Delta de fleuve - Et demain, quitte ou double pour l'écologie ?

“Et demain : quitte ou double pour l’écologie ?”

A l’occasion de la Journée de la Terre (22 avril) qui célébrait son 50e anniversaire cette année sur le thème de l'action pour le climat, Veolia a lancé avec la revue de prospective Usbek & Rica, ses "rendez-vous du mercredi" : une série d’interviews d’experts sur le thème "Et demain : quitte ou double pour l’écologie ?".

Ces réflexions croisent les approches politiques, sociales et environnementales : Elles interrogeront la place de la crise écologique que nous connaissons au regard de la crise sanitaire et économique inédite que nous traversons aujourd’hui.

Veolia se mobilise pour penser “le monde d'après” : alors que l'économie mondiale est mise à l'arrêt par la pandémie du Covid-19, tous les regards se tournent déjà vers le "jour d'après" avec des injonctions contradictoires. D’un côté, il faut relancer les appareils productifs et la consommation pour amortir la crise économique. De l'autre, un changement radical de paradigme plaide pour une économie plus sobre. Les scientifiques pensent que les pandémies se reproduiront si nous ne mettons pas un terme à nos pratiques écocidaires. Notre modèle de société doit évoluer. Il faut faire en sorte que la reprise économique n’anéantisse pas tous nos efforts pour préserver la planète. La crise environnementale doit nous mobiliser autant que la crise sanitaire.

Ecoutez nos "Rendez-vous du mercredi"

Dominique Bourg, professeur honoraire à l'université de Lausanne (Suisse), s'exprimera sur l’écologie politique : l’épidémie du Covid-19 est-elle un énième avertissement de la nature face à la destruction de nos écosystèmes ?

Reviendrons-nous au "monde d'avant" ? La sortie de crise polarisera-t-elle la société par une nouvelle crise sociale ?
 

Ecoutez le podcast

Julia Marton Lefèvre, ancienne directrice générale de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature, aborde l'instrumentalisation du vivant par l'humain qui est responsable de cette pandémie. Doit-on changer notre rapport au vivant pour accélérer la transition écologique ? Comment éviter de renouer avec une économie dévastatrice pour l'environnement ? 

Est ce qu’à votre avis, ce changement de paradigme sera suivi d’effets sur le plan politique ou est-ce que la recherche de la reprise économique finira par l’emporter ? De quelle manière la crise actuelle nous invite-t-elle à reconsidérer notre rapport au vivant ? 

 

Ecoutez le podcast

Françoise Gaill

Francoise Gaill, ancienne directrice de l’Institut écologie et environnement du CNRS, coordonne actuellement le conseil scientifique de la Plateforme océan et climat, parle des liens entre confinement, océan et climat. Comment réagissent la faune et la flore sous-marines depuis le début du confinement ? Quels risques courent la planète et les océans en particulier si en sortie de crise nous choisissons finalement de recommencer comme avant ?

Quels sont les chantiers prioritaires sur lesquels nous devrions agir en sortie de crise pour justement préserver les océans et donc notre planète  ? 

 

Ecoutez le podcast

Pierre Marc Johnson

Pierre Marc Johnson, ancien premier ministre du Québec et Président du comité de prospective de l'Institut Veolia. De quelle manière la crise actuelle impacte-t-elle les échanges commerciaux aujourd’hui dans le monde ? Doit-on s’attendre finalement à ce que cette crise sanitaire et la prise de conscience environnementale qui l’accompagne atténue les échanges commerciaux futurs ou est-ce qu’au contraire la relance économique finira ré-intensifier tout ça à nouveau ? 

La crise a mis en évidence des failles dans cette économie mondialisée et complètement interdépendante, à votre avis, à quelle échelle va-t-on devoir repenser nos économies ? 

 

Ecoutez le podcast

Magali Reghezza-Zitt, Géographe de l'environnement à l’École Normale Supérieure parle de la résilience des villes et des territoires. Cette crise sanitaire doit-elle être considérée comme un moyen de reconsidérer nos modes de vie urbains et métropolitains ? Y a-t-il un risque que les exigences de distance physique et l'appel de la nature généré par le confinement contribuent à intensifier des tendances comme le transport en voiture particulière ou l'étalement urbain ?

Comment nos villes et nos usages vont-ils s'adapter à la crise pour mieux résister à ce genre de catastrophes ?

 

Ecoutez le podcast

Antoine Frérot a signé “l’appel Green Recovery” lancé le 14 avril à l'initiative de l’Eurodéputé Pascal Canfin qui préside la commission de l'environnement et de la santé publique du Parlement européen. Cet appel à une relance verte a déjà été signé par plus de 120 décideurs qui s’engagent :

“Nous appelons à une alliance mondiale de décideurs politiques, de chefs d'entreprise et de dirigeants financiers, de syndicats, d'ONG, de groupes de réflexion et de parties prenantes à soutenir et à mettre en œuvre des paquets d'investissement pour la relance verte et la biodiversité, qui accéléreront la transition vers la neutralité climatique et des écosystèmes sains. Le Covid-19 ne va pas chasser la crise climatique. Ces deux batailles, ne les opposons pas, mais gagnons-les ensemble. C’est cela qui nous rendra plus forts.”

PDF
Green Recovery (154.02 Ko)