Comment Veolia s’implique-t-il avec ses parties prenantes pour favoriser le passage systématique à l'économie circulaire ?

NOTRE REPONSE

Veolia est présent dans les instances nationales et internationales qui oeuvrent dans les domaines de la recherche, de la réglementation et du plaidoyer pour  l’économie circulaire. En 2016, le Groupe a rejoint l’initiative pour « une nouvelle économie du plastique » de la Fondation Ellen MacArthur, qui vise à repenser l’avenir de cette matière sur toute la chaîne de valeur, au niveau mondial.Fin 2017, le Groupe a contribué, à travers des organismes multi-acteurs et des fédérations professionnelles du secteur des déchets, à la proposition du gouvernement français pour la définition d’une feuille de route économie circulaire.
Le Groupe a également rejoint le programme économie circulaire Factor10 du WBCSD, l’organisation mondiale des entreprises pour le développement durable, qui vise à favoriser les conditions contribuant à une économie plus durable au niveau mondial.
En France, Veolia est partenaire de l’Institut national de l’économie circulaire, un organisme de référence et d’influence autour de l’intelligence écologique et de l’économie de la ressource.

En tant que cycle de développement positif continu, l’économie circulaire implique qu’un écosystème d’acteurs, fournisseurs ou bénéficiaires, coopèrent, mettent en relation leurs compétences et leurs ressources pour que les déchets des uns deviennent les ressources des autres.
Une approche par “ressource” va privilégier des partenariats avec des entreprises et des startups pour intervenir dès la phase de conception, afin d’améliorer la recyclabilité des produits et l’utilisation de matières premières secondaires. Complémentaire, une approche par territoire s’intéresse à l’implication des acteurs locaux de même qu’aux citoyens au-delà de leur rôle de consommateurs.
En matière de déchets, l’enjeu n’est pas d’opposer les filières, mais de trouver des complémentarités.
Un exemple d’approche par ressource est le partenariat de Veolia avec la start up sociale et solidaire Eqosphere depuis 2016. L’objectif est de soutenir des professionnels dans le secteur de la distribution pour la recherche de solutions de réduction des déchets et la valorisation de nourriture invendue. https://www.veolia.fr/medias/actualites/veolia-et-eqosphere-sallient-pour-aider-la-grande-distribution-reduire-le

Un exemple d’approche territoriale est la plateforme collaborative développée par la start up Yoyo, qui permet à des particuliers volontaires de faire un geste pour la planète en triant chez eux, tout en étant récompensés : il leur est proposé de déposer bouteilles et emballages plastiques dans des sacs Yoyo de différentes couleurs. Les produits collectés alimentent actuellement les filières de recyclage sur Bordeaux, le Grand Lyon, la Région mulhousienne et Marseille, grâce à un partenariat développé avec Veolia, qui bénéficie ainsi un gisement supplémentaire de déchets plastiques de haute qualité.

Veolia favorise par ailleurs l’innovation à travers la coopération avec des start-up innovantes. Citons le programme U-Start en Allemagne qui a mené 12 coopérations avec des start up depuis 2016, dans le domaine de l'économie circulaire, de la protection du climat et de l'efficacité des ressources. En 2019, la septième campagne U-START est organisée en partenariat avec EIT RawMaterials. Les appels à projets portent sur des concepts de recyclage innovants pour les déchets électroniques et sur des voies alternatives de valorisation des produits secondaires (papier recyclé, composites de fibres de verre, fibres de carbone recyclées, etc.).

QUESTION DE