PARIS 19.41€ (+0.99%)

Ville de Pécs - Hongrie

Traitement des déchets solides, recyclage et valorisation : Valorisation énergétique des biodéchets

L’enjeu


Accompagner la Hongrie dans son ambition d’atteindre 14,65 % de renouvelable dans son mix énergétique d’ici à 2020, en conformité avec la directive européenne. La biomasse représenterait ainsi la première source d’énergie renouvelable en Hongrie, devançant de loin la géothermie, l’éolien et le solaire.


 

Les objectifs client

Disposer de ressources énergétiques locales et renouvelables et apporter ainsi à la 5e ville du pays (170 000 habitants) une véritable indépendance énergétique.

Permettre de créer un nombre important d’emplois non délocalisables.


 

La solution Veolia


Convertir à la cogénération un immense complexe de production de chaleur et d’électricité initialement alimenté au gaz. Et le transformer en plus grand réseau de chaleur européen alimenté à 100 % par la biomasse (paille et bois). 

 

Innovation

La centrale de cogénération absorbe chaque jour 600 tonnes de combustible biomasse, soit 90 balles de paille et de résidus de bois toutes les heures. Elle les consume à une température de 1 200°C pour produire électricité et chaleur.

Pour valoriser les 180 000 tonnes de paille annuelles, la centrale dispose d’un hall de stockage pouvant accueillir les matières premières. La chaudière est alimentée par 4 chaînes automatiques, les ballots de paille arrivant via un convoyeur à bande avant d’être injectés dans la chaudière.

80 M€

d’investissements pour passer du gaz à la paille

+ 31 000 logements

et 450 bâtiments publics chauffés

400 000 tonnes

Émissions de CO2 évitées/an

 

Technologies

Techniquement, le même bâtiment abrite deux blocs distincts :

le premier, alimenté au bois, est d’une puissance de 50 MW ;

le second, approvisionné en paille et en tiges de maïs, est d’une puissance de 35 MW.

Ces deux sources distinctes permettent d’obtenir au total 35 MW d’électricité et 70 MW de chaleur.

Les bénéfices client


Économie

Des contrats de long terme signés avec les agriculteurs et les exploitants de forêts ou de scieries de la région permettent l’approvisionnement des deux centrales.

• La paille, qui coûte deux fois moins cher que le gaz, permet à la Hongrie d’être moins dépendante des importations de gaz russe, dont le prix a triplé en vingt ans.

• La centrale est alimentée par 400 000 tonnes de résidus de bois par an et par 180 000 tonnes de paille. Cette biomasse provient d’une centaine d’agriculteurs du sud-ouest de la Hongrie, implantés à 100 km à la ronde, qui ont signé des accords de fourniture de la ressource sur le long terme. De quoi leur assurer un revenu fixe tout en valorisant une ressource locale et renouvelable.

• Ces contrats long terme avec les agriculteurs leur permettent d’investir dans des machines capables de produire des balles homogènes de 400 kg, et de satisfaire ainsi aux exigences du cahier des charges.

• La source d’énergie renouvelable et locale, la biomasse, est collectée pour l’essentiel à moins de 100 km de la ville et transformée en moins de 5 jours.

• Plus de 170 emplois permanents ont été créés pour gérer l’ensemble de la filière d’approvisionnement en paille de la centrale et plus d’une centaine pour la filière bois (transport et collecte). S’y ajoutent 500 emplois saisonniers qui assurent un revenu complémentaire et récurrent aux agriculteurs locaux.

• 210 millions de m3 de gaz économisés

 

Environnement

• La consommation de paille et de résidus de bois évite l’émission annuelle de 400 000 tonnes de CO2.

• Une fois la paille brûlée, les agriculteurs ont la possibilité de récupérer les cendres produites par la combustion, excellent engrais et source de bio-nutriments pour les sols : potassium, magnésium et phosphore.

 

Sociétal

• À la faveur d’un territoire majoritairement agricole et forestier, la Hongrie dispose d’une grande quantité de ressources qui lui permettent de produire de l’énergie biomasse tout en assurant sa sécurité alimentaire. Veolia y exploite six centrales de production d’énergie et des réseaux de chaleur : Pécs, Dorog, Kőbánya, Debrecen, Nyíregyháza et Szakoly.

• La vapeur issue de la combustion de la paille, qui a déjà servi pour produire l’électricité, est réutilisée pour chauffer la ville de Pécs. Cette dernière alimente le réseau urbain de la ville, soit plus de 31 000 équivalents logements et près de 450 bâtiments publics.

Périmètre du contrat

Site : Ville de Pécs

Population : 170 000 habitants

Équipement : centrale de cogénération

Durée du contrat

2008-2030

Secteur d’activité

Ville


Expertise

Cogénération 

Planète

 Pécs, l’une des seules villes d’Europe exploitant 100 % de ressources locales et renouvelables pour son chauffage, a réduit son empreinte carbone.

•  fait d’acheter l’énergie moins cher lui offre la possibilité d’utiliser ces ressources financières pour d’autres activités, comme l’entretien des routes.

• La technologie permet de respirer un air plus pur qu’à l’époque où la chaufferie fonctionnait au charbon puis au gaz et où le vent charriait vers la ville beaucoup de poussières et de soufre.

• Depuis 2014, la ville organise la collecte des arbres de Noël abandonnés après les fêtes. Plus de 30 tonnes sont collectées chaque année que Veolia découpe pour les convertir en énergie.

• La centrale a été primée en 2014 par COGEN, l’association professionnelle européenne de la cogénération qui l’a élue meilleure centrale d’Europe dans la catégorie « développement du marché ».

People

Les agriculteurs fournisseurs de biomasse ont, pour certains, multiplié par 2 leurs revenus grâce au contrat avec la centrale biomasse.

La mairie a investi dans un système de collecte qui lui permet de recycler 70 % de ses déchets et de développer des programmes écologiques au sein de ses écoles.

Forte de la récompense reçue de COGEN en 2014, Veolia a ouvert en mars 2015 un centre d’accueil des visiteurs sur le site. L’objectif : transmettre des connaissances uniques sur la biomasse et les énergies renouvelables. Mais aussi, vulgariser des informations souvent réservées aux scientifiques.