Pour Antoine Frérot : « Le développement de l'apprentissage est vital pour l'intégration économique et sociale des jeunes et pour la performance du Groupe »

Le documentaire « À quatre mains », qui sera diffusé le 15 octobre sur France 5, présente les parcours de quatre binômes maîtres-apprentis dans l'industrie, l'artisanat, les métiers manuels et le service. A l’occasion de son avant-première, au siège de la Région Hauts-de-France à Lille, le PDG de Veolia Antoine Frérot a présenté sa vision de l’apprentissage.

Antoine Frérot, Président-directeur général de Veolia
Alors que 70 % des jeunes passés par l’apprentissage trouvent un emploi sept mois après la fin de leur contrat, cette voie d’excellence pour la formation et l’insertion est aujourd’hui encore trop peu valorisée en France. Seuls 10% des jeunes Français passent par l’apprentissage, soit quatre fois moins que les Allemands et six fois moins que les Suisses.
Au deuxième trimestre 2019, 19% de jeunes étaient sans emploi, soit deux fois plus que la moyenne des actifs. Cette exclusion des jeunes du marché du travail fracture la société, à un moment où notre entreprise recherche des compétences pour accompagner la transformation de ses métiers et la valeur qu’elle crée pour ses clients industriels et municipaux.
Face à un tel défi humain, social et économique, il faut réduire la distance qui sépare les jeunes de l'entreprise et améliorer l'image de l'apprentissage. Il faut aussi expérimenter dans ce domaine de nouvelles formes de collaboration entre territoires et entreprises, plus concrètes et plus directes, comme l’illustre notre Raison d’être.
Antoine Frérot
PDG DE VEOLIA

Promouvoir l’apprentissage par des synergies entre entreprises et territoires

L’entreprise est souvent un monde inconnu pour les jeunes. Pour découvrir des métiers et susciter des vocations, le dispositif "Ambassadeurs de l'apprentissage" par exemple, permet à des collégiens et lycéens de la région Hauts-de-France d’échanger avec des professionnels dont certains sont issus de Veolia.

 

L’apprentissage est parfois encore vécu par les jeunes comme un choix par défaut. C’est pourquoi en soutien du documentaire « À quatre mains » (1), une campagne de communication s'attaque à ces préjugés pour améliorer l’image de l’apprentissage : les parcours des maîtres/apprentis suivis dans le documentaire montrent comment la valeur de cette relation humaine construit chez les jeunes leur capacité à trouver leur place, à s’épanouir et à réaliser leur passion. 

La mobilisation de Veolia pour l’apprentissage s’inscrit dans sa longue histoire et dans l’actualité de ses métiers sans cesse réinventés. Cela  renforce la fierté d’appartenance de ses tuteurs et formateurs qui donnent le meilleur d’eux-mêmes pour transmettre les savoir-faire et les valeurs de Veolia. 

 

(1) Voir l’extrait du documentaire sur l'apprentissage “À quatre mains” qui sera diffusé sur France 5, mardi 15 octobre, dans l'émission de Marina Carrère d'Encausse "Le Monde en face" à 20h55.

 

En complément du documentaire, sept vidéos « L’apprentissage, on a beaucoup à en apprendre » seront diffusées sur les réseaux sociaux à partir du 16 octobre, afin de toucher directement les jeunes et leurs parents en luttant contre les idées reçues : l’apprentissage, ce n’est pas pour les filles ; l’apprentissage, c’est trop difficile ; l’apprentissage, c’est forcément des métiers manuels…, qui complètent des démarches initiées par l’ANAF comme “filme ton job”.

 

Entre les apprentis et leurs maîtres se tissent des liens profonds : savoir-faire et savoir-être passent de mains en mains, des vocations naissent et des destins se forgent. 

 

Sur l’un des Campus de Veolia, un ex-apprenti, âgé de 26 ans, témoigne :

L’apprentissage est une vraie “école de la vie”. Travailler, même en alternance, c’est pleinement entrer dans sa vie d’adulte et donc pouvoir se projeter et penser son avenir. Mais avant toute chose, l’expérience que je retiendrais est celle de ma rencontre avec celui qui fut mon Maître d’apprentissage. Celui qui m’accompagna durant cette période avait une très haute idée de l’alternance et de ses enjeux. Ce fut réellement pour moi une vraie rencontre avec une personne formidable qui m’a soutenu et aidé à décrocher mon diplôme. D’ailleurs, je ne l’ai pas perdu de vue une fois le papier obtenu.

Veolia choisit l’apprentissage pour accompagner le développement de sa stratégie

En 2019 en France, Veolia compte 1 636 alternants parmi lesquels 800 apprentis. Le Groupe s’est doté d’une ambition importante pour l’avenir, au travers d’un “pacte pour l’alternance”, afin d’atteindre d’ici 3 ans  2 500 alternants en France, pour accompagner le développement de sa stratégie. 

Cette démarche est répliquée à l’international, notamment en Angleterre et en Europe du Nord mais aussi en Amérique du sud et récemment au Maroc où se déploie une offre complète d’apprentissage qui bénéficie du partage d’expérience du Campus Seine et Nord. Au total, dans le monde, Veolia forme 2 600 alternants. Le Groupe est aussi partenaire de nombreux  groupements pour promouvoir l’alternance, comme le collectif d’entreprises pour une économie  plus inclusive, le réseau GAN et la Fondation innovations pour les apprentissages (FIPA).