PARIS 26.12€ (+0.85%)

Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophe : les solutions de Veolia contribuent à renforcer la résilience des villes

Face à l’accroissement des catastrophes, en fréquence et en intensité, qui entravent les progrès réalisés sur le plan du développement durable, cette Journée mondiale 2019 a pour thème de « réduire les dommages causés par les catastrophes aux infrastructures et services de base ». Pour sauver des vies, il faut développer d'ici 2030 la résilience des infrastructures de santé, d'éducation, d’approvisionnement en eau, en nourriture, en énergie, de télécommunications et de transports. Veolia met en avant ses solutions et ses réalisations dans ce domaine.

 

Rendre les villes plus résilientes

Veolia a mis en place un dispositif d’évaluation des risques et de mesures de prévention et de renforcement pour garantir la résilience des villes : audit des infrastructures critiques, solutions intelligentes dédiées à la gestion et à la supervision en temps réel, ingénierie sociale et financière. Veolia identifie les risques, mesure leurs impacts, et recommande des plans d’actions en privilégiant les solutions économes en investissements. En utilisant le Big Data, les solutions systémiques sont devenues faciles à mettre en oeuvre et permettent d’éviter les solutions traditionnelles généralement très onéreuses. Objectif : prévenir les incidents, sécuriser les réseaux et réduire les coûts. Le Groupe élabore aussi un plan d’action qui permet la redondance des équipements, la conservation des ressources, l’interconnexion et la partition des réseaux. 

 

Aux Etats-Unis, le Syndicat de Gestion des Eaux usées de Milwaukee (MMSD) accroît la résilience de son territoire

Avec l'engagement du gouvernement fédéral, de l'État du Wisconsin, des communautés locales et d'autres parties prenantes du secteur privé, le Milwaukee Metropolitan Sewerage District (MMSD) s'est engagé en 2017 à élaborer une stratégie de résilience régionale comprenant un plan d'action quinquennal pragmatique, impliquant 28 municipalités. 

Veolia a participé à l’élaboration d’un rapport qui comprend une analyse des risques, l'évaluation des chocs et des stress, la validation des actions stratégiques et les recommandations finales pour la région. Les 20 actions sélectionnées par MMSD visent à améliorer la qualité de vie des habitants, à contribuer au développement économique de la région, à diminuer les inégalités sociales et raciales, et adapter les infrastructures aux risques climatiques.

 

La Nouvelle-Orléans, première ville au monde à avoir bénéficié d’une stratégie complète de résilience 

En 2005, l’ouragan Katrina a dévasté la côte du golfe du Mexique. 80 % de la ville de La Nouvelle-Orléans ont été inondés et 1 800 personnes ont perdu la vie. Pour se protéger contre des événements similaires, ou tout autre choc ou stress chronique, la ville a souhaité mesurer son exposition aux risques et transformer son système urbain afin d’accroître sa résistance aux chocs. C’est l’enjeu du plan d’évaluation des risques mis en œuvre par Veolia, le réassureur Swiss Re et la Nouvelle-Orléans, dans le cadre du premier partenariat public mondial sur la résilience. 

 

Prévenir les risques sanitaires en aval des catastrophes, avec la fondation Veolia

La fondation Veolia intervient dans le domaine de l'urgence humanitaire : par exemple, en septembre 2018 à Palu, en Indonésie, après le séisme avec la Croix-Rouge indonésienne, pour améliorer l’accès à l’eau.

Nos interventions se situent certes souvent en aval de catastrophes, mais elles permettent de réduire les risques sanitaires liés aux épidémies et aux maladies d'origines hydriques. Nos équipes Veoliaforce y sont préparées et nous avons des stocks d'équipement Aquaforce. À la demande de Médecins Sans Frontières, nous avons développé l’Aquaforce 15000, unité mobile de traitement de l’eau, testée et validée dans les camps de réfugiés en Ouganda. La formation à la mise en oeuvre de nos installations d’urgence est indispensable pour les opérateurs locaux.
Thierry Vandevelde
Délégué général de la fondation Veolia

Des villes côtières plus souvent menacées par des catastrophes liées au réchauffement climatique

Dans le rapport du GIEC « Ocean and Cryosphere in a Changing Climate » publié le 25 septembre dernier, on peut lire :

L’élévation du niveau de la mer augmentera la fréquence des valeurs extrêmes enregistrées de ce paramètre, à marée haute et pendant les grandes tempêtes… Quel que soit le réchauffement supplémentaire, des événements qui se produisaient une fois par siècle se produiront chaque année d’ici 2050 dans de nombreuses régions, augmentant les risques auxquels sont confrontées de nombreuses villes côtières et les petites îles de faible élévation. Sans investissements majeurs dans l’adaptation, ces zones seraient exposées à des risques croissants d’inondation..... L’intensité des aléas sera plus grande en raison d’une augmentation de l’intensité moyenne des cyclones tropicaux, de l’amplitude des ondes de tempête et de la pluviométrie qui y sont associées.