Prix du livre Environnement de la fondation Veolia récompense le « Bug humain » de Sébastien Bohler

Pour sa 14ème édition, le Prix du livre Environnement 2019 de la fondation Veolia est décerné à Sébastien Bohler pour « Le bug humain », et la mention jeunesse à Amandine Thomas pour « Océans... et comment les sauver ».

Ce prix a été remis aujourd’hui au salon "Le livre sur la place" à Nancy (France).

Thierry Vandevelde
Nous croyons au pouvoir du livre, à sa capacité à interpeller les consciences, à son rôle d'information. Nous considérons en effet que les éditeurs, en s'engageant sur des textes consacrés à ce thème, contribuent de manière significative à la prise de conscience des enjeux environnementaux et de la nécessité de protéger nos ressources.
Thierry Vandevelde
Délégué général de la fondation Veolia

Première reconnaissance littéraire nationale liée aux grands enjeux de l’environnement, le Prix du livre Environnement de la fondation Veolia a été créé en 2006 pour encourager et promouvoir les écrivains et les maisons d’édition qui concourent à sensibiliser le grand public aux enjeux majeurs de la planète. Le jury est présidé depuis cette année par Dominique Bourg, philosophe et professeur, et rassemble des écrivains, des spécialistes et des personnalités engagées en faveur de l’environnement : Françoise Gaill, Patricia Ricard, Marie-Odile Monchicourt, Stéphanie Bellin, Thierry Vandevelde, Pierre Victoria, Gilles Degois, Romain Prudent, Fanny Demulier, Yannick Poirier.

Lauréat du Prix 2019 :

“Bug humain - Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l'en empêcher”, de Sébastien Bohler. Editions Robert Laffont - février 2019, 270 pages.

 

Pour Sébastien Bohler, docteur en neurosciences et rédacteur en chef du magazine Cerveau & Psycho, plus qu’un moment critique, nous vivons une véritable tragédie : surpopulation, surpoids, surproduction, surconsommation, surchauffe, surendettement mènent l'humanité tout droit à sa perte. Et aucune réponse collective tangible ne vient. Pire, la conscience de ce qui nous attend ne semble avoir aucun effet sur le cours des événements. Le premier coupable à incriminer n'est pas l'avidité des hommes mais la constitution même de notre cerveau. En effet, au sein de ce dernier, un petit organe appelé striatum nous a habitué à poursuivre 5 objectifs pour la survie de notre espèce : manger, se reproduire, acquérir du pouvoir, étendre son territoire, s'imposer face à autrui. Mais avec le striatum qui libère de la dopamine lors de chaque satisfaction, le cerveau ne peut discipliner sa tendance à l'excès. 

Hier notre cerveau était notre allié face à la nature. Aujourd'hui il est en passe de devenir notre ennemi. Alors Sébastien Bohler propose trois solutions : démultiplier nos satisfactions sensorielles tout en réduisant nos consommations, donner à l’altruisme un plus haut statut social, et développer notre goût du savoir, car satisfaire notre curiosité libère de la dopamine dans le striatum.

Lauréat du Prix 2019, catégorie jeunesse :

Océans... et comment les sauver”, d’Amandine Thomas. Editions Sarbacane - avril 2019, 40 pages. 

 

Les océans sont en danger. Mais il y a une bonne nouvelle : on peut agir pour les sauver ! Ce livre ludique, destiné aux enfants à partir de 7 ans, met en scène des dialogues d’enfants dessinés en situation, et présente 10 écosystèmes marins du monde, leurs spécificités, leur fragilité, et les moyens concrets d’agir pour les protéger. 

Amandine Thomas est illustratrice et graphiste, diplômée de l’école Estienne en 2008, et des Arts Décoratifs de Strasbourg en 2011.

La fondation Veolia sera également partenaire du salon du livre de Paris, les 20 au 23 mars 2020.