Antoine Frérot sur l'apprentissage

 
Antoine Frérot

Certains de mes propos tenus ce matin sur France Inter ont pu choquer et je le regrette. Ils concernent l’apprentissage et l’allusion à mes enfants.

J’ai pour tous ceux qui ont choisi l’apprentissage un profond respect et je considère que c’est une voie d’excellence pour la jeunesse. Malheureusement, aujourd’hui, elle n’est pas considérée ni vécue comme telle. Je le déplore. Et c’est ce qu’il faut faire évoluer.

C’est pourquoi depuis plus de 20 ans, je mène ce combat. Celui de l’apprentissage et de l’alternance. Un combat pour tous, jeunes ou moins jeunes, auxquels nous donnons confiance en leurs perspectives d’avenir ou apportons à ceux qui n’ont pas pu se former la chance d’acquérir les qualifications dont ils ont besoin.

Ma conviction profonde est que l’apprentissage est une chance pour les entreprises et pour la jeunesse quel que soit son niveau de diplôme. Chez Veolia, plus de 70 % de nos recrutements sont faits via l’apprentissage. Veolia accueille en France 1 300 alternants du CAP au Bac+5 qui souhaitent se former aux métiers de l’environnement. C’est une formation dans laquelle nous croyons et investissons pour les jeunes qui veulent se former à un métier et nous l’encourageons également pour nos salariés qui désirent approfondir leurs compétences.