15 juin 2018

Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse : Veolia agit pour une gestion durable des terres arables

Cette année, la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse met l'accent sur la gestion durable des terres arables : un enjeu clé pour rééquilibrer les écosystèmes, dynamiser les économies locales et créer des emplois en impliquant producteurs, consommateurs et décideurs. Veolia propose des solutions pour une gestion des terres plus durable, dans une démarche d’économie circulaire.

Champs agricole

Protéger les sols : un impératif

Selon un rapport de la FAO de 2015, c’est plus d’un tiers des terres cultivées dans le monde qui serait modérément ou fortement dégradé à cause de l'érosion, de la salinisation, du compactage, de l'acidification et de la pollution chimique des sols. Cette dégradation de la qualité des sols a des conséquences directes sur la productivité des cultures. Selon l’institut de recherche britannique spécialisé Rothamsted, si l’on continue à appauvrir les sols, la productivité des terres cultivées baissera de 30 % d’ici 2050.

Parallèlement, la ressource en eau se raréfie : les Nations unies estiment qu’au rythme actuel, le monde devra faire face à un déficit hydrique global de 40 % dès 2030.

Malgré ce contexte, il va falloir augmenter la production alimentaire mondiale de 50 % d’ici 2050, pour nourrir une population mondiale qui comptera alors près de 10 milliards d’êtres humains. Préserver les sols et les ressources en eau sont donc des enjeux majeurs des prochaines décennies.

Gérer durablement les terres par l’économie circulaire

Veolia développe de nombreuses solutions qui permettent de préserver les terres arables.
Le Groupe produit ainsi des engrais et des fertilisants alternatifs au “tout chimique” à partir de déchets organiques (en France près d’Arras, par exemple) ou de boues d’épuration (à Milwaukee aux Etats-Unis). En Allemagne, le Groupe récupère et réutilise pour l’agriculture le phosphore contenu dans les eaux usées municipales et industrielles. En France, Veolia développe avec l’INRA un programme de recherche sur les nutriments présents dans les déchets organiques : l’objectif est d’évaluer leurs impacts environnementaux par rapport à ceux de fertilisants mieux connus, comme les engrais minéraux ou le fumier de bovins.

Pour préserver la ressource en eau, Veolia recycle les eaux usées à des fins d’irrigation et d’arrosage. A Abu Dhabi aux Emirats arabes unis par exemple, Veolia recycle chaque jour 300 000 m3 d’eaux usées pour l’agriculture locale. A Tarbes, dans le sud-ouest de la France, une expérimentation est menée dans laquelle la réutilisation des eaux usées permet la production de maïs et d’orge.

Le Groupe a également noué un partenariat de recherche très innovant avec la FNSEA, portant sur le “reuse intelligent” des eaux usées : il s’agit de réutiliser l’eau, tout en développant un traitement adapté afin de conserver les éléments nutritifs (azote, phosphore, potassium) qu’elles contiennent.
 

En savoir plus :