Réduire l’empreinte environnementale de l’industrie agroalimentaire

Le secteur industriel le plus important au monde est un grand consommateur d’eau et d’énergie. Il produit également de grandes quantités de déchets organiques et de déchets solides tels que le plastique, le verre et le papier. Au vu des changements d’habitudes alimentaires, de la croissance démographique et de la hausse des niveaux de vie, le secteur fait face à un défi majeur : répondre aux demandes croissantes des clients en produits alimentaires et boissons élaborés, sûrs et nutritifs tout en réduisant la consommation des ressources et en contrôlant les impacts environnementaux, sociaux et sociétaux.

Un secteur grand consommateur d’eau et d’énergie

Avant même d’arriver sur nos tables, les produits alimentaires et les boissons subissent un processus de fabrication élaboré. Chaque étape de ce traitement nécessite énormément d’eau et d’énergie.

Le besoin croissant en eau pour l’industrie agroalimentaire oblige le secteur à rationaliser sa consommation, à traiter les eaux usées en vue de les réutiliser, recharger les nappes phréatiques et éviter de puiser dans les ressources.

Concernant sa consommation énergétique, les acteurs du secteur  doivent continuer à réduire leur empreinte carbone. Les réductions de coûts, les réglementations et les attentes des clients et des distributeurs sont les moteurs de ce changement.

Afin d’atténuer l’impact de cette forte demande en énergie, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables (par exemple, la production de biogaz, les chaudières à biomasse, la co-digestion des résidus organiques, etc.) constituent des solutions pertinentes.   
 

La gestion des déchets, un enjeu majeur

Fanes, pépins de fruits, lactosérum de fromage, pelures et graisses animales : la fabrication des produits alimentaires et des boissons génère de grands volumes de déchets industriels. Les déchets organiques doivent être éliminés de manière appropriée. 

Lorsqu’ils ne sont pas valorisés ou utilisés pour des applications agroalimentaires, l’alimentation animale ou d’autres industries, ces flux offrent souvent des opportunités intéressantes pour la production d’énergie verte ou la valorisation agricole.

Un autre flux de déchets industriels, les emballages, génère d’importants volumes de déchets solides. Le secteur de l’alimentation et des boissons représente à lui-seul 66 % du chiffre d’affaires de la fabrication d’emballage.

Bien que la grande majorité des déchets issus de l’emballage ne soit pas générée dans les usines mais sur les lieux de distribution et de consommation, les sites agroalimentaires cherchent à prendre part à la réduction, au tri et au recyclage adéquat de leurs déchets solides et à atteindre l’objectif du « zéro déchet ». Certaines entreprises vont un peu plus loin en s’approvisionnant en matières premières secondaires de manière à réduire l’empreinte écologique globale de leur produit sans nuire à la qualité ou à l’intégrité du produit.   

L’approche globale de Veolia dans le domaine de la gestion de l’énergie, de l’eau et des déchets nous permet d’optimiser le cycle de vie des services collectifs aux industries en proposant ainsi des prix et des performances garantis, y compris en termes de qualité, de quantité, de disponibilité et d’empreinte écologique. 

Chiffres-clés - Alimentation et Boisson 1
Chiffres-clés - Alimentation et Boisson 2
Chiffres-clés - Alimentation et Boisson 3

Le savoir-faire de Veolia dans l'industrie agroalimentaire

Le lait est notre spécialité principale, et maintenant nous pouvons nous concentrer sur ce que nous faisons le mieux. Veolia excelle dans les questions énergétiques et a les ressources adéquates pour cela. 

Tom ANDERSEN
Directeur de l’usine Arla Foods à Vimmerby


Nos solutions dans le secteur agroalimentaire

Thumbnail Solution - Biodéchets
Valoriser les biodéchets et les eaux usées
Thumbnail-Solution-Optimisation-du-cycle
Optimiser le cycle de l'eau
Thumbnail Solution - Performance énergétique
Améliorer la performance énergétique
Thumbnail-Solution-Optimisation-de-la-gestion
Optimiser la gestion des déchets industriels

Un coup d’œil pour comprendre 


Back
to top