre d’un partenariat avec la ville de Shanghai, Veolia a installé sur le site d’enfouissement de déchets de Laogang un système de collecte et de prétraitement nécessaire à la récupération et à la valorisation des 60  millions de m3 de biogaz générés annuellement. Cette installation est adossée à une unité de production d’électricité, qui génère environ 100 000 MWh d’énergie verte par an, soit l’équivalent de la consommation énergétique de 100 000 foyers.

Thumbnail Client Australie

Australie

Brisbane

Quand une ancienne mine de charbon produit de l‘énergie verte

L’ancienne mine de charbon d’Ipswich, dans le Quensland australien, est devenue un centre de stockage de déchets et de production d’énergie verte. Avec une capacité de production d’électricité de 3,3 MW à ce jour (soit l’équivalent des besoins de 2 500 foyers) et de 10 MW d’ici 2025, le site contribue de manière significative aux objectifs de réduction de l’empreinte carbone de la région. En effet, il devrait permettre d’éviter l’émission de 3 millions de tonnes de GES dans les dix prochaines années.


Back
to top